Marie Madelaine Dioubaté

Le procès de Marie Madeleine Dioubaté, présidente du Parti des Ecologistes de Guinée, s’est poursuivi ce mercredi 9 juin 2021, au tribunal de première instance de Dixinn. Cette audience, tout comme la précédente d’ailleurs, s’est tenue en l’absence de l’opposante guinéenne, résidant en France, et sa sœur Nana Martine Dioubaté, qui réside au Mali.

Les sœurs Dioubaté sont poursuivies pour abus de confiance et complicité d’abus de confiance portant sur un diamant d’une valeur de 45 millions de dollars américains. Au cours de cette audience, la partie civile a demandé au tribunal de faire une jonction de procédures entre ce dossier et celui concernant deux autres citoyens poursuivis dans le cadre de cette même affaire, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

« Il y a un premier dossier dans lequel le ministère public a poursuivi Thierno Algassimou Diallo et Mamadou Lamarana Diallo pour abus de confiance et complicité. Le second dossier a été introduit sur l’initiative de ma cliente Mlle Djéïnabou Diallo, victime d’abus de confiance. Elle a cité Marie Madeleine Dioubaté et sa sœur Nana Martine Dioubaté. Cette affaire a été évoquée la semaine dernière, la consignation a été fixée, et nous avons versé ce montant.

Aujourd’hui, nous avons demandé la jonction de la procédure puisque les faits ont été commis par plusieurs personnes, résidant dans divers lieux. Il y a des faits qui ont été commis en Guinée, d’autres au Mali et d’autres en France. Mais la loi guinéenne, notamment l’article 12 du Code pénal, indique que lorsque des Guinéens commettent des infractions, même s’ils se trouvent à l’étranger, les juridictions guinéennes sont compétentes pour les juger. C’est pourquoi nous avons demandé cette jonction, parce qu’on ne peut pas juger les uns et laisser les autres.

Imaginez-vous que nous plaidions le dossier de Mamadou Lamarana et de Thierno Algassimou, qu’une décision soit rendue et que nous soyons obligés encore de plaider le second dossier. S’il y a deux décisions contradictoires dans cette affaire, en ce moment, on va parler de mal jugé. C’est pourquoi, il est logique et légales que les deux affaires soient jointes pour en faire une seule affaire pour que toutes ces personnes soient jugées par la même juridiction », a expliqué Thierno Amadou Oury Diallo, avocat de la partie civile.

Le tribunal a renvoyé l’audience au 23 juin prochain pour se statuer sur cette demande de la partie civile.

A rappeler que le diamant dont il est question dans cette affaire a été ramassé par la ménagère Djéïnabou Diallo, à Lambanyi, un quartier de la banlieue de Conakry. Par le biais d’un démarcheur, elle a remis la pierre précieuse à Nana Martine Dioubaté, qui l’a ensuite donnée à sa sœur Marie Madeleine Dioubaté. Peu après, cette dernière a déclaré que le diamant a été volé en France. Une version à laquelle ne croient pas la plaignante et son avocat. C’est pourquoi, ils ont porté plainte contre les sœurs Dioubaté pour « abus de confiance et complicité d’abus de confiance ».

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin