Peur et inquiétude, ce sont les sentiments qui animent de nombreux citoyens après la résurgence de l’épidémie d’Ebola en Guinée. Ils appellent les autorités à prendre les dispositions nécessaires pour circonscrire et éradiquer rapidement la maladie, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

En plus de la pandémie du coronavirus, la Guinée fait face aussi à l’épidémie d’Ebola. Cinq ans après son éradication dans le pays, la maladie virale a réapparu récemment à Gouéké, une sous-préfecture de N’Zérékoré. Une mauvaise nouvelle accueillie avec beaucoup d’inquiétude à Conakry.

Abdoulaye soumah, agent de la SEG

« L’inquiétude est grande parce que ça intervient à un moment où on a déjà du mal à nous en sortir avec le Covid-19. Et, on sait combien de fois Ebola a endeuillé des familles en Guinée (entre fin 2013 et fin 2015, ndlr). Donc, il faut que la population prenne garde. Les agents de santé aussi doivent se battre pour éviter qu’on ne se retrouve pas dans une situation non maîtrisable. Nous avons une expérience en la matière, nous devons mettre cela à profit pour maîtriser rapidement la situation », souhaite Abdoulaye Soumah, un habitant de la capitale guinéenne.

Mario Kamano, informaticien au secrétariat général du gouvernement

Même son de cloche chez Mario Kamano, un informaticien en service au secrétariat général du gouvernement. Il invite aussi les autorités à tout mettre en œuvre pour éviter une propagation de la maladie dans le pays. « Mon inquiétude c’est par rapport à ma famille : mes enfants qui vont et reviennent de l’école et ma famille qui se trouve dans le Sud du pays. Pour ne pas que ça prenne de l’ampleur, il faut deux choses. La première, c’est de sensibiliser les populations, de les amener à respecter les mesures préventives. La deuxième chose, je suis d’accord avec la stratégie de riposte, mais la stratégie de protection est mieux.

Il faut déployer des gens pour assurer la protection au niveau des frontières : terrestres, aériennes et maritimes, qui donnent accès à la rentrée et à la sortie. Et, à l’interne, il faut contrôler les déplacements. Nous avons des administrateurs partout, les agents pourront être en étroite collaboration avec ceux-ci pour appliquer cette protection. En plus, pour ne pas que la maladie arrive à se propager dans tout le pays, il faut circonscrire la localité où elle a fait son apparition », a lancé ce citoyen.

De son côté, Sékou Traoré, estime que cette résurgence de l’épidémie d’Ebola est la conséquence de la négligence des autorités guinéennes. C’est pourquoi, il demande au ministère de la santé de mettre en place un plan de riposte efficace pour venir rapidement à bout de la maladie.

Sékou Traoré

« Je pense que s’il y a réapparition du virus Ebola en Guinée, c’est parce que le ministère de la santé n’a pas prêté attention à cette épidémie. Dans un pays qui a connu ce genre de maladie qui a tué autant de personnes, il faut à tout moment surveiller les localités où le virus a causé beaucoup plus de dégâts. Maintenant que la maladie a resurgi dans notre pays, les autorités doivent prendre toutes les mesures qu’il faut pour la circonscrire et éviter sa propagation. J’interpelle le ministère de la santé là-dessus. Il faut vite agir en mettant en place les moyens nécessaires pour la prise en charge des malades et le suivi des contacts », a-t-il lancé.

Lors de sa première apparition en Guinée, l’épidémie d’Ebola avait fait officiellement 2 536 morts pour 3804 cas enregistrés entre fin 2013 et fin 2015.

Ismaël Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 624693333

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin