C’est apparemment une période de trouble de sommeil pour le maire de commune urbaine de Mandiana. Après les soupçons de détournement de derniers publics qui pèsent sur lui depuis quelques temps, Ibrahima Sira Diakité est actuellement confronté à la colère des populations du district de Kodiaran (situé à 25 kilomètres du chef lieu de la préfecture et érigé en sous-préfecture en octobre 2020). Et, pour cause, la première autorité communale de Mandiana a déclaré cette semaine devant le conseil administratif préfectoral qu’une école de six classes a été construite à Kodiaran en 2020 par l’Etat guinéen. Donc, les habitants de ce district, en première ligne les jeunes, exigent qu’il leur montre cette école qui n’existe que dans les notes du maire ; mais, pas sur le terrain, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mandiana.

Ibrahima Sira Diakité, maire de la commune urbaine de Mandiana

« Kodiaran : construction d’une école de six (6) classes entièrement financée par l’Etat et une école franco-arabe de sept (7) classes entièrement financée par la communauté ». C’est ce pataquès lâché lors du conseil administratif préfectoral qui a mis le maire de la commune urbaine de Mandiana dans le bourbier actuel. Car, cette école de six classes n’a jamais été construite dans cette localité qui ne possède qu’une école de trois (3) classes depuis l’indépendance de la Guinée.

Les fleurs que le maire, Ibrahima Sira Diakité, a voulu se jeter en présentant un bilan reluisant de la commune, avec de nombreuses réalisations, sont visiblement devenues des épines sous ses pieds. Car, le vendredi dernier, une délégation des populations de Kodiaran s’est rendue à la préfecture pour sommer le maire de leur montrer cette école dont il a fait allusion dans son discours.

Mandjan Konaté, vice-président de la jeunesse de Kodiaran

« Il est clair que dans son discours, le maire a dit qu’il y a eu une école de six classes construite par l’État à Kodiaran. Mais, quand on a rencontré le maire ce vendredi dans la salle du CAP (conseil administratif préfectoral), il a nié en disant que lui il a dit que c’est à Kodokosan que l’Etat a construit cette école. Seulement, même à Kodokosan, il n’y a pas eu la construction de classes », a indiqué Mandjan Konaté, le vice-président de la jeunesse de Kodiaran et membre de la délégation qui est venue réclamer au maire l’école de six classes.

Aujourd’hui, les habitants de Kodiaran n’entendent pas lâcher cette affaire. Car, ils estiment que le fait de mentionner cette absurde construction d’école dans son bilan suppose que le maire Ibrahima Sira Diakité a reçu le financement qui devait servir à la réalisation de ces six salles de classe et qu’il l’aurait peut-être détourné à d’autres fins.

« Donc, nous avons tenu une réunion à 20 heures le vendredi avec tous les jeunes de Kodiaran pour dire au maire Ibrahima Sira Diakite de venir construire notre école de six classes. Parce que si tu vois qu’il a dit ça, ce que certainement il a reçu son financement. Car, les trois (3) salles classe que l’Etat a construit ici a fait plus de 10 ans. Et, aujourd’hui, elles ne contiennent même pas l’effectif d’élève de l’école. On était obligé de faire un vaste hangar en tôle et le compartimenter en salles de classe pour permettre à nos enfants de suivre les cours », a expliqué Mandjan Konaté.

A noter que toutes nos tentatives pour avoir la version du maire Ibrahima Sira Diakité sont encore restées vaines. Il n’a donné aucune suite à notre demande d’interview.

Ci-dessous, l’intégralité du discours du maire de Mandiana à l’occasion du Conseil administratif préfectoral, organisé les 27, 28 et 29 janvier 2021, à la Maison des jeunes de Mandiana, sous la présidence de monsieur Sadou Keita, Gouverneur de la région administrative de Kankan.

De Mandiana, Mamady Konoma Keita pour Guineematin.com

Tél. : 625 81 03 26

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin