Peu après la dispersion de son sit-in ce jeudi, 27 septembre 2018 devant la Cour Constitutionnelle, la Cellule Balai Citoyen de Guinée a organisé une conférence de presse à son siège à Coléah. L’organisation de la société annonce l’organisation d’une marche pacifique le lundi, 1er octobre prochain à Conakry pour dénoncer la destitution du président de la Cour Constitutionnelle par ses collaborateurs, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les forces de l’ordre ont violemment dispersé les manifestants réunis ce jeudi matin devant la Cour Constitutionnelle pour dire non à la destitution de Kèlèfa Sall, le président de l’institution. Quelques heures après, les responsables de la Cellule Balai Citoyen de Guinée, l’organisation de la société civile qui a appelé à ce sit-in, ont animé une conférence de presse. Une occasion pour Sékou Koundouno, l’administrateur général de l’organisation, de dénoncer l’attitude des agents de sécurité.

« On s’est fait le devoir hier d’écrire à la collectivité de Kaloum, ce qui n’est nullement une obligation aux termes de nos textes de loi dans le cadre du sit-in. Mais, fidèles à notre esprit de légalistes, à notre démarche d’instaurer un Etat de droit dans notre pays, nous avons estimé qu’elle devait être informée.

Malgré tout, ce matin, après le déploiement d’une cinquantaine d’observateurs, de superviseurs et de coordonnateurs afin de sécuriser tous les biens publics et privés se trouvant aux alentours du lieu du sit-in, on a été désagréablement surpris de constater le comportement non républicain, le comportement anticonstitutionnel, le comportement remontant du précambrien de nos unités d’intervention mais plus précisément de la police et de la gendarmerie », a dénoncé Sékou Koundouno.

L’activiste de la société civile estime que ce comportement des agents de sécurité ne doit pas rester impuni. C’est pourquoi, il annonce le dépôt prochain d’une plainte contre les responsables des unités identifiées sur le terrain. « Le commandant de l’unité de la gendarmerie a été identifié, le pickup a été identifié, même celui de la police. On a pris le soin de rencontrer le haut commandant en charge des unités de la gendarmerie qui, malheureusement était à Sonfonia pour les préparatifs de l’an 60 de notre indépendance.

En ce qui concerne ces unités qui sont intervenues en brutalisant les gens, en insultant, en blessant, en essayant de saccager les biens privés et publics, nous leur promettons que dès demain, les deux commandants de ces unités seront poursuivis devant les tribunaux internationaux », a laissé entendre l’administrateur général de la Cellule Balai Citoyen de Guinée.

Sékou Koundouno indique que cette situation ne va surtout pas dissuader son organisation ou la détourner de l’essentiel. Il annonce l’organisation d’une marche pacifique le lundi prochain à Conakry pour dire non à la destitution du président de la Cour Constitutionnelle. « Le lundi 1er octobre 2018, la marche initialement prévue du rond-point de la Tannerie en passant par l’aéroport, Bonfi, le pont de Kénien, la Bellevue et jusqu’à l’esplanade du stade du 28 septembre se tiendra.

La marche se tiendra conformément à l’itinéraire choisi, et toutes les dispositions seront prises par nous les organisateurs afin de l’encadrer pour que nos libertés ne puissent pas être entravées par ceux qui ne sont pas dans l’esprit de ces protestations. Nous continuerons à exercer tous les moyens légaux jusqu’à l’instauration de l’ordre constitutionnel au niveau de la plus grande et importante institution du pays », a dit le leader du Balai Citoyen de Guinée.

A rappeler que cette manifestation de rue annoncée, est prévue à la veille de la célébration du 60ème anniversaire de l’accession de la Guinée à l’indépendance. Reste à savoir si elle sera autorisée par les autorités.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com