Le nouveau coordinateur du Système des Nations Unies en Guinée et la représentante résidante du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) ont rencontré les représentants du Conseil Local des Jeunes (CLJ) de Matoto, ce vendredi, 24 juillet 2020. La démarche visait à évaluer l’impact sur la commune du projet d’appui à la participation des jeunes femmes et jeunes hommes à la gouvernance dans les 20 communes les plus conflictogènes de la Guinée. La rencontre a eu lieu dans l’enceinte de la mairie de Matoto, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour prévenir les conflits en Guinée et sensibiliser davantage les jeunes à la culture de la paix et de la non-violence, notamment en période électorale, le système des Nations Unies en Guinée, l’UNFPA et le gouvernement, à travers un financement du Fonds de consolidation de la paix, ont lancé il y a près de deux ans, un projet innovant en faveur des jeunes. Il s’agit du projet à l’appui à la participation des jeunes femmes et jeunes hommes à la Gouvernance dans les 20 communes les plus conflictogènes de la Guinée. Le Conseil Local de la Jeunesse (CLJ) de Matoto, seule commune bénéficiaire dudit projet à Conakry, a été mis en place en septembre 2019. C’est pour faire l’état des lieux pour le cas de Matoto que la rencontre de ce vendredi a eu lieu.

Mamadouba Tos Camara, Maire de la commune de Matoto

Dans son discours, Mamadouba Tos Camara, maire de la commune de Matoto, s’est réjoui de la mise en place du CLJ dans sa circonscription et des résultats obtenus sur le terrain. « Il ressort de l’analyse participative des conflits réalisés en 2016 que Matoto figure parmi les 20 communes les plus conflictogènes de la Guinée. Ce qui justifie d’ailleurs le choix de notre collectivité parmi les communes cibles du projet. Mesdames et messieurs, en 18 mois de mise en œuvre de ce projet, vous avez posé des jalons importants qui nous ont permis d’avoir une bonne base institutionnelle et des perspectives prometteuses dans le cadre de la prise en compte des besoins et des préoccupations des jeunes dans le processus de développement local », a-t-il laissé entendre.

madame Condé Salé Nabé, présidente du CLJ de Matoto

Pour sa part, madame Condé Salé Nabé, présidente du CLJ de Matoto, s’est félicitée de l’implication des jeunes dans la préservation de la paix et des résultats obtenus par son équipe. « Des frustrations naissent parfois au niveau des jeunes suite à leur non-implication dans la gouvernance locale. Donc, si l’avis des jeunes est pris en compte, comme nous l’avons remarqué avec ce projet, cela permet de dissiper les frustrations et réduire considérablement les conflits dans nos localités. Donc aujourd’hui, notre objectif est d’être là comme organe consultatif au niveau des jeunes à la base. Nous qui avions été élus par nos frères et sœurs venant des 38 quartiers de Matoto, nous sommes heureux donc, à travers les focus groupes que nous avons créés, de nous exprimer avec fierté avec nos frères et sœurs, pour pouvoir résoudre les conflits dans notre commune. Et, nous commençons déjà à avoir des résultats qui sont déjà appréciables. Pour preuve, depuis quelques mois, il y a moins de manifestations dans la commune de Matoto. Et à l’approche de cette élection présidentielle, nous allons être là pour prévenir des conflits avant, pendant et après les élections », a-t-elle promis.

Madame Sow Barbara Mckinney, représentante résidente de l’UNFPA en Guinée

De son côté, Madame Sow Barbara Mckinney, représentante résidente de l’UNFPA en Guinée, a salué l’engouement des jeunes pour ce projet, surtout qu’il est porté par une femme. « Ce qu’on peut saluer, c’est que la dynamique de la jeunesse ici dans la commune de Matoto est très forte. Elle est sous le leadership d’une jeune femme, accompagnée d’un jeune maire qui est aussi très dynamique. Le message que je retiens ici, c’est que sans l’implication structurée de la jeunesse, les communautés à la base auront des difficultés à avancer. La jeunesse donne une impulsion, elle donne une vision et elle donne une énergie, qui sont les trois composantes nécessaires pour avancer ensemble dans la paix. Comme la présidente de la CLJ avait dit dans nos échanges, les femmes ont un rôle important à jouer dans la consolidation de la paix, les jeunes femmes encore plus. Elles peuvent parler à leurs frères et sœurs, elles peuvent aussi parler à leurs aînés en disant que la paix est la meilleure façon par laquelle on peut avancer ensemble ».

Martin Vincent, nouveau coordinateur résidant du Système des Nations Unies en Guinée

Abondant dans le même sens, Martin Vincent, nouveau coordinateur résidant du Système des Nations Unies en Guinée, s’est réjoui de l’engagement du CLJ de Matoto et espère que les actions vont se poursuivre. « Ma première réaction après ce que je viens d’entendre, c’est que je suis très impressionné. Je ne m’attendais pas à trouver des réalisations comme celles-ci. Je suis ravi de voir que les Nations Unies ont pu contribuer à ce projet, à l’établissement de ces Conseils Locaux de la Jeunesse. On a mis en place la première pierre de l’édifice avec la possibilité de contribuer au dialogue social et politique. Ce qui est important, c’est la pérennité de cette structure et voir comment nous-mêmes on peut vous accompagner dans la réalisation de vos projets ».

A noter que le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes était représenté à cette cérémonie par Sény Damba, conseiller principal et point focal de ce projet au sein du département.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin