Réunion des boulangers de Kankan, le jeudi 1er avril 2021

Les menaces brandies cette semaine par le maire de Kankan ne semblent pas inquiéter les boulangers évoluant dans cette ville. Après la sortie de Mory Kolofon Diakité qui a promis de faire arrêter toute personne qui vendrait la miche de pain à 3000 francs, la corporation a répliqué de façon cinglante. Les boulangers disent à qui veut l’entendre qu’ils ne reviendront pas sur leur décision d’augmenter le prix du pain, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la capitale de la Haute Guinée.

« Quiconque on trouve en train de vendre le pain à 3000 francs, il sera arrêté et traduit devant les juridictions compétentes pour sabotage et activités fantaisistes ». C’est en substance ce qu’a déclaré il y a quelques jours le maire de la commune urbaine de Kankan, Mory Kolofon Diakité, suite à la décision des boulangers locaux d’augmenter le prix de la baguette de pain de 2000 à 3000 francs. Après cette annonce, les fabricants de pain de la ville se sont réunis au domicile du secrétaire général de l’Union régionale des boulangers de la Haute Guinée. A l’issue de la rencontre, ils ont annoncé leur rejet du prix fixé par l’autorité locale et le maintien de leur décision de vendre la baguette de pain à 3000 francs.

Ibrahima Baréka Baldé, secrétaire général de l’Union régionale des boulangers de la Haute Guinée

« Les boulangers de la Haute Guinée n’ont pas accepté de vendre un pain à 2000 GNF. Parce que cela ne nous arrange pas et ça n’arrange pas aussi la population. Le maire a proféré des menaces à notre encontre, on ne sait pas ce qui va se passer après, mais nous allons continuer à vendre le pain à 3000 GNF, si Dieu le veut bien. C’est la décision qui a été prise après concertation avec tous les boulangers de la Haute Guinée », a déclaré Ibrahima Baréka Baldé, secrétaire général de l’Union régionale des boulangers de la Haute Guinée.

Les boulangers justifient leur décision de revoir à la hausse le prix du pain par l’augmentation du prix du sac de farine. « Depuis que le sac de farine était vendu à 180 000 GNF, on vendait le pain à 2000 GNF. De nos jours, le même sac coûte entre 340 000 et 350 000 GNF, on vend encore le pain à 2000 GNF. On ne peut pas continuer comme ça, c’est pourquoi nous avons décidé d’augmenter le prix du pain, tout en veillant au respect du poids normal », a dit Ibrahima Baréka Baldé.

A noter que depuis la sortie du maire, deux prix sont pratiqués dans la commune urbaine de Kankan. Certains vendent la miche de pain à 2000 francs et d’autres à 3000 francs.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com