Bah Oury, président du parti UDRG

Comme annoncé précédemment, Cellou Dalein Diallo, le leader de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée), a donné le weekend dernier son avale « sur le principe » de la reprise des manifestations politiques en Guinée. Le principal opposant au régime d’Alpha Condé a ainsi répondu, sans donner de date, à l’ardent désir de la jeunesse de son parti de battre le pavé pour « dénoncer l’injustice, l’oppression, la marginalisation et la séquestration » dont l’UFDG est victime depuis la présidentielle du 18 octobre 2020 dans notre pays. Mais, cette décision de descendre dans la rue pour régler des différends politiques est jugée inappropriée par l’opposant Bah Oury, compte tenu de la situation de crise dans laquelle la Guinée se trouve déjà. Le leader de l’UDRG (Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée) reconnait le droit de manifestation à l’UFDG ; mais, dans le contexte actuel, il estime qu’il faut trouver d’autres moyens pour faire prospérer sa cause.

« Ceux qui veulent manifester, libre à eux de le faire. En tout cas,  j’estime qu’il faut les laisser leur responsabilité, puisque la constitution leur en donne le droit. Ça, c’est au point de vue du principe. Mais, au point de vue de la réalité, personnellement, je considère que la situation guinéenne est très préoccupante du fait de la multiplicité des crises. Et, tout responsable soucieux de la stabilité et de l’avenir démocratique de la Guinée devrait rechercher d’autres moyens de faire prospérer sa cause que de faire descendre des gens dans la rue dans un contexte où nous savons que la violence a toujours été l’argument qui a été privilégié. De part et d’autre, j’estime qu’il y a eu suffisamment de blessés, suffisamment de personnes qui ont été tuées et il y a suffisamment de personnes qui sont emprisonnées aujourd’hui. Et, il faut avoir le courage et l’intelligence de savoir comment changer de stratégie et changer de méthode », a conseillé Bah Oury.

A en croire le leader de l’UDRG, le dialogue est aujourd’hui la meilleure manière pour les forces (opposition et mouvance présidentielle) qui bataillent sur la scène politique de trouver des solutions à leurs déboires. Cependant, Bah Oury pense que certaines personnes tirent leur survie dans les situations d’instabilités et de crises en Guinée.

« Je crois que dans ce pays, il y a des forces, quel que soit leur bord (certaines se situent dans le bloc de la mouvance, d’autres se situent dans le bloc de l’opposition) qui cherchent toujours à mettre le pays dans une situation d’instabilité, de crise récurrente, de manifestations, de contre manifestations avec des dégâts qui impactent plus la population que ceux qui prennent la décision d’organiser cela. Actuellement, le gouvernement guinéen devrait accélérer la mise en force de la dynamique pour l’organisation du dialogue politique et social comme ils l’ont promis et ils se sont engagés à le faire. Mais, j’ai l’impression que le gouvernement et même certaines forces de l’opposition veulent survivre en mettant tout le monde dans une situation d’instabilité et de crises récurrentes. C’est comme si l’un nourrit l’autre réciproquement. Mais, la Guinée en a assez de ces types de mentalité et de ces politiques qui sont contreproductives pour l’intérêt du pays de manière globale », a martelé Bah Oury.

Pour ce qui est de son parti, Bah Oury assure que l’UDRG s’inscrit dans la dynamique de l’apaisement. En termes clairs, son parti ne battra pas le pavé aux côtés de l’UFDG dans les circonstances actuelles du pays. Et, à ceux qui veulent manifester, l’opposant leur demande d’épargner la population des conséquences de leurs actes.

« En ce qui nous concerne à l’UDRG, nous privilégions la dynamique d’apaisement dans le contexte actuel pour faire libérer les détenus politiques, pour faire rouvrir les frontières le plus rapidement possible et pour engager de manière responsable et sérieuse une dynamique qui permettrait, autour de la table, de parvenir à régler les problèmes les plus saillants de la société guinéenne. C’est ça que nous priorisons dans la phase actuelle. Ceux qui veulent manifester, libre à eux de le faire. En tout cas, qu’ils épargnent la population des conséquences de leurs actes », a indiqué Bah Oury.

Mohamed Guéasso DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin