Elhadj Ousmane Baldé, président de la Coordination nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée

L’attaque du domicile privé du Khalif général du Fouta Djallon, Elhadj Bano Bah, le mercredi dernier, 15 janvier 2020, suscite encore l’indignation et la préoccupation des fils de la Moyenne Guinée et d’ailleurs. Très surpris par cette agression attribuée aux forces de l’ordre, plusieurs notables, des sages et des cadres du Fouta ont afflué à Pita avant-hier, samedi, pour s’enquérir de l’état de santé de la première autorité morale de la moyenne et lui réitérer leur soutien et leur sympathie face à l’épreuve qu’il a subie, en marge des violences survenues à Pita lors des manifestations du FNDC contre un 3ème mandat du président Alpha Condé, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Pita.

Ils sont venus de tous les coins de la Guinée et d’ailleurs pour constater cette attaque du domicile privé du Khalif général du Fouta Djallon ; mais, aussi partager la peine, la peur, la préoccupation et l’indignation d’Elhadj Bano Bah, l’autorité morale de la Moyenne Guinée. Au nombre des délégations qui ont effectué le déplacement figure en première ligne la coordination nationale des Foulbhès et Haali Poular. Cette importante délégation était dirigée par Elhadj Ousmane Baldé, le président de ladite coordination.

Bien que sous le poids de l’âge, le président la coordination nationale des Foulbhès et Haali Poular a emprunté son véhicule pour être aux chevets de la « sommité actuelle du Fouta Djallon » dont la quiétude a été troublée le mercredi dernier par des agents des forces de l’ordre qui ont attaqué son domicile, en marge des manifestations contre un troisième mandat du président Alpha Condé. Et, dans un langage dû à un sage, Elhadj Ousmane Baldé a exprimé sa préoccupation face aux « violences dont les peuls et Haali poular sont victimes en Guinée, ces dernières années ».

Selon le président de la coordination nationale des Foulbhès et Haali Poular, les violences qui étaient autrefois concentrées à Conakry se sont élargies et touchent aujourd’hui tous les fils du Fouta où qu’ils soient sur le territoire national.

Elhadj Ousmane Baldé, président de la Coordination nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée

« Nous sommes là aujourd’hui parce que Elhadj Bano Bah, l’autorité morale du Fouta, a été agressé à son domicile. Se réunir ici, c’est ce que nous pouvons faire. Si on pouvait faire quelque chose d’autre, on l’aurait fait aussi. Parce qu’il est important de montrer à autrui qu’on ne doit pas porter atteinte au respect, à la dignité et à la considération que tu as pour tes parents. Si chacun de nous ici présent est venu d’où il était, on s’est réuni ici (à Pita), et qu’on ne dise pas quelque chose de clair et limpide, on aura rien dit alors. On confie à ceux auxquels Dieu a confié la religion dans la région du Fouta d’analyser ce qui s’est passé ici. C’est ce qu’on appelle agression. Si on ne le dit pas comme ça, ceux auxquels on parle n’entendront pas. On remercie Dieu et nos parents pour le fait que leur volonté (ceux qui ont attaqué le domicile du Khalif du Fouta) ne s’est pas accompli… On demande aux musulmans et toute la population guinéenne de nous venir au secours. Puisque, ce qui a eu lieu ici (à Pita) ne se passait qu’à Conakry. Et, à Conakry aussi, ce sont les peuls seulement qui sont victimes… Maintenant, ça s’est élargi sur tout le territoire, partout où il y a un Peul et un Haali Poular (quelqu’un qui parle Poular). Ce n’est pas à Kankan ou à Conakry seulement. Les violences, les agressions sont venues jusqu’à Pita où se trouve le central du Fouta Djallon. A vous les autorités, on vous confie de faire comprendre à tout le monde que c’est sur le Fouta qu’on est actuellement. Mais, que Dieu fasse une barrière entre ceux qui sont contre le Fouta et nous (les Peuls et haali Poular) », a dit Elhadj Ousmane Baldé devant cette assemblée de sages réunie à la grande mosquée de Pita.

