C’est désormais chose faite ! L’Assemblée nationale, réunie en séance plénière, a approuvé à la majorité des députés présents, le volet « recettes » de la loi de finances initiale 2021, portant sur une enveloppement de 23 mille 511 milliards, 64 millions de francs guinéens. Au terme de la rencontre, l’Honorable Togba Doré, le président de la commission économique, financière, du plan et de la coopération de l’Assemblée nationale, a expliqué aux journalistes présents, dont un de Guineematin.com, l’existence de possibilités pour rehausser le niveau des recettes de l’Etat.

Il suffit, selon lui, de comparer les budgets 2020 et 2021, pour s’en convaincre. « Quand vous regardez le projet de loi de finances initiale 2021, il y a un constat qui s’impose tout de suite. Le gouvernement, à travers le ministère de l’économie et des finances et celui du Budget, est d’accord qu’il y a une possibilité d’augmenter les recettes de l’Etat. Si vous regardez les statistiques qui nous ont été fournies, vous constaterez que le gouvernement espérait une augmentation de deux mille milliards de francs guinéens, en passant de 21 mille environ à plus de 23 mille milliards. Et, nous, à l’Assemblée nationale, quand on a examiné ce document et reçu les régies financières, on a fait un échantillonnage. On a pas pris tout le groupe. Mais, quand vous recevez ces régies, vous avez l’impression que des possibilités existent pour augmenter le budget. Cela veut dire que le Gouvernement et l’Assemblée nationale sont d’accord que le potentiel existe pour augmenter les recettes de l’Etat », a indiqué le député uninominal de N’Zérékoré.

Pour y arriver, cet expert parlementaire évoque la constitution de missions d’information qui vont rencontrer les différentes régies financières, très prochainement.

Honorable Togba Doré

« Mais, comment faire ? Du côté du gouvernement, il y a des réformes en cours. Du côté de l’Assemblée nationale, après l’adoption du budget, à partir de janvier, nous allons faire un programme pour visiter les régies et comprendre quelle est la réalité budgétaire pour pouvoir faire des recommandations. C’est ce qu’on peut faire.

Et, nous allons dire au gouvernement, vous avez dit dans votre LFI 2021 que telle régie peut donner tel montant. Au jour d’aujourd’hui, après notre passage là-bas, nous pensons que telle régie peut donner un tel montant. Et à eux de prendre tout ça en compte pour permettre un accroissement des recettes. Il y a ce qu’on dit et la réalité sur le terrain. Puisque le budget, c’est un objectif. On se dit que pour 2021, on va mobiliser mille. Cela peut être atteint ou pas. Mais, on sait que si chacun fait son boulot, on peut avoir un peu plus de mille. C’est un peu à cette tâche que le Parlement, notamment la commission, va s’y mettre pour contribuer sensiblement à l’amélioration des recettes budgétaires », a expliqué le Président de la commission économique et financière du parlement guinéen.

Au nombre de ces régies visées, il y a l’ARPT et la LONAGUI dont les budgets ont été vérifiés par les parlementaires.

« Parmi les régies concernées, il y a l’ARPT (l’autorité de régulation des postes et télécommunications), qui pense pouvoir donner 117 milliards, alors que le document lui demande 202 milliards pour l’année 2021. On a confronté les deux parties. On a trouvé aisément que cette structure peut le faire. Pour y arriver, nous allons partir de leurs états financiers et nous verrons si elle peut ou non. Nous avons le cas de la LONAGUI (loterie nationale de Guinée) qui, pour 2020, avait une prévision de 21 milliards. Et au 31 octobre, cette société a fourni 31 milliards dans les comptes. Cela veut dire que si nous suivons bien cette régie, nous pouvons mobiliser plus de recettes et pouvoir les sécuriser en plus. C’est-à-dire, envoyer cet argent dans les caisses de l’Etat sans passer par des points intermédiaires », a indiqué le député.

Propos recueillis par Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin