Les débats dans le procès des présumés auteurs du meurtre du jeune Moussa Sow, pris en flagrant délit de vol et battu à mort, se poursuivent au tribunal criminel de Dixinn. Les chefs de quartier et de secteur de Hamdallaye 2, dans la commune de Ratoma, ont comparu ce lundi, 21 janvier 2019 en tant que témoin, pour apporter leur part de vérité dans ce dossier. Les deux responsables locaux ont enfoncé la famille du défunt, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Devant le juge, les deux responsables locaux ont expliqué ce qu’ils savent de cette affaire dans laquelle, Oumou Khairy Diallo et ses enfants, Mariam Diouldé Diallo et Mamadou Saliou Diallo, sont tous poursuivis pour « coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner »

Le chef de quartier de Hamdallaye 2, Kourouma Mamady Maldini, a été le premier à être appelé à la barre. Il s’est longuement expliqué sur ce qu’il sait de cette affaire.  « La nuit du 29 au 30 octobre 2018, j’ai été informé par mon chef secteur qu’un voleur a été appréhendé dans la famille de Mr Mamadou Lamarana Diallo. C’était à 3 h 10 minutes. Je lui ai dit d’aller auprès de la famille, de gérer et surtout de mettre à l’abri le jeune, chose qui avait été faite. Le matin, à 8 h 10mn, le chef secteur m’a appelé pour me dire qu’ils ont retrouvé la grande sœur du jeune. J’ai dit, remettez le jeune à sa sœur, chose qui a été également faite. Mais, par après, j’ai été encore informé que le jeune Moussa Sow a rendu l’âme à 11h 37 mn. Ce jour, c’était la marche de l’opposition, je ne pouvais pas me déplacer parce que tout le monde sait quand il y’a manifestation, Hamdallaye et surtout Gnariwada, c’est chaud. Mais le chef secteur a pris la famille victime de vol, ils sont passés vers le Centre émetteur et son venus chez moi. J’ai ai informé la brigade de recherche de Kipé, ils m’ont dit qu’ils allaient me rappeler, qu’ils informent le procureur d’abord. Quelques minutes après, le commandant de la brigade m’a rappelé et m’a mis en contact avec l’adjudant chef Ismaël. Dans la soirée, l’adjudant chef Ismaël m’a demandé de conduire la famille Diallo à la Brigade de recherche de Kipé, mais la famille était déjà rentrée, j’ai rappelé  mon chef secteur, je lui ai dit fait tout pour venir avec la famille chez moi demain matin. Le lendemain, j’ai déposé Oumou Khairy Diallo et sa fille à la Brigade de Kipé. Mais, l’adjudant chef Ismaël m’a dit que la famille de Moussa Sow dit qu’il y’a une personne qui manque, en l’occurrence le jeune Mamadou Saliou Diallo. Donc, je lui ai promis de promit de ramener le jeune. Je suis allé, son père me dit qu’il est à l’hôpital. Effectivement, je l’ai trouvé sous perfusion dans une clinique de la place. Quand il a fini,  on est monté dans le véhicule on est parti ensemble à la Brigade de Kipé. C’est ainsi que Mme Oumou Khairy et sa fille ont été déférées à la maison centrale. La famille du défunt Moussa Sow est venue à deux reprises pour que je change ma version en leur faveur. J’ai refusé, parce que je ne suis pas là pour une partie mais plutôt pour le peuple de Guinée. Même après le deuxième jour de l’audience, Mme Aminata Barry, la sœur du défunt Moussa Sow est venue avec un colonel et d’autres personnes pour que je témoigne en leur faveur. Je n’ai pas accepté, je leur ai dit, si j’ai besoin d’argent, mes fils sont à l’extérieur, ils m’en donneront », a-t-il expliqué.

De son côté, Mr Sow Mamadou Pathé chef de secteur 5, de Hamdallaye 2, a indiqué que le défunt Moussa Sow était bien un « bandit » et qui  n’était pas à sa première opération dans la concession de la famille Diallo.
 « C’était la nuit du 29 au 30 octobre 2018, dans les bandes de 2h 30mn que j’ai entendu des cris. D’ailleurs, ce sont ces cris qui m’ont réveillé, à quelques mètres de chez moi. J’ai aperçu une foule, je me suis approché avec méfiance. J’ai trouvé Moussa Sow assis par terre et ligoté au niveau des mains et des pieds. Je me suis approché de Mme Oumou Khairy Diallo, puisque c’était à la devanture de la concession, pour savoir ce qui se passait. Elle m’a dit qu’elle s’était réveillée pour aller aux toilettes et qu’elle s’est rendu compte que la porte de son salon était grandement ouverte. Elle a voulu se retourner pour savoir si c’était un membre de la famille qui était sorti. Elle s’est croisée avec Moussa Sow. Elle l’a attrapé au collet et a demander ce qu’il faisait dans sa maison. Après, Moussa Sow l’a mordu, elle m’a même montré sa main sur laquelle les traces de dents étaient visibles. Dans la foule, les gens demandaient à Moussa Sow combien de fois il était venu pour voler. Je l’ai entendu de mes propres oreilles dire que c’était sa deuxième fois, que la première fois c’était un téléphone et que cette fois si c’est des téléphones et un sac. La foule ne le croyait pas, puisqu’il y’avait eu deux autres vols où on avait emporté deux motos. Parfois, d’autres fonçaient sur lui en voulant le taper, c’est Mr Lamarana Diallo, le père de famille qui disait aux gens ne pas le toucher. Et, dans sa confession Moussa Sow avait dit que sa sœur habite tout près que même à elle il avait volé de l’argent, que celle ci avait accusé sa bonne mais par après elle a compris que c’était lui qui l’avait volé. Le matin à 8heure, Aminata Barry, la sœur de Moussa Sow est arrivée sur les lieux et a dit que c’est son frère, mais que celui ci a trop fatigué la famille par ses agissements. Elle a plaidé pour qu’on libère son frère, ils l’ont libéré et mis à sa disposition. Mais, au moment où Moussa Sow et sa sœur quittaient les lieux, il marchait, sa sœur Aminata Barry le tenait par la main et je n’ai pas vus de traces sur son corps. Et, dire que c’est Oumou Khairy et ses enfants qui l’ont battu, je ne peux pas confirmer cela, parce que dans mon quartier, quand tu cris au voleur, c’est tout une foule qui sort et, ce qui se passe après, personne ne peut l’expliquer et à mon humble avis, le défunt Moussa Sow était un voleur. Et lui et sa sœur l’avaient confirmé ce jour », a expliqué le chef secteur 5 du quartier Hamdallaye 2

Le procès a été renvoyé à ce mardi, 22 janvier 2019, pour les plaidoiries et réquisitions.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin