SAMSUNG CAMERA PICTURES

Comme annoncé précédemment, l’antenne du FNDC à Kamsar prévoyait d’organiser une nouvelle manifestation ce mardi, 26 novembre 2019, pour protester contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Mais, en raison d’une incompréhension entre les membres de l’antenne locale du Front National pour la Défense de la Constitution, celle-ci n’a finalement pas eu lieu. Ce qui a mis les militants du front en colère, rapporte un journaliste de Guineematin.com sur place.

Pourtant, tout semblait bien parti pour cette deuxième manifestation de l’antenne du FNDC dans la sous-préfecture de Kamsar. De nombreux citoyens, habillés majoritairement en rouge, ont rallié comme prévu le stade de Filima. Ils sont venus avec l’intention de se rassembler à cet endroit avant de marcher jusqu’à la devanture du siège du siège de la sous-préfecture. Mais, alors que le stade se remplissait, une information de dernière minute est venue tout changer.

Pendant que le coordinateur de l’antenne locale du Front National pour la Défense de la Constitution donnait des consignes aux militants pour la bonne tenue de la marche, Elhadj Tafsir Diallo, un responsable de l’UFDG à Kamsar, a pris le micro pour annoncer qu’il n’y aura pas de marche. Il a indiqué qu’en lieu et place de la marche initialement prévue, c’est plutôt un meeting qui aura lieu, à la demande des autorités locales.

Abidine Baldé, coordinateur sous-préfectoral du FNDC à Kamsar

Abidine Baldé, coordinateur sous-préfectoral du FNDC à Kamsar, explique l’origine de cette situation. « Ce n’était pas un meeting qui était prévu mais plutôt une marche allant du terrain de Filima à la sous-préfecture de Kamsar. La lettre a été envoyée aux autorités qui n’ont pas voulu répondre. Entretemps, je suis parti à Conakry pour des soins, c’est à 2 heures que je suis rentré. Mais une délégation du FNDC composée des responsables des partis politiques est allée rencontrer les autorités. Les autorités ont dit que si c’est meeting, on peut le tenir, mais pas une marche alors que tout Kamsar attendait une marche », a-t-il regretté.

Ce changement de programme annoncé à la dernière minute a provoqué l’ire des militants du FNDC qui étaient déterminés à marcher dans la rue. La plupart d’entre eux ont crié à la trahison et ont quitté immédiatement le stade. Finalement, il n’y a eu ni marche, ni meeting. Certains jeunes, en colère, ont voulu même ériger des barricades sur la route à partir du marché Filima pour exprimer leur ras-le-bol face à cette situation. Mais, ils en ont été dissuadés par le coordinateur du FNDC dans la sous-préfecture.

De Kamsar, Abdoulaye N’koya Sylla, envoyé spécial de Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin