Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, l’inspection générale du travail a adressé hier lundi 30 avril une correspondance à Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée). La démarche visait à ouvrir un couloir de négociations sur un salaire de base de 8 millions de francs guinéens pour les enseignants. Mais, la correspondance a un problème de forme, a-t-on appris.

Selon Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG, « le bureau exécutif s’est réuni hier soir pour examiner la correspondance de l’inspection du travail. Au vu de la lettre, on s’est dit qu’elle soit en bonne et du forme. Le problème est que, c’est l’institution (SLECG, ndlr) qui a signé le protocole d’accord et c’est à elle qu’on doit adresser la correspondance et non à Aboubacar Soumah. Donc, il y a vice de forme ».

Devant cet état de fait, Aboubacar Soumah et son staff demandent que la lettre soit adressée au SLECG avant toute rencontre.

En outre, le SLECG version Aboubacar Soumah compte bien être de la fête du 1er mai, fête du travail, ce mardi au Palais du Peuple. « Habituellement, avant la fête, toutes les fédérations se retrouvent, le bureau exécutif  de la centrale se retrouve et met en place les différentes commissions. Après, on informe les fédérations. S’il y a des tenues, on se met en rapport avec les responsables de chaque fédération pour la distribution des tenues. Cette fois-ci, ça n’a pas été le cas. N’empêche, nous serons de la fête au palais », a laissé entendre Aboubacar Soumah.

Alpha Mamadou Diallo pour Guinematin.com

 Tel 628 17 9 17

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin