Fauna et Flora International (FFI) a célébré son dixième anniversaire dans la ferveur hier, vendredi 29 novembre 2019, à Ziama, dans la sous-préfecture de Sérédou, relevant de Macenta. La cérémonie a été marquée un carnaval géant suivi de la replantation de certains planting des arbres fruitiers et la remise et l’installation de poubelles dans certains établissements scolaires, rapporte Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

Le manager du projet FFI, Koighae TOUPOU, est revenu sur les péripéties que la forêt de Ziama a connues.). « La réserve de la biosphère du Ziama, site de notre intervention, est probablement le seul site restant en Guinée où une population viable d’éléphants a survécu du commerce de l’ivoire au cours de ce dernier siècle. Cette population d’éléphants était surveillée et sécurisée par une unité de surveillance anti braconnage originellement appelé surveillants. Cette unité avait été établie par le centre forestier de N’Zérékoré avec un soutien financier de la KFW Allemande. Malgré leur importante mission dans la réduction du taux de déforestation et braconnage, ces agents ont suspendu leurs opérations en 2007 à cause du retrait du bailleur, la KFW allemande. Ainsi, avec cette suspension des activités de surveillance et l’instabilité politique récurrente en Guinée, cette période avait conduit à une intensification de l’attaque de la forêt de Ziama, de la chasse abusive et un abattage massif des éléphants en 2008. Cette période à Ziama pourrait être décrite comme la période de crise des éléphants de la forêt du Ziama ».

Devant cet état de fait, l’ONG s’est engagée à reprendre en main les choses. « FFI, avec ses expertises en matière de conservation des espèces menacées et des zones critiques dans le monde entier, a été sollicitée par le gouvernement à travers le centre forestier pour son appui technique et financier à la préservation de ce patrimoine mondial. Ainsi, en 2009, avec un soutien initial de US Fish and Service, FFI a accepté un partenariat avec le (CFZ) à travers le projet d’Appui à la conservation des éléphants de la forêt de Ziama dans le but de rétablir une présence des surveillants, de protection et de suivi des éléphants de foret dans la réserve de la biosphère du Ziama. Cette initiative a été lancée officiellement à l’école d’administration de Sérédou en présence des autorités, des élus locaux et des représentants des communautés. Et il a été sanctionné par la mise en place d’une équipe de protection et de suivi très forte et motivée. Cette équipe était composée que de 21 Eco gardes », a précisé Koighae TOUPOU.

Pour sa part, Ouo-Ouo Koïvogui, maire de la commune rurale de Sérédou, a cité quelque acquis de la FFI dans sa zone. « L’ONG Fauna et Flora Internationale respecte les valeurs socioculturelles du terroir, elle assiste les communautés à se développer de façon durable, elle veille à la conservation, à la protection de la biosphère de façon durable aussi, sans pour autant contrarier les mœurs locales. Ma communauté et moi-même nous nous flattons de leur présence chez nous car l’ONG partage nos difficultés tel que la salubrité publique à travers les dons de poubelle ainsi que son implication dans l’agriculture durable et produire suffisamment, qualitativement sur le même terrain est désormais le slogan à vulgariser pour une meilleure protection de l’environnement et surtout de la biosphère du Ziama ».

Le sous-préfet de Sérédou, Akoï Zoumanigui, représentant du préfet de Macenta, a invité les populations à la sauvegarde de ce patrimoine de Ziama, la réserve de la biosphère. « Il y a des milliers d’années, le rôle de la réserve de biosphère de Ziama dans nos vies était clair. La nourriture, l’eau, l’habitat, les médicaments, la culture : tout était directement issu de cette forêt et de notre environnement immédiat. Le Ziama était le cœur, l’infrastructure essentielle, l’essence profonde de nos vies. Aujourd’hui, cette réserve subie de multiples menaces de la part de la population riveraine qui l’entoure et qui risque de compromettre ces services éco-systémiques. Conscient des menaces que subissent nos forêts et nos animaux, je voudrais interpeler l’ensemble des acteurs, car c’est ensemble que nous devons affronter le défi qui est devant nous, celui de la conservation de nos ressources naturelles, y compris celle de la forêt de Ziama pour nos enfants. »

La cérémonie a été clôturée par la présentation de sketchs, de déclamation de poèmes, de témoignages ainsi que des questions-réponses sur l’environnement. Ces questions-réponses se sont soldées par la remise de prix aux différents récipiendaires. Pour joindre l’utile à l’agréable, un match de gala a opposé les conservateurs de la nature et les enseignants de Sérédou, suivi d’une soirée dansante à la maison des jeunes de Sérédou et la coupe du gâteau d’anniversaire.

De Sérédou, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin