Elhadj Mohamed Aly Soumah, imam râtib de Kipé

Comme annoncé précédemment, les autorités guinéennes ont décidé de rouvrir exceptionnellement les mosquées et autres les lieux de prière le jour de la fête de Tabaski, à Conakry et dans les préfectures où les lieux de culte restent encore fermés. Cette décision a été annoncée dans un communiqué publié ce jeudi, 23 juillet 2020, par le secrétariat général des affaires religieuses. Elle vise à permettre aux fidèles musulmans de prier en groupe à l’occasion de la plus grande fête musulmane.

Interrogé par Guineematin.com, le premier imam de la grande mosquée de Kipé a vivement salué cette décision, qu’il trouve bonne mais insuffisante. Pour Elhadj Mohamed Aly Soumah, les autorités doivent aller plus loin en autorisant la réouverture des mosquées dans les zones où elles sont encore fermées à cause de la pandémie du coronavirus.

« Je suis très content parce que le jour de la fête de Tabaski est un grand jour. Mais, même le jour de la fête de ramadan, on devait autoriser la prière collective. Moi, je n’en veux pas au président de la République parce qu’il y a un conseil islamique, il y a le secrétariat général des Affaires religieuses, qui sont des structures qui s’occupent des questions religieuses en Guinée. La décision relative à la fermeture des lieux de culte fait suite à une réunion que ces structures ont tenue. Donc, la réouverture des lieux de culte dépend aussi d’elles. Ces structures ont été créées pour ça, c’est leur rôle. Elles devaient se réunir et dire au président de la République qu’il est temps de rouvrir les mosquées.

 

Les mosquées sont fermées alors que les gens vont au marché, ils y restent de 8 heures à 19 heures ; les écoles sont rouvertes ; les gares routières travaillent ; les gens sont dans les rues et beaucoup de personnes ont cessé même de porter les bavettes. Pourtant, personne ne va à la mosquée sans faire ses ablutions, ce qui implique de se laver les mains mais aussi les bras, le visage, les pieds… Donc, il n’y a pas de raison de ne pas rouvrir les mosquées. D’ailleurs, moi je pense que tant qu’on refusera de rouvrir les mosquées, on va continuer à vivre avec le coronavirus. Parce que quand on n’est pas avec Dieu, c’est coronavirus qui va s’installer. Donc, autoriser les prières le jour de la fête de Tabaski est une bonne chose, mais cette décision est insuffisante », a déclaré l’imam.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin