En visite de travail samedi dernier, 27 mars 2021, dans la commune rurale de Koundian (Préfecture de Mandiana), le gouverneur de la région administrative de Kankan, Sadou Keïta, a cherché à trouver une solution à la crise qui pourrissait jusque-là la relation entre les travailleurs et la direction de la société ENCORES à Loïla. En leader éclairé, la première autorité régionale de Kankan a réussi à rapprocher les lignes et à obtenir séance tenante la signature d’un protocole d’accord entre les parties en conflit, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture de Mandiana.

Depuis près d’un mois, le torchon brûlait entre les responsables et les employés de la société ENCORES en charge de la construction de l’usine de traitement d’or de la société minière de Mandiana dans le district de Loïla. Les travailleurs réclament de meilleures conditions de vie et de travail. Et, jusque-là, les tentatives de résoudre leurs différents avec leur employeur avaient été vaines. Ceci, malgré l’implication du préfet de Mandiana qui a tenu au moins deux réunions avec les parties en conflit. C’est donc en renfort à l’autorité préfectorale que le gouverneur de la région de Kankan est allé samedi à Loïla à la rencontre des protagonistes. Et, son approche a été payante, à la satisfaction des parties. Car, selon le porte-parole des travailleurs de ENCORES, Oumar Traoré, la rencontre avec Sadou Keïta s’est soldée par la signature d’un protocole d’accord qui a été accepté de tous.

« Le gouverneur a été clair et net. Quand il est venu, il a rencontré d’abord la notabilité et les responsables de ENCORES Guinée, après il nous a fait appel. Quand on est venu, le gouverneur a commencé par nous remercier, que c’est sa première de voire des jeunes manifester de façon très pacifique. Et, il a dit clairement qu’il est venu pour dire la vérité, parce qu’après cette réunion ce n’est ni la société ni nous les travailleurs qui allons lui donner à manger. Donc, directement on a donné au gouverneur toutes les explications et on a passé aux calculs des heures supplémentaires, comme prescrit dans le code de travail. Selon les calculs on avait 40 heures comme heures supplémentaires sur les jours ouvrables et 40 heures comme heures supplémentaires des samedis travaillés.

Ce qui donne au total à chacun un montant de 800 mille francs par mois et multiplié par les 4 mois. Mais, le gouverneur nous a plaidé de laisser à 600 mille francs par mois. Et, il a aussi plaidé de laisser tomber les mois travaillés en 2020. A cause de sa franchise, on a accepté ; et directement, il (le gouverneur) a exigé aux responsables de ENCORES-Guinée, qui étaient représentés par son DPG, monsieur Cherif Mohamed Lamine, au paiement des 600 mille francs par mois à compter du mois de janvier 2021 jusqu’à la fin du contrat. Mais, il a dit de régler d’accord les trois mois d’arriérées, plus le mois avril, à la fin du mois d’avril, ce qui va donner un montant de 2 millions 400 mille par travailleurs au nombre de 219. Pour un montant global de 525 millions 600 mille francs », a laissé entendre Oumar Traoré.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com