Malgré l’interdiction de toutes les manifestations de rue en Guinée, les responsables de l’opposition à Labé comptent bien répondre à l’appel de leurs leaders de Conakry. Un appel à manifester dans tout le pays demain, mercredi 25 novembre 2020, pour exiger la libération des opposants incarcérés. De leur côté, les autorités administratives locales opposent un niet catégorique à la tenue de ce mouvement de protestation, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Ce mardi matin, les responsables de l’UFDG et de l’ANAD à Labé s’activaient sur les derniers réglages avant la manifestation qu’ils comptent organiser demain dans les rues de la ville. Pour eux, il n’est pas question de se soumettre à la décision du gouvernement, interdisant toute manifestation de masse sur l’ensemble du territoire national.

Younoussa Baldé, responsable de la jeunesse de l’UFDG à Labé 

« Nous considérons cette interdiction du gouvernement comme un acte de sabotage. Parce que le gouvernement ne veut pas que l’opinion internationale sache réellement ce qui se passe en Guinée. Cette manifestation vise à mettre la pression sur le gouvernement pour libérer les opposants détenus en prison. C’est dans ce cadre que les responsables de l’UFDG de Labé ont lancé une invite à leurs militants à se mobiliser massivement ce mercredi pour sortir protester contre les agissements du gouvernement », indique Younoussa Baldé, le responsable de la jeunesse de l’UFDG à Labé.

On s’achemine donc vers un bras de fer entre les opposants et les autorités administratives. Car, même si le maire de Labé (issu de l’UFDG) aurait donné son feu vert pour la tenue de cette manifestation, le gouverneur et le préfet, eux, sont bien décidés à faire respecter la décision du gouvernement, qui interdit toutes les manifestations de rue pour cause de Covid-19. Ils auraient même convoqué les responsables de l’opposition à une réunion cet après-midi pour leur demander de surseoir à leur mouvement de protestation.

Mais c’est peine perdue, selon Younoussa Baldé, qui assure que son camp ne va pas se plier à une telle injonction. « Rien ne va nous faire reculer. Le maire a déjà donné son autorisation et c’est ce qui nous intéresse. Demain, nous allons manifester et montrer notre ras-bol dans les rues de Labé à travers cette marche pacifique comme prévu », a laissé entendre l’opposant.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com