Ismaël Condé, premier vice-maire de Matam

Le procès d’Ismaël Condé, premier vice maire de Matam et membre du bureau exécutif de l’UFDG, s’est ouvert ce lundi 21 juin 2021, au tribunal de première instance de Mafanco (Conakry). L’opposant est jugé dans deux dossiers différents.

Dans le premier dossier, il est poursuivi avec le maire de Matam, Seydouba Sacko, par une PME de ramassage d’ordures pour des faits d’escroquerie, complicité, entrave à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés, les concessions et d’égalité de service public. Des accusations que les deux mis en cause ont rejetées en bloc, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Dans cette affaire, c’est le coordinateur de la PME « Etoile Emergente », Sékou Kaba, qui poursuit les deux premiers responsables de la commune de Matam, tous les issus de l’opposition (le maire est membre de l’UFR, le parti de Sidya Touré ; et le vice maire est de l’UFDG, le parti de Cellou Dalein Diallo). Il les accuse notamment d’avoir fait travailler ses employées (52 femmes) pendant deux mois et 19 jours sans les payer.

Le maire de Matam, qui a été le premier à comparaître dans cette affaire, a expliqué que le contrat signé avec la PME de ramassage d’ordures « Etoile Emergente » n’engageait pas la responsabilité financière de la mairie. « C’est la PME qui doit payer ses employés à travers ses abonnés. Ce n’est pas la mairie qui va payer les employés du PME. Dans le contrat, la responsabilité financière de la mairie n’est pas engagé », a indiqué Seydouba Sacko.

De son côté, le premier vice maire de Matam, Ismaël Condé, a laissé entendre qu’il n’a aucune responsabilité dans le contrat dont il est question. « Ça fait aujourd’hui 9 mois je suis en prison pour rien. Je ne suis ni attributaire, ni signataire, ni bénéficiaire de ce contrat. J’ai seulement donné des conseils à M. Sékou Kaba (le coordinateur de la PME Etoile Emergente, ndlr) qui est venu me voir. Il m’a dit qu’il veut avoir un contrat de ramassage d’ordures avec la mairie.

Je lui ai dit d’aller adresser une correspondance à monsieur le maire (…) Et j’ai été intermédiaire dans l’acquisition d’un camion de l’agence nationale de l’assainissement et de la salubrité publique (ANASP). Après l’acquisition du contrat, je n’ai rien reçu et je n’ai jamais signé un ordre de mission », a dit le transfuge du parti au pouvoir, qui a rejoint le principal parti d’opposition du pays.

Après la déposition des deux prévenus, le tribunal a renvoyé ce dossier à huitaine pour la comparution de la partie civile et des témoins. Il a ensuite ouvert le second dossier dans lequel Ismaël Condé est poursuivi pour des faits d’offense sur la personne du président de la République, production, diffusion, et mise à la disposition d’autrui de données de nature à troubler l’ordre public par le biais d’un système informatique.

A suivre !

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com