Le mariage de Mariama Sylla a été célébré il y a deux semaines dans le district de Fatala, relevant de la commune urbaine de Fria. Ce mariage s’est fait sans le consentement de la fille, âgée de seulement 12 ans. Après avoir été battue par son mari et son père, elle a exposé le problème aux autorités qui ont convoqué le papa, rapporte la correspondante de Guineematin.com à Fria.

Selon la mariée, Mariama Sylla, couturière dans la ville de Fria, elle n’a jamais consenti à se marier à Mohamed Sylla, qui vit dans leur village à Fatala. Mais, son papa le lui a imposé. N’aimant pas son mari, elle a refusé d’entretenir des relations intimes avec lui.

« Depuis ma petite enfance, mon père avait dit que c’est Mohamed Sylla qui allait m’épouser. Mais, je lui disais toujours que je ne voulais pas de lui. Je suis avec ma maman en ville ici, je fais la couture que j’aime bien. Il y a deux semaines, on m’a appelé de l’atelier. Je suis rentrée à la maison sans savoir la raison. C’est là qu’on m’a dit d’aller à Fatala, que mon père veut me voir. Arrivée là-bas, il m’a dit que c’est mon mariage et que je dois l’accepter ; sinon, qu’il va me tuer », a expliqué la jeune mariée.

« Après le mariage, on m’a envoyée chez le garçon. La nuit, il s’est jeté sur moi, quand j’ai crié, il m’a frappé. Un autre jour encore, il m’a frappé et a dit à sa mère qu’il ne veut pas de moi, que si sa mère ne me prend pas de chez lui, il va me frapper tous les jours. Il a appelé mon père pour lui dire que je ne le respecte pas. Mon père m’a convoquée à Fatala. Quand je suis arrivée, il m’a mal frappée en me disant que c’est là-bas que je vais rester ; sinon, qu’il va me tuer et que personne ne lui dira quelque chose parce que c’est lui mon père », a précisé Mariama Sylla, ajoutant qu’elle ne peut actuellement ni s’asseoir, ni se coucher à cause des blessures sur son corps.

A part les explications de Mariama, certains voisins de la famille ont demandé aux autorités de venir au secours de cette petite fille qui est non seulement maltraitée ; mais qui se trouve également dans une situation difficile, des traces de fouets étant visibles sur son corps.

Déjà, l’ONG de défense des droits des femmes de Fria et la direction du centre d’autonomisation des femmes de Fria (CAPF) se sont saisis du dossier, ainsi que la gendarmerie. Il a d’ailleurs été demandé à monsieur Mr Manet, le président du district de Fatala, de tout faire pour que monsieur Gassim Sylla, le père de la fille, soit à sa disposition de la gendarmerie le plus tôt que possible.

Après avoir confirmé que ces genres de problèmes familiaux sont récurrents dans sa juridiction, le président du district de Fatala a promis de revenir avec l’accusé, Gassim Sylla.

En attendant l’audition de ses parents, Mariama Sylla se trouve dans de bonnes mains.

A rappeler que selon la gendarmerie, il y a plusieurs délits dans ce dossier, notamment le mariage précoce, le mariage forcé, la tentative de viol, les coups et blessures…

De Fria, Djénabou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224)628286744/657106995

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin