Bah Oury, président du parti UDRG (Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée)

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a annoncé hier, mercredi 27 janvier 2021, la mise en place d’un « cadre permanent de dialogue politique et social » en Guinée. Selon son décret, ce cadre sera une plateforme permanente de concertation et d’échanges entre les partis politiques, les organisations sociales, les collectivités et le gouvernement autour des questions d’intérêt national.

En prenant cette décision, le Chef de l’Etat guinéen accède à une revendication de plusieurs acteurs politiques et sociaux du pays, dont l’opposant Bah Oury.

Le président de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG) salue donc cette initiative et espère qu’elle permettra aux forces vives de la Guinée de discuter de manière sereine et responsable pour résoudre les problèmes auxquels le pays est confronté. Il l’a dit dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com ce jeudi, 28 janvier 2021.

« Comme nous l’avons toujours dit, il y a une nécessité d’une concertation nationale des forces vives en Guinée. Il faut que les gens puissent se parler et s’écouter afin de trouver des solutions idoines pour permettre le retour de la stabilité et une sortie de crise durable en Guinée. Nous ne pouvons donc que saluer l’initiative de ce cadre de concertation et nous espérons que la composition reflètera un ardent désir de voir de manière responsable, objective, et crédible, des hommes et des femmes représentatifs qui vont s’atteler à l’indispensable de nécessité de ressouder le tissu social et de résoudre, par la discussion, par un dialogue franc et responsable, les problèmes politiques que nous avons à l’heure actuelle », a réagi l’opposant.

Et pour atteindre cet objectif, le président de l’UDRG pense qu’il faudra mettre un accent sur la restauration de la confiance entre les acteurs concernés. « Lorsqu’il y a le feu qui prend quelque part, il faut d’abord l’éteindre avant de mettre en place, de la manière la plus durable, des mécanismes pour assurer  la prévention des conflits et pour la résolution des problèmes structurels tant sur le plan politique que social. Mais, dans le contexte actuel, moi je pense qu’il faut restaurer la confiance entre les acteurs.

Donc, les autorités politiques en situation de responsabilité doivent donner des gages de bonne volonté en faisant des gestes en ce qui concerne le vivre ensemble, en ce qui concerne la fermeture des frontières et enfin, en ce qui concerne les détenus politiques. Il faut qu’il y ait dans ce cadre des mesures permettant de rassurer la population qu’il y a un désir véritable de restaurer l’apaisement et le minimum de confiance entre tous les acteurs », souligne Bah Oury.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin