Le Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes continue son offensive en vue de l’insertion de la jeunesse. Une manière de prévenir les nombreux conflits qui naissent dans les communautés. C’est pour comprendre le contenu des documents juridiques concernant les conseillers locaux de la jeunesse qu’une réunion a mobilisé ce mardi, 25 juin 2019, à Boké, 50 jeunes venus de tous les quartiers de la commune urbaine, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La commune urbaine de Boké est parmi les 20 communes conflictogènes du pays. Comme dans les autres localités de la République de Guinée, où des violences sont souvent enregistrées, un conseil local de la jeunesse sera mis en place pour parler au nom des jeunes. Ces cinquante jeunes, venus de différents quartiers de la commune urbaine, vont se pencher sur les documents juridiques proposés par le Bureau de Stratégie et de Développement (BSD) du Ministère de la Jeunesse.

Mohamed Touré, directeur général adjoint du Bureau de Stratégie et de Développement au Ministère de la Jeunesse,
Mohamed Touré

Selon Mohamed Touré, directeur général adjoint du Bureau de Stratégie et de Développement au Ministère de la Jeunesse, « l’activité s’inscrit dans le cadre de la présentation et la validation des documents juridiques concernant les conseillers locaux des jeunes dans les 20 communes conflictogènes de la Guinée. Nous allons présenter les différents textes que nous avons proposés aux jeunes de Boké, pour qu’ils puissent discuter et valider les documents en tenant compte des réalités locales ».

Mamadouba Tawel Camara
Mamadouba Tawel Camara

C’est le maire de la commune urbaine de Boké qui a présidé la rencontre. Mamadouba Tawel Camara a souhaité plein succès à cette initiative, surtout que Boké est connu pour les violences impliquant les jeunes. «Tout ce qui vise la paix et les jeunes est très important pour nous. Et si Boké est cité parmi les 20 communes conflictogènes de la Guinée, c’est très regrettable. Mais tout ça, c’est parce que les gens ont été frustrés. Et quand les jeunes se rendent compte que leurs préoccupations ne sont pas prises en compte, il y aura toujours des incompréhensions qui feront en sorte que les jeunes soient dans des mouvements. Boké a connu plein de mouvements. Depuis 2017, il y a eu trop de casse. Et c’est pour atténuer cette situation que nous saluons cette initiative et vous avez le soutien des autorités locales », a dit le maire.

Ansoumane Sampou

Pour Ansoumane Sampou, un jeune du quartier Koréra, dans la commune urbaine, la jeunesse doit soutenir cette initiative. « Après avoir suivi cet atelier, nous attendons le retour de la mission pour mettre en place ce conseil local des jeunes de Boké. De toute façon, nous soutenons la non violence et nous sommes disposés à accompagner ce projet », a-t-il lancé.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628-98-49-38

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin