Le Front National pour la Défense de la constitution (FNDC) avait appelé à manifester ce lundi, 20 juillet 2020, pour exiger le départ du président Alpha Condé. Si des échauffourées ont été enregistrées à certain endroits de Conakry, ce n’est pas le cas dans les villes de Coyah et Dubréka, où la journée a été relativement calme. Tel est le constat fait par un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

À Coyah, par exemple, les boutiques et magasins sont restés ouverts pendant cette journée. La circulation est restée fluide. Des groupuscules ont tenté de perturber la circulation. Mais, ils ont été aussitôt maîtrisés par les agents des forces de l’ordre.

Aziz Diop, préfet de Coyah

C’est en tout cas ce qu’a expliqué le préfet Aziz Diop qui dit avoir sérieusement travaillé en amont. « Nous avons sensibilisé les jeunes et les femmes à la veille et ça a porté fruit. On a responsabilisé les chefs des quartiers aussi ; et, chacun d’entre eux a joué son rôle pour la préservation de la paix à Coyah. Mais, malgré cela, il y a eu des groupes qui ont voulu brûler des pneus et mettre la vidange sur la chaussée. Mais, ils n’ont pas pu. Parce qu’on a vite mis en place une stratégie avec les forces de l’ordre pour les empêcher. Donc, finalement, ils ont échoué ! Et, tout se passe normalement à Coyah comme d’habitude. Toutes les dispositions sécuritaires sont prises pour parer à toute idée de manifestation à Coyah », a-t-il indiqué.

Khaly Sylla, vendeur d’essence et de gazole

Trouvé assis au bord de la route, Khaly Sylla, vendeur d’essence et de gazole au marché noir à Coyah, estime que la rue n’est pas la solution. « A chaque fois, le mot d’ordre de grève, on ne peut pas respecter ça ! Nous, nous vivons au jour le jour. D’ailleurs, chaque jour, on sort pour manifester sans succès. Ce pour quoi on se bat n’est jamais atteint. On a vu maintenant que la manifestation n’est pas la solution à nos problèmes. Il n’y a pas longtemps, on a perdu beaucoup de nos jeunes ici. Donc, on ne veut plus que Coyah soit à la une pour des manifestations. Il faut qu’on sache raison garder. Le vieux là (Alpha Condé, ndlr) va partir tôt ou tard. Il ne restera pas éternellement ».

Si à Coyah les citoyens ont vaqué à leurs occupations, ça n’a pas été le cas à Dubréka. Les citoyens ont décidé de s’abstenir de toute activité commerciale pour répondre à l’appel du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). De Kagbélen à la Cimenterie, en passant par Keitaya et Bailobaya, les boutiques et magasins étaient fermés. La circulation était moins dense que d’ordinaire. On pouvait voir quelques commerçants assis devant leurs boutiques fermées.

Les forces de l’ordre, composées de policiers et de gendarmes, patrouillaient dans la zone. Il y a eu des arrestations de quelques jeunes et des adultes à Bailobayah et à la Cimenterie.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin