L’institution nationale indépendante des droits humains a bouclé hier, vendredi 28 juin 2019, sa deuxième session annuelle. Tenue au palais du peuple de Conakry, la cérémonie a été présidée par Dr Alya Diaby, président de l’INIDH. Elle a connu la présence du ministre conseiller à la présidence, chargée des relations avec les institutions républicaines, des représentants du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme et des ONG de défense des droits humains, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Au cours de cette session qui a duré 20 jours, les membres de l’INIDH ont réussi notamment à adopter le rapport alternatif de l’examen périodique universel (EPU) et lancer la deuxième édition de la palme d’or nationale des droits de l’homme. Dans son discours de clôture, Dr Diaby, le président de l’INIDH, a rappelé qu’il a participé à la célébration de la journée internationale de soutien aux victimes de torture, le 26 juin dernier, à Labé.

Ce fut l’occasion pour cet activiste des droits de l’homme, de partager avec les acteurs et partenaires impliqués dans l’élimination de la torture, sa préoccupation. « Cette journée, (…) a été un moment intense pour nous de rappeler à la triste réalité de la persistance du phénomène de torture en Guinée », a-t-il souligné.

Il a mis cette occasion à profit pour interpeller les forces de l’ordre sur la nécessité de mettre un terme à la torture sous toutes ses formes. « L’INIDH en appelle aux forces de maintien d’ordre qui sont les gendarmes, policiers, bénévoles, gardes forestiers au respect de l’interdiction de la torture et autres peines ou traitements inhumains et dégradants ».

Décidée à encourager la promotion et la protection des droits de l’homme en Guinée, l’INIDH s’est engagée à organiser cette année la deuxième édition de la palme nationale des droits de l’homme. La première édition avait été remportée par les deux premiers chefs religieux du pays, Elhadj Mamadou Saliou Camara, premier imam de la Grande Mosquée Fayçal de Conakry et Monseigneur Vincent Koulibaly, archevêque de Conakry.

Pour cette année, la Palme nationale des droits de l’homme (PANADH) portera sur le thème : « Promotion et protection de la femme avec pour sous thème : la lutte contre les violences basées sur le genre (viols, mutilations génitales féminines, lutte contre les violences faites aux femmes de ménage et les domestiques). Ceci dit, je déclare solennellement ici et maintenant que ce 28 juin marque l’ouverture aux candidatures à la PANADH 2019 », a dit le président de l’INIDH.

ministre conseiller du président de la République, chargé des relations avec les institutions, Elhadj Mohamed Lamine Fofana,
Elhadj Mohamed Lamine Fofana

Présent à la cérémonie, le ministre conseiller du président de la République, chargé des relations avec les institutions, Elhadj Mohamed Lamine Fofana, a tenu à saluer le travail professionnel et sérieux mené par les commissaires de l’INIDH pendant cette session. « Le gouvernement apprécie à sa juste valeur le travail d’encouragement de tous ceux qui se battent pour la promotion et la protection des droits dans le monde et en Guinée y compris les droits catégoriels », a déclaré le ministre de la justice par intérim.

A rappeler que l’’INIDH est l’une des 13 institutions constitutionnelles du pays. Elle est chargée de promouvoir et de protéger l’ensemble des libertés et des droits fondamentaux de la personne. Elle est chargée également de prévenir la torture et toutes autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin