C’est une banale histoire d’âne qui a conduit à ce drame qui a coûté la vie à deux personnes le jeudi dernier, 29 avril 2021, à Bourana (un secteur dans la commune rurale de Balandougouba, dans la préfecture de Mandiana). La première victime, Daouda Sangaré, a été poignardée ; tandis que la seconde victime, Loncény Sangaré, a été lynchée par une foule en colère.

Selon des informations confiées à Guineematin.com, c’est l’âne d’Ibrahima Sangaré (père de Loncény Sangaré) qui a blessé le fils de Daouda Sangaré vers 12 heures. Ce dernier prend son enfant blessé pour aller le montrer à Ibrahima Sangaré et lui demander de mieux surveiller son âne. Malheureusement, au lieu de se préoccuper de l’état de santé de l’enfant blessé, Ibrahima Sangaré s’est mis à mal parler à Daouda Sangaré, en prétextant qu’il n’a reçu aucun ordre d’aucune autorité d’entraver à la liberté de son âne ou de le mettre en parc.

Ainsi, à la fois surpris et fâché, Daouda Sangaré (le père de la victime de l’âne) se saisit de Ibrahima Sangaré et le propulse contre le mur. Puis, il prend son enfant blessé et le conduit au poste de police de Balandougouba. Mais, à la police, les agents lui diront d’envoyer le blessé au Centre de Santé pour des soins ; et, de revenir ensuite au poste pour la suite de la procédure contre Ibrahima Sangaré. Ainsi, Daouda Sangaré enverra son enfant au Centre de Santé ; mais, à son retour au poste de police, il sera contraint par ses proches de retirer sa plainte pour un règlement du problème à l’amiable. Car, ils (Daouda et Ibrahima) sont tous de la même de famille.

Malheureusement, de retour à la maison, en pleine séance d’explications, Loncény Sangaré (le fils de Ibrahima Sangaré) se saisit d’un couteau et poignarde Daouda Sangaré au flanc gauche. Ce dernier tombe et meurt sur place. Et de son côté, Loncény Sangaré prend la fuite après sa forfaiture. Mais, il a été très vite rattrapé par les gens du village et conduit au poste de police de Balandougouba.

Comme une trainée de poudre, la nouvelle du meurtre de Daouda Sangaré par Loncény Sangaré se repend dans la contrée. Finalement, aux environs 17 heures, une grande foule en colère envahi le poste de police pour réclamer la tête Loncény Sangaré. Au bout de quelques temps, elle réussi à l’extrait de son lieu de détention et le lapide à mort, sous le regard impuissant des policiers.

Aux dernières nouvelles, Ibrahima Sangaré (le propriétaire de l’âne et père de Loncény) a été mis aux arrêts et conduit au commissariat central de police de Mandiana pour des fins d’enquêtes.

Mamady Konoma Keita pour Guineematin.com

Tel : 00224 625 81 03 26

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin