Madame Salamata Diallo, atteinte d’une tumeur

Femme au foyer depuis plus de vingt ans, madame Salamata Diallo, originaire de Télimélé, souffre aujourd’hui d’une « tumeur maligne » au niveau de son sein gauche. Cette tumeur lui a été récemment diagnostiquée dans un hôpital à Conakry. Mais, c’est depuis le mois de mars 2020 que cette pauvre femme a commencé à souffrir de cette maladie.

Au début, son mari croyait à un furoncle. Mais, les examens médicaux ont finalement conclu à une tumeur. Ainsi, avec l’aide de ses proches, elle a déjà entamé un traitement (une chimiothérapie). Mais, aujourd’hui, elle est à court d’argent et sa tumeur persiste toujours. Pourtant, les médecins lui recommandent avec insistance de continuer la chimiothérapie. C’est la raison pour laquelle, désemparée face à la situation actuelle de sa grande sœur, Djenab Diallo tend la main à l’Etat et aux personnes de bonnes volontés pour sauver la vie de madame Salamata Diallo.

Selon Djenab Diallo, sa sœur de 43 ans souffre atrocement. Elle (madame Salamata Diallo) ne dort que rarement