Le pouvoir de Conakry poursuit ses manœuvres visant à empêcher les manifestations de rue appelées par le FNDC à partir de demain, lundi 14 octobre 2019. Après l’interpellation de 6 leaders nationaux du FNDC dont son coordinateur, Abdourahmane Sanoh, hier, plusieurs autres opposants à un troisième mandat ont été arrêtés ce dimanche, 13 octobre à Matam.

Selon Ahmed Tidiane Sylla, le directeur de la cellule de communication de l’UFR, joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, ce sont 11 personnes qui ont été arrêtées. Il s’agit du coordinateur du Front National pour la Défense de la Constitution dans la commune de Matam et 10 autres membres du mouvement opposé au projet de nouvelle constitution visant à permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

L’opposant explique que ces personnes étaient rassemblées au domicile privé du vice-maire de Matam, Badra Koné, membre du parti UFR de Sidya Touré. C’est là que « quatre pick-up de gendarmes non immatriculés sont venus les trouver ». Les agents ont jeté du gaz lacrymogène dans la cour et même procédé à des tirs à balles réelles sans faire de victimes, selon notre interlocuteur. Ils ont ensuite procédé aux interpellations.

Grâce à l’intervention de plusieurs jeunes du quartier qui ont opposé une résistance aux agents de sécurité, le vice maire de Matam Badra Koné n’a pas été arrêté, alors qu’il était le principal visé. Ce dernier a réussi à sauver sa peau en prenant la fuite. Mais, les 11 membres du FNDC interpellés ont été conduits vers une destination qui reste pour l’instant inconnue.

De leur côté, Abdourahmane Sanoh, coordinateur national du FNDC, Ibrahima Diallo, Sékou Koundouno, Bill de Sam, Mamadou Baïlo Barry et Abdoulaye Oumou Sow, tous des leaders nationaux de ce front, sont détenus depuis matin. Ils ont passé la journée du samedi dans les locaux de la DPJ, à Kaloum, avant d’être transférés dans un endroit jusque-là tenu secret.

Malgré les multiples arrestations visant ses membres, le FNDC maintient son appel à des manifestations de rue dans tout le pays et à l’étranger à partir de demain, lundi 14 octobre 2019. Des mouvements qui visent à barrer la route au projet de troisième mandat du président Alpha Condé.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin