L’une des activités génératrices de revenus dans la région de Kankan est la culture du coton. Cette matière première attire de la convoitise et les paysans s’adonnent à fond. Mais, dans la sous-préfecture de Morodou, située à 25 kilomètres de la préfecture de Mandiana, la situation est alarmante, les producteurs du coton dénoncent la politique agricole, jurant n’avoir jamais aussi souffert comme sous le régime d’Alpha Condé, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Kankan.

Dans la sous-préfecture de Komodou, les populations sont très engagées dans la production du coton. Chaque année, plusieurs camions sont chargés de coton pour prendre la direction Kankan. Mais, cette année, les cultivateurs ne connaîtront pas cet engouement. Pour cause, le gouvernement a décidé d’abandonner les cotons après la récolte d’où la colère de Melé Diakité, un des cotonculteurs. 

Melé Diakité

« Du régime Conté à Condé, nous avons toujours produits du coton, on a jamais refusé de le faire. Nous avons trop enduré la souffrance sous le régime Alpha Condé. Pendant la campagne électorale Alpha Condé avait promis d’aller en France rencontrer les blancs pour relancer la filière cotonnière. J’étais très content. Mais, après les élections, Alpha Condé ne nous a jamais regardés », regrette monsieur Diakité.

Dans les différentes sous-préfectures de Mandiana, des éboulements de mines d’or sont régulièrement enregistrés. Elhadj Kagbè Ibrahima Doumbouya fait remarquer que la culture du coton peut considérablement diminuer ces éboulements.

Elhadj Kagbè Ibrahima Doumbouya

« Ici, à Wassolon, nous ne connaissons rien à part l’agriculture. On ne connaît ni la politique, ni rien d’autre. La seule chose qu’on connaît, c’est la culture du coton ; et, le gouvernement est en train de saboter cela aussi, rien ne marche ! On n’est jamais d’accord avec la chambre d’agriculture. Pourtant, la culture du coton est beaucoup plus importante que les activités minières. Il n’y a aucun risque d’éboulement avec le coton ; alors que, chaque jour, la mine tue nos enfants », a expliqué Elhadj Kagbè Ibrahima Doumbouya.

Elhadj Karia Harouna Diakité

Pour sa part, Elhadj Karia Harouna Diakité a demandé à l’Etat de revoir le cas de la chambre d’agriculture qui les empêcherait de s’épanouir dans cette activité. « Il faut qu’il arrête la collaboration avec la chambre. Il n’y a pas eu de projet qui a aidé les Guinéens plus que le projet coton. Mais, depuis que l’Etat a demandé à la chambre d’agriculture de tout gérer- y compris les engrais- nous, on ne comprend plus rien. Chaque fois, on dit qu’on est endetté ; pourtant, on ne contracte jamais de dette », a-t-il protesté.

Cette année, sauf changement de dernière minute, les tonnes de coton récoltées ne seront peut-être jamais achetées par le projet coton. Une perte inestimable pour ces agriculteurs qui ont pourtant dépensé des millions de francs guinéens. Selon nos informations, une manifestation des agriculteurs de coton pourrait être organisée ce lundi même, 26 avril 2021, à Kankan.

À suivre !

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin