Diabaty Doré, président du parti RPR (Rassemblement Pour la République)

Alors que beaucoup s’interrogent sur le silence de la CEDEAO sur la détention de nombreux opposants en Guinée, Diabaty Doré, lui, n’est pas surpris par cette situation. Le président du Rassemblement Pour la République (RPR) était convaincu depuis le début de l’organisation sous régionale ne ferait rien en faveur de la libération de ces détenus politiques.

C’est lui-même qui l’a annoncé dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce jeudi 6 mai 2021. Pour l’opposant guinéen, la CEDEAO n’est plus rien d’autre qu’un syndicat des chefs d’Etats qui défendent seulement leurs intérêts personnels. C’est pourquoi, il appelle les Guinéens à prendre leur destin en main et se battre pour le triomphe de la vérité et la justice dans leur pays.

« J’avoue que le silence de la CEDEAO dans ce dossier des détenus politiques ne me surprend pas. Vous savez que la Guinée a été abandonnée à elle-même depuis que nous avons commencé la lutte contre le 3ème mandat. Et tout ce qui arrive aujourd’hui, c’est parce qu’un certain Alpha Condé a voulu modifier la Constitution pour avoir une présidence à vie alors qu’il ne devait pas le faire. Depuis 2019, les Guinéens sont dans la rue pour dire non à M. Alpha Condé, à son clan et pour dire que ce qu’ils étaient en train de faire allait encore nous ramener en arrière.

Les Guinéens aspirent à une alternance démocratique au pouvoir, parce que tous les régimes qui sont passés en Guinée n’étaient pas des régimes démocratiques. Mais, depuis que le FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) a battu le pavé ici en mobilisant des millions en Guinée tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays et que la CEDEAO n’a pas bougé un seul instant, je me suis dit que cette institution est le syndicat des présidents, des dictateurs, dont M. Alpha Condé. Donc pour moi, la CEDEAO ne répond plus aux attentes des peuples, alors qu’elle devrait être le défenseur des peuples et non des chefs d’Etat.

Malheureusement, elle n’est pas cette institution sur laquelle les peuples doivent compter aujourd’hui. Ceci étant, je dirais aux Guinéens que c’est à nous de régler nos problèmes. Il ne faut pas que nous comptions sur la CEDEAO. C’est à nous de lutter pour que nos compatriotes soient libérés.  Parce qu’on ne peut pas comprendre comment on peut prendre des gens et les mettre en prison et après sortir pour chercher les preuves. Mais nous ne devons pas compter sur la CEDEAO, parce que c’est une association des chefs d’Etat qui ne défendent que leurs intérêts et non l’intérêt de leurs peuples », a dit l’opposant.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin