Jacques Gbonimy, le président de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG), croit savoir ce qui a motivé le report du double scrutin (élections législatives et référendum constitutionnel) qui devaient avoir lieu le 1er mars 2020, en Guinée. Pour l’opposant, trois raisons ont amené le président Alpha Condé à prendre cette décision. Il l’a dit au cours d’un entretien téléphonique avec un journaliste de Guineematin.com, peu après l’annonce de ce report.

« Par rapport au report du scrutin du dimanche 1er mars, je vois trois raisons qui pourraient l’expliquer. La première raison, c’est que techniquement ils ne sont pas prêts. Deuxième raison, c’est que le matériel qui a été détruit ne leur permet pas de faire une élection le 1er mars. Sûrement ce qui a été brûlé à Kissidougou, Labé, ou ailleurs a causé un manque de matériels. Donc, il faut en fabriquer pour mettre et c’est pourquoi, ils disent deux semaines.

La troisième raison maintenant, qui peut être subjective, c’est qu’avec la pression internationale et même locale, le Professeur Alpha Condé cherche une porte de sortie, c’est-à-dire un premier report qui va amener un second report pour engager un dialogue. Ces trois raisons sont, pour moi, valables les unes les autres », a déclaré ce membre du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

Dans son adresse à la nation, le président Alpha Condé a précisé que report n’est nullement lié à la revendication de l’opposition, qui exige la reprise de tout le processus y compris la révision du fichier électoral. Ce qui veut dire que la crise politique actuelle va continuer, estime cet ancien commissaire à la CENI.

« Si un tel report n’est fait que pour permettre à ceux qui sont dans le processus de continuer, c’est que l’élection ne sera pas inclusive, et c’est ce que toute la communauté internationale et celle nationale demandent. Ne pas permettre à l’opposition de participer, ça ne sera pas une élection inclusive alors que c’est ce que nous demandons. Donc, ça ne règle rien, les problèmes vont rester comme tels et la crise va continuer », soutient-il.

Pour Jacques Gbonimy, à travers les multiples reports de ces élections, le chef de l’Etat est en train de distraire le peuple de Guinée. Car, « on ne parle plus de développement, on ne parle que d’élections qui ne se tiennent pas aussi. Ce n’est pas une vie normale ça. Il est en train de retarder notre pays, on ne fait plus rien. Tout ce l’État produit est en train d’aller dans les élection », a dénoncé le président de l’UPG.

Siba Guilavogui pour Guineematin. com
Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com