image d’archive

Ce drame s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche, 14 février 2021, aux environs de 2 heures, dans une concession dans la haute Banlieue de Conakry. L’incendie a fait trois morts (dont deux fillettes de moins de 7 ans) et des blessés. Egalement, les flammes ont causé d’importants dégâts matériels. Le contenu de cette maison de trois pièces a été complètement calciné.

Selon des informations confiées à Guineematin.com ce lundi, 15 février 2021, c’est un court-circuit qui est à l’origine de cet incendie meurtrier à Lansana Takhoui, dans la commune de Matoto.

« C’est ma fille qui est venue en criant dans ma chambre qu’il y a eu incendie dans la maison. Comme le feu n’était pas arrivé dans ma chambre, je lui ai demandé d’envoyer ses enfants par ici. C’est en partant chercher ses enfants qu’elle est tombée dans les flammes et elle a eu des brûlures au niveau de son corps. J’ai un fils qui a sa chambre dans la cour. Lui, il est sorti crier pour appeler au secours. C’est ainsi que les voisins sont venus en courant. Ils ont réussi à casser les antivols de la fenêtre à travers les barres de fer. Moi, même j’ai pu sortir trois (3) de mes petits-enfants par le trou de la fenêtre. Il y en a qui sont gros que je n’ai pas pu aider. Deux de mes petits-enfants sont morts sur place au salon. Un garçon en coma et ma fille Fatoumata Camara (leur mère) ont été tous admis à l’hôpital Sino guinéen dans la même nuit du samedi. Hier, on nous dit que le petit garçon a succombé. Donc, au total j’ai perdu trois (3) petits fils dont deux filles. Je ne sais pas si leur mère aussi va s’en sortir ou pas », a expliqué Marie Fall, la grand-mère des victimes.

Aboubacar Bangoura a vécu ce drame qui a coût la vie à trois bambins. Avec les voisins qui sont venus lui prêter main forte, ce jeune homme a réussi à sauver 6 des 8 personnes qui étaient en étau par les flammes dans cette maison.

« De 18 heures à 23 heures, tous les enfants étaient au salon en train de regarder la télé. C’est après quoi qu’ils ont tous rejoint leur chambre pour se coucher. Moi aussi j’étais couché dans ma chambre, hors du grand bâtiment. Du coup, à 2 heures, j’ai été réveillé par des cris des enfants m’appelant de venir les sauver. Je suis sorti en courant de ma chambre. Arrivé au dehors, j’ai aperçu les enfants au salon, à travers la vitre, en train de crier au secours. Étant le seul homme dans la cour, j’ai tenté d’offenser la porte. Dès que j’ai touché à la porte, le courant ma pris et je suis tombé. Quand je me suis levé, j’ai crié pour alerter le voisinage et les gens sont venus nombreux. Mais, on a tout fait pour casser la grande porte, en vain. D’autres ont dit d’aller voir par derrière. C’est dernière le bâtiment qu’on a pu couper les antivols et casser la vitre pour sauver la famille. C’est comme ça qu’on a fait sortir 6 personnes vivantes dont deux en coma grâce au concours des voisins. Deux fillettes en l’occurrence Bountouraby Deen Soumah et sa sœur M’mah Deen Soumah dont l’âge varie encore 3 à 5 ans sont mortes sur place. Ce n’est qu’hier dimanche que le jeune garçon, Djibril Deen Soumah qui était en coma avec sa maman à l’hôpital Sino-guinéen, est décédé. Cet incendie est provoqué par un court-circuit. Il y avait une boîte au salon là-bas qui n’avait pas bien accommodé au disjoncteur. C’est de là est parti tout le problème », a-t-il témoigné Aboubacar Bangoura, tout en précisant cet incendie a été maitrisé avant l’arrivée des sapeurs pompiers vers 4 heures.

À noter que Fatoumata Camara (la mère des victimes) et une autre de ses filles (la grande sœur des victimes) sont actuellement hospitalisés.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tél. : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin