Plus aucun doute désormais. Les deux manifestations pro et anti troisième mandat qui étaient prévues demain, dimanche 30 juin 2019, n’auront pas lieu à Labé. Les organisateurs, qui avaient annoncé qu’ils vont défier le maire de la ville, ont été dissuadés par le gouverneur de la région, a appris Guineematin.com, à travers un de ses correspondants sur place.

Jusqu’à ce samedi matin, la situation était confuse à Labé. Malgré l’interdiction de leurs manifestations par le maire de la ville, le Front pour l’Adoption par Référendum d’une nouvelle Constitution (FARC) et le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) laissaient entendre que leurs mobilisations restent maintenues et qu’elles auront effectivement lieu.

C’est pourquoi, le gouverneur de la région administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané, a convié les responsables des deux mouvements pro et anti nouvelle constitution à une rencontre dans les locaux du gouvernorat. Rencontre à laquelle ont pris part également les autorités communales, préfectorales ainsi que les forces de défense et de sécurité. Le gouverneur a convaincu les deux camps à surseoir à leurs manifestations de rue.

« Les autorités ont brandi des arguments que nous avons jugés logiques. Nous avons donc pris acte et nous avons décidé d’informer nos militants de l’annulation de notre manifestation qui était prévue demain, dimanche. On a accepté cette doléance, mais c’est la marche du dimanche qui a été annulée. Et, nous allons nous retrouver pour planifier d’autres manifestations », a déclaré Habib Bah, le coordinateur du FNDC de Labé.

De son côté, Samba Camara, le coordinateur du FARC, n’a pas voulu s’exprimer devant les journalistes présents. Mais hors micro, il confie qu’en lieu et place du carnaval qui était prévu, sa structure compte organiser une assemblée générale demain, pour expliquer à ses partisans les motifs de l’annulation de sa manifestation.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin