Ce jeudi 25 mai 2017, le Comité National des Jeunes de l’UFDG a initié une campagne de dépistage gratuit du diabète et de la tension artérielle. Lancé à Landreayah, dans la commune de Dinxinn, cette campagne humanitaire de la deuxième force politique du pays s’étendra sur les quatre autres communes de la capitale et se poursuivre d’ailleurs jusqu’à Maneah et à la préfecture de Dubréka, a appris un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Au-delà des populations volontaires pour le dépistage qui ont répondu massivement à l’appel des organisateurs, cette initiative a connu la participation de plusieurs personnes ressources du parti et des amis de l’opposition. C’est le cas par exemple de Dr. Bano Sow, vice-président de l’UFDG chargé des affaires politiques, de Hadja Halimatou Dalein Diallo, épouse du président de l’UFDG et de madame Émilie Makanera Koivogui, épouse de monsieur Alhousseny Makanera Kaké, président du parti FND.

Dans son discours de bienvenue, le président de la délégation spéciale de Dixinn, monsieur Mamadou Samba Sow, a dit sa joie de voir sa commune abriter le lancement de cette campagne de lutte contre le diabète et la tension artérielle. « Vous comprendrez avec moi que cette œuvre est hautement appréciable, parce que contribue au dépistage des maladies qui peuvent être fatales pour les jeunes et les autres. C’est le mois de carême qui s’annonce, voilà des maladies qui sont nécessaires d’être connues avant d’entamer le jeûne. Vous savez parfois, par méconnaissance des choses, beaucoup tombent, on dit qu’il était avec nous hier, il est tombé. S’il y a le dépistage, chacun connait ce qu’il porte, je crois que ça sera facile d’entamer le jeûne », a dit le maire de Dixinn.

De son côté Mohamed Bakary Keïta, secrétaire général du comité national des jeunes de l’UFDG, a dit que leur objectif vise à aider les jeunes et les femmes de Guinée à lutter contre ces pathologies à travers la prévention. Selon lui, les politiques doivent aller au-delà des clivages pour s’intéresser à toute la population. « Nous à l’UFDG, on ne regarde pas qui est peulh, qui est malinké ou qui est forestier. On ne regarde pas qui est de l’UFDG, du RPG ou d’un autre parti. Nous regardons qu’est-ce qui rentre dans l’intérêt de la nation. Il ne faut pas attendre qu’on arrive aux affaires pour aider la population, nous le faisons même quand on est dans l’opposition », a-t-il expliqué, rappelant que leur initiative est en rapport avec le mois de Ramadan.

Parlant des origines de ces maladies, le Dr. Barry Boubacar Hassane, médecin chercheur à l’Institut de recherche de Biologie de Kindia, a parlé des facteurs génétiques, environnementaux et alimentaires. « Ce sont des maladies généralement qui ont une prise en charge difficile et qui nécessite de gros moyens financiers. À l’endroit des populations de Dixinn et de la Guinée en général, je solliciterai que chacun puisse s’informer sur les maladies à prise en charge difficile, de s’informer de leur statut sanitaire pour que chacun puisse prévoir l’avenir pour éviter des conséquences graves », a conseillé le Dr. Barry Boubacar Hassane.

À rappeler que l’OMS prévoit en 2030, plus de 147 millions de malades diabétiques. C’est donc, le bon moment pour les citoyens d’aller se faire consulter car comme le dit un adage, « prévenir vaut mieux que guérir ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 08 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin