Plusieurs jeunes en colère ont envahi ce samedi, 19 juin 2021, les domiciles privés du maire et du préfet de Mandiana. Ils étaient allés exprimer leur désapprobation des résultats du « recrutement des enquêteurs », pour la réalisation des opérations de collecte, organisé récemment par le ministère de l’agriculture et de l’élevage. Ces jeunes ont mis cette occasion à profit pour avertir ces autorités administratives de leur ferme intention d’empêcher, lundi prochain, le fonctionnement de l’administration, notamment dans les bureaux de la préfecture, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mandiana.

Ils sont arrivés sur des motos et ont pris de court le maire Ibrahima Sira Diakité et le préfet Mohamed Lamine Doumbouya. Apparemment, ces autorités ne s’attendaient pas à ce que les jeunes entreprennent une telle démarche, même s’ils avaient averti en début de semaine de leur intention d’empêcher les opérations de recensement dans la préfecture de Mandiana. Mais, c’était sans compter sur la témérité de ces jeunes révoltés par « l’injustice » de certains cadres.

« Nous sommes venus chez le préfet, chez le maire et chez le doyen du village pour leur dire qu’on va fermer lundi les locaux de l’administration générale jusqu’à la satisfaction de nos réclamations qui sont rien d’autre que le recrutement pur et simple de nos jeunes comme prévue dans les conditions de recrutement. Parce que pour nous, c’est de la foutaise maintenant. Il faut voir, on a dit de recruter les jeunes à la base ; mais, à notre fort étonnement, on voit les fils des directeurs de l’élevage, de l’agriculture qui sont venus pour l’enquête de recensement. Donc si  nos revendications ne sont pas prises en compte, rien ne nous empêchera lundi de fermer les portes de l’administration à travers une manifestation pacifique et civilisée », a indiqué Djoumè Diallo, le porte-parole de ces jeunes révoltés.

Pour rappel, la raison de la colère de ces jeunes est liée au recrutement de 44 jeunes pour une enquête initiée par le ministère de l’agriculture. Car, selon les informations, le gouvernement guinéen a bénéficié d’un financement de la Banque mondiale, à travers le projet de développement agricole intégré de Guinée (PDAIG, pour la réalisation du recensement national de l’agriculture et de l’élevage (RNEA). Et, dans cette perspective, le ministère de l’agriculture et de l’élevage a entamé un processus de recrutement national des enquêteurs pour la réalisation des opérations de collecte de données. Les dossiers de candidatures devaient être déposés au plus tard le 1er juin dernier auprès des directeurs préfectoraux de l’agriculture des 33 préfectures du pays (entre autres). Mais, dans les conditions de recrutement de ces enquêteurs, la lettre circulaire de ce recrutement précise que « les candidats doivent être des résidents des préfectures pour lesquelles ils postulent pour être enquêteurs ». C’est ainsi que dans la préfecture de Mandiana, 128 jeunes candidats ont postulé. Mais, à la sortie des résultats, seules 44 personnes ont été retenues pour la préfecture. Et, sur ces 44 retenues, seules 2 personnes sont des résidents de Mandiana. C’est cette situation qui a irrité les jeunes de cette zone aurifère. Ils estiment avoir été lésés dans ce recrutement et ils menacent d’empêcher le déroulement des opérations de recensement dans leur préfecture s’ils ne sont pas rétablis dans leur droit.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Tel : 00224 625 81 03 26

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin