Un jeune d’une trentaine d’années, qui se fait appeler Pivi, a mis fin à ses jours par pendaison dans la ville de N’Zérékoré. L’acte s’est produit dans la nuit du jeudi au vendredi, 31 janvier 2020, au domicile l’opérateur économique Fassou Goumou, au quartier Nakoyakpala, dans la commune urbaine.

Selon nos informations, le jeune homme est un sourd muet qui a travaillait temporairement dans un champ de maïs appartenant à l’opérateur économique, Fassou Goumou. Interrogé par le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture, Fassou Goumou, tuteur de la victime, est revenu sur ce qu’ils se sont dits avant que Pivi passe à l’acte.

Fassou Goumou, opérateur économique

« Le jeune qui s’est pendu est un sourd-muet. Ça fait 5 ans quand je recrute des travailleurs pour aller dans mon champ de maïs. Il faisait partie du groupe. Après le travail de 7 à 8 mois, ils retournent ici en ville et chacun va dans sa famille. Ça fait 5 ans que quand je recrute, il reste dans le groupe. La dernière fois, quand je quittais au champ, on m’a appris qu’il est parti en Côte d’Ivoire. Il travaillait là-bas avec un autre patron. Dans leur groupe, il aurait eu un problème avec un des travailleurs. À la suite du problème, il était très fâché, il aurait pris une machette pour blesser le jeune. C’est ainsi que la population était sortie pour le bastonner. On l’a même attaché et frappé. Ces derniers temps, les gens m’ont dit que Pivi est revenu. Il m’a dit que c’est son côté gauche qui lui faisait mal. Je l’ai envoyé à l’hôpital pour son traitement. Quelques jours après, il me dit que ça va maintenant. Mais, j’avais remarqué en lui qu’il ne raisonnait plus comme avant. Même hier jeudi, on parlait sur ça. Je me disais que le fait d’avoir été frappé comme ça, peut-être qu’il est mentalement dérangé. Il rentre dans mon salon, il prend un morceau de pain sur la table, il sort. Après, il revient vers 22 heures, il nous dit au revoir et il sorti. On s’est dit au revoir et chacun est allé se coucher ».

Poursuivant, M. Goumou a dit toute sa surprise d’apprendre que son travailleur s’est donné la mort. « Le matin, je cherchais à me laver. Il y a une fille qui dort de l’autre côté, je lui ai dit de puiser de l’eau pour moi. Mais, je n’ai pas vu la corde. Je jette un coup d’œil sur l’avocatier, je vois la corde et en bas de la corde, je vois Pivi qui est suspendu. C’est ainsi que j’ai informé les autorités qui sont venues faire le constat avant d’envoyer le corps à la morgue de l’hôpital », a-t-il expliqué.

Il faut noter qu’aucune information sur la famille de la victime n’a été révélée.

De N’Zérékoré Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin