Même si elle n’a pas eu l’effet attendu par le FNDC, la manifestation de ce lundi, 20 juillet 2020, a paralysé plusieurs activités socio-économiques à Conakry. Le marché de Madina, le plus grand centre de négoce du pays, est resté quasiment fermé. Seuls certains étalagistes et quelques propriétaires de petites boutiques ont ouvert. Tous les autres ont préféré fermer leurs commerces pour diverses raisons, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Mouctar Barry

Mouctar Barry, vendeur dans ce marché, explique avoir fermé sa boutique parce qu’il est solidaire du Front National pour la Défense de la Constitution, qui a appelé les Guinéens à manifester pour exiger le départ du président Alpha Condé. « Nous avons fermé parce que le FNDC a appelé à une manifestation aujourd’hui. Ils ont demandé à chacun de manifester dans son quartier, nous respectons leur mot d’ordre. Comme vous le constatez, c’est seulement à la devanture ici que les gens ont ouvert, tout est fermé à l’intérieur du marché », a fait remarquer ce commerçant, qui dit être venu au marché pour tout simplement veiller sur sa boutique.

Mamadou Mouctar Bah, cambiste au marché de Madina

Tout comme lui, Mamadou Mouctar Bah, cambiste au marché de Madina, dit avoir répondu à sa manière à l’appel du FNDC. Même s’il n’a pas été dans la rue pour manifester, il a décidé de ne pas travailler aujourd’hui pour exprimer son soutien au combat pour le départ du président Alpha Condé du pouvoir. « On soutient le FNDC puisque ses revendications sont légitimes. On doit dénoncer ce qui ne va pas dans le pays. C’est ça la démocratie », a-t-il dit.

Souleymane Traoré

Mais contrairement à ces derniers, certains disent avoir fermé leurs boutiques par contrainte. Selon eux, ils ont peur d’être attaqués par les manifestants. Il y en a quand même quelques vendeurs qui ont ouvert leurs places, malgré la manifestation du FNDC. C’est le cas Souleymane Traoré, qui dit être obligé de travailler aujourd’hui pour avoir à manger demain. « Vu la précarité que nous connaissons aujourd’hui, le Guinéen ne vit que du quotidien, on ne peut pas ne pas travailler.

C’est la raison pour laquelle, je suis sorti tranquillement pour venir chercher ce que je dois manger demain. C’est vrai que le FNDC est un mouvement citoyen qui se bat pour garantir la démocratie, je salue cette initiative, mais je les appelle au dialogue. Ils (pouvoir et opposition) n’ont qu’à s’asseoir autour de la table pour résoudre définitivement le problème qui les oppose », préconise ce citoyen.

A noter que même s’il n’a pas encore donné une nouvelle date de manifestation, le FNDC a déjà annoncé que ces mouvements de protestation se poursuivront jusqu’au départ du président Alpha Condé. Les opposants accusent le chef de l’Etat guinéen de parjure pour avoir changé la constitution du pays dans le but de s’octroyer un troisième mandat.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin