Les administrateurs scolaires des sous-préfectures de Kankan sont mécontents de ne pas bénéficier des primes d’incitation accordées aux enseignants. Ces responsables d’écoles, qui sont aussi des chargés de cours, menacent de bouder les classes s’ils ne sont pas intégrés dans le lot des bénéficiaires de ces primes. Ils ont fait cette annonce au cours d’une réunion tenue ce samedi, 23 janvier 2021, à la maison des jeunes de Kankan, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Ils sont au nombre de 110 directeurs d’écoles primaires et de principaux de collèges évoluant dans les sous-préfectures de Kankan à se faire entendre. Ces administrateurs scolaires ne comprennent pas pourquoi ils ne bénéficient pas des primes d’incitation des enseignants, alors qu’ils sont également des enseignants en situation de classe. Ils annoncent que si le gouvernement ne les rétablit pas dans leurs droits, ils vont arrêter les cours qu’ils dispensent dans leurs écoles respectives.

« Il y a de cela un an que les primes d’incitation sont payées ; et nous, on n’en bénéficie pas. On a rencontré le directeur préfectoral de l’éducation, le préfet, l’inspecteur régional de l’éducation, le gouverneur de la région, ils nous ont rassurés que la prochaine fois, on serait rétablis dans nos droits. Mais cette fois encore, les payeurs nous disent que nous ne sommes pas dedans. Donc, nous attirons l’attention de l’Etat, nous demandons à l’autorité de nous rétablir dans nos droits. A défaut, nous serons obligés d’abandonner les salles de classe », a déclaré Ibrahima Camara, directeur de l’école primaire de Bankalan, dans la sous-préfecture de Karifamoriah.

Selon ces administrateurs scolaires, leurs homologues de Kouroussa, Mandiana et Kérouané perçoivent régulièrement les primes d’incitation. Il estime qu’il est anormal donc qu’eux n’en bénéficient pas. « On a appris que ceux de Kouroussa, Mandiana et Kérouané ont été payés, même les primes passées. Ceux de Gbérédou Gbaranama (Kankan) aussi ont été payés, mais pas nous. Il y a des ressortissants de ces localités qui aident les enseignants et les directeurs à avoir ces primes-là. Nous, nous n’avons personne pour nous aider. Donc, nous demandons aussi aux autorités de nous rétablir dans nos droits », a lancé M. Camara

A rappeler que pendant le recensement des enseignants bénéficiaires des primes d’incitation, les responsables d’écoles n’avaient pas été pris en compte, alors que beaucoup d’entre eux sont en situation de classe.

 

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin