Me Santiba Kouyaté, avocat à la Cour

Comme annoncé précédemment, le procès en appel intenté par l’UFDG contre la fermeture de ses locaux a eu lieu ce jeudi, 18 février 2021, à la Cour d’appel de Conakry. Les avocats du principal parti d’opposition du pays et ceux de l’Etat guinéen se sont succédé devant le premier président de cette juridiction supérieure pour s’expliquer sur cette affaire. Après avoir écouté les deux camps, le juge a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 4 mars prochain.

Au sortir de l’audience, tenue à huis clos, les avocats de l’Etat guinéen, par la voix de Me Santiba Kouyaté, ont laissé entendre que l’UFDG ne peut pas gagner ce procès. Car, dit-il, les avocats du parti n’ont pas suivi la bonne procédure, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place. « L’UFDG ne peut pas obtenir l’ouverture de ses locaux parce que tout simplement, la procédure qui a été mise en place c’était une procédure de référé. Ses avocats le savent : quand la contestation est sérieuse, il faut saisir le juge de fond.

Dans le cas présent, comme vous le savez, à partir du 20 octobre 2020, suite à la déclaration de M. Mamadou Cellou Dalein Diallo qui a dit qu’il a remporté les élections, la Guinée a connu une situation insurrectionnelle. L’Etat dans son rôle régalien de protéger les personnes et leurs biens, à travers le ministère de la sécurité, le ministère de la défense et le ministère de l’administration du territoire, a pris la décision de la fermeture du siège de l’UFDG et du bureau de M. Mamadou Cellou Dalein Diallo.

Et, comme je viens de dire, la contestation étant sérieuse, la procédure qu’il fallait mettre en place, c’était d’assigner au fond. Si l’UFDG a des éléments de nature à asseoir ses prétentions, le juge saisi ordonnera sans nul doute la mesure sollicitée. Mais, une fois encore, en référé, M. Mamadou Cellou Dalein Diallo ne peut pas trouver solution au problème de fermeture des locaux de son parti. Voilà en substance ce que nous avons à dire devant le premier juge. Cette situation a été constatée et l’UFDG a été déboutée de ses prétentions.

Appel relevé, on est venu débattre aujourd’hui devant la Cour d’appel. Et pour votre information, au cours des débats, l’un des avocats de l’UFDG a dit que certains lieutenants se trouvent en prison. En ce que je sache, un leader politique n’est pas un lieutenant. Pour avoir le titre de lieutenant, il faut être un homme habillé. Mais, puisqu’eux-mêmes savent que la violence est érigée en un système de conquête du pouvoir politique en Guinée, c’est pourquoi dans leurs têtes, il y a le mot lieutenant.

Donc, ce que nous pouvons dire par rapport à l’audience du jour, nous, nous avons demandé à la Cour de confirmer purement et simplement l’ordonnance de référé rendue par Mme la présidente du tribunal de première instance de Dixinn. La Cour a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 04 mars 2021 », a dit Me Santiba Kouyaté, un des avocats de l’Etat.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin