L’assemblée générale du principal parti de l’opposition guinéenne a été présidée ce samedi, 18 décembre 2017, par Cellou Dalien Diallo, président de l’UFDG.  Au cours de cette réunion, le chef de file de l’opposition s’est prononcé sur la grève des enseignants mais aussi sur les élections communales, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

En premier lieu, le président de l’UFDG a dit son point de vue sur la crise qui oppose le syndicat de l’éducation et le gouvernement. « C’est devenue très préoccupant que l’opposition a convoqué hier une réunion extraordinaire pour examiner la situation et prendre position. L’irresponsabilité des gens a fait que rien n’a été préparé comme cela se devait pendant les vacances scolaires. En pleine année scolaire, ils ont engagé le recrutement et le déploiement des maîtres et cela, dans une grande pagaille. Il y a eu de la corruption massive », pense-t-il.

Le président de l’UFDG pense que « la mauvaise gouvernance qui prévaut dans les finances publiques, touche actuellement ce secteur vital qui est l’éducation pour un pays normal. Les écoles sont fermées. Ce qui se passe dans nos écoles est source de préoccupation. Les parents souffrent pour les nourrir, les habiller, les soigner. Nous lançons un appel pressant aux parties prenantes de trouver rapidement une solution pour que les jeunes reprennent les cours », a-t-il demandé aux protagonistes.

Ensuite, Cellou Dalein Diallo a attaqué le sujet qui lui tenait  apparemment le plus à cœur. Il rappelle aux militants que l’opposition lui a donné mandat de rencontrer le président Alpha Condé. « Lors de notre réunion du vendredi, nous avons noté le retard pris dans l’application de l’accord politique du 12 octobre malgré les engagements pris par le président de la république. Aujourd’hui, il y a beaucoup de retard artificiellement créé par la mouvance ou la CENI pour refuser d’aller de l’avant. Ce qui est frustrant, c’est que la CENI refuse de coopérer avec le comité de suivi. Plusieurs lettres ont été adressées au président de l’institution pour qu’on puisse avoir un projet de chronogramme. La CENI refuse toute collaboration dans le cadre de l’organisation des élections locales. Les termes de référence de l’audit du ficher électoral ont été élaborés par l’opposition et le comité. Cela a été transmis à la CENI, mais elle n’a pas réagi. Et jusqu’à présent, l’appel d’offres qui devait être lancé depuis le mois de novembre, rien n’a été fait. Mais nous allons les prévenir que s’ils ne prennent pas les dispositions nécessaires pour qu’on aille aux élections d’ici au mois de juin on va reprendre les manifestations », a-t-il menacé.

Enfin, Cellou Dalein Diallo a demandé à ses militants de « se mobiliser pour exiger le respect de l’accord et l’organisation des élections locales. A chaque fois que l’échéance approche, la mouvance  trouve un prétexte pour ne pas le faire. Mais on ne peut pas continuer comme ça », a-t-il laissé entendre.

Abdoulaye oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620848501

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin