Officiellement, les écoles d’enseignement technique et professionnel ont rouvert leurs portes ce lundi, 9 novembre 2020, sur l’ensemble du territoire guinéen. Mais, cette rentrée n’a pas été effective au Centre de Formation Professionnelle (CFP) de Matoto. Une situation due en partie à des travaux de rénovation en cours dans cet établissement d’apprentissage de métiers, a appris un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Le Centre de Formation Professionnelle (CFP) de Matoto est composé de six filières : la mécanique automobile, la chaudronnerie, la menuiserie, l’ébénisterie, la plomberie, la maçonnerie et l’électricité de bâtiment. Mais, aucune de ses filières n’a pu reprendre les cours ce lundi 9 novembre, jour de rentrée des écoles professionnelles. En effet, la plupart des bâtiments devant recevoir les 407 élèves que compte l’établissement sont en train d’être rénovés, explique Baba Camara, directeur des études et des stages de cette école.

« Nous avons principalement deux promotions : la deuxième et la troisième année mécanique, la deuxième et la troisième année chaudronnerie, la deuxième troisième année maçonnerie. Les quatre autres options, nous avons seulement la deuxième année, parce que c’est deux ans de formation. Au total, nous avons 407 élèves dont 13 filles. Pour cette rentrée, tous les membres de la direction, au nombre six, sont présents ; les encadreurs du jour aussi sont là. Mais, les élèves sont absents pour deux raisons. Premièrement, il peut s’agir du premier jour, donc peut-être qu’ils ne sont pas suffisamment informés ou autre chose que je ne peux dire ici.

Deuxièmement, le manque d’engouement peut être aussi lié aux travaux de rénovation en cours dans notre école. La plupart des bâtiments sont décoiffés. Donc, il y a des problèmes de salles de classe. Quelques élèves sont venus, mais il n’y a pas de salles de classe disponible pour les recevoir. Les ateliers aussi sont en rénovation. Donc, on a un sérieux problème de salles de classe aujourd’hui », soutient ce responsable éducatif.

Selon Baba Camara, ces travaux de rénovation, prévus pour une durée de 8 mois, ont commencé au mois d’octobre dernier. Ce qui veut dire que les responsables de l’établissement sont obligés de trouver une solution pour permettre le déroulement des cours. « Puisque le délai d’exécution est de huit mois, nous comptons mettre une stratégie en place afin que les élèves puissent étudier.

Donc, si on avait sept groupes pédagogiques, avec les effectifs pléthoriques, il faut scinder en deux groupes. Ce qui va nous amener à faire des cours matin et soir. Cela va avoir une conséquence immédiate, car lorsqu’on scinde les groupes pédagogiques, automatiquement on augmente la charge des professeurs. On va quand même le faire, car on est obligés. Cela, pour aider les élèves à étudier », a-t-il confié.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com