Poursuivant son allocution, le président de la coordination nationale des Foulbhès et Haali Poular a laissé entendre que les auteurs des violences ne cherchent qu’à mettre dos à dos les composantes de la nation. « On félicite les populations guinéennes ; car, ce ne sont pas elles qui se détestent entre elles. Les gens entre se tolèrent entre eux et s’entraident mutuellement. Pour preuve, le Patriarche de N’zérékoré a envoyé une délégation pour nous dire que ce qui est en train de se passer actuellement ne doit pas être une source de conflit ou de confusion entre nos communautés. Parce que ceux qui sont en train de pousser, de provoquer, veulent simplement trouver des failles entre les populations pour les mettre dos à dos, pour enfin dire que ce sont les populations qui sont en conflit. Et, pourtant, il n’y a aucun conflit entre les gens… », a indiqué Elhadj Ousmane Baldé.

Pour le président de la coordination nationale des Foulbhès et Haali Poular, les guinéens ont des valeurs qu’ils ne peuvent fuir. Et, selon lui, l’union de toutes les communautés est le seul remède contre les violences actuelles. Cependant, Elhadj Ousmane Baldé a aussi formulé des bénédictions contre les auteurs de ces violences.

« Il vous souviendra que c’est en 2014 que je suis allé à N’zérékoré. Ensuite, j’ai délégué la coordination du Fouta chez le Patriarche de N’zérékoré. Nous avons fait un programme pour faire un pacte. Malheureusement, les autorités préfectorales et le gouvernorat n’ont pas voulu que ce pacte voit le jour à ce moment-là… Le Fouta et la Forêt, ainsi que la Basse Guinée et la Haute Guinée constituent un seul homme, une seul terre qu’ils ne peuvent jamais partager. Ces régions ne peuvent non plus disloquer les nombreuses valeurs sociales, religieuses et coutumières qu’elles ont en commun… On prie Dieu que ceux qui sont en train de nous mettre sur le feu (les auteurs des violences, des agressions, des tueries…) soient un jour là où ils nous ont mis aujourd’hui. Puisse Dieu se venger pour nous. Nous prions les sages du Fouta de nous faire des prières, des bénédictions et des sacrifices. Qu’ils trouvent les voies et moyens pour nous unir davantage. Car, si on est réellement uni, aucun escroc ne trouvera de la place parmi nous… », a déclaré Elhadj Ousmane Baldé.

Selon le président de la coordination nationale des Foulbhès et Haali Poular, personne ne peut dire aujourd’hui qu’il n’a pas vu ou entendu ce qui est en train de se passer actuellement en Guinée. Car, dit-il « à qui veut l’entendre, au-delà de la haine contre le Fouta, c’est de la foutaise » qui est infligée à de cette région de Guinée.

« Nous (le Fouta) demandons à la Forêt, à la Basse Côte et à la Haute Guinée de nous venir en aide. On a aujourd’hui 149 personnes mortes. On tire sur les gens à leurs domiciles, on renverse leurs marmites (le manger), on les frappe chez eux avec leurs épouses. Il y a des gens qu’on sort des mosquées pour les tabasser ou on leur fait ramasser des ordures dehors et on leur dit de les jeter dans les mosquées… Ce qui est en train de se passer actuellement en Guinée, si tu ne l’a pas vu, tu l’as au moins entendu… Ils laissent leurs enfants, leurs épouses et leurs parents chez eux pour venir insulter les parents et les membres de la famille de quelqu’un chez lui. C’est devenu un manque de respect, de la foutaise. Ceux qui sont en train de nous malmener nous détestaient avant. Mais, aujourd’hui, c’est devenu de la foutaise. Et, nous nous demandons à quand cela va finir. Que Dieu nous vienne en aide », a conclu Elhadj Ousmane Baldé, tout en promettant, si Dieu lui donne la santé et la longévité, de se rendre dans chaque préfecture de Guinée pour dire ce qu’il veut pour le bien-être de la Guinée, « pour que cessent les problèmes que des gens sont en train de créer dans le vide… ».

De retour de Pita, Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin