Après deux journée infructueuses, les enseignants guinéens ont encore rallié nombreux le siège du Syndicat Libre des Enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). Mais, contrairement à lundi et mardi, ce mercredi, 9 janvier 2019, les grévistes disent vouloir battre le macadam jusqu’au palais du peuple où ils espèrent voir, enfin, leur leader, Aboubacar Soumah, signer un accord de sortie de crise avec le gouvernement.

Selon les reporters de Guineematin.com qui sont sur place, c’est Aboubacar Soumah en personne qui s’est mis en tête de cette marche. « La marche d’aujourd’hui n’est pas une marche de protestation », a tout de même tenu à préciser le leader syndical. « Au lieu de perdre le temps ici à emprunter des véhicules (et généralement les taxis viennent remplis puisque nous ne sommes pas à un point de départ), c’est pourquoi, nous avons estimé qu’il serait préférable pour nous, dans ces circonstances, de marcher jusqu’au palais du peuple pour que les gens nous voient et qu’ils comprennent que les enseignants sont unis et qu’ils sont solidaires », a indiqué Aboubacar Soumah.

Interrogé sur le contenu de l’accord qu’il espère signer ce mercredi avec le gouvernement, le syndicaliste a dit ne pas pouvoir livrer le contenu du document pour le moment.

A suivre !

Du siège du SLECG, Alpha Assia Baldé et Mohamed Doré pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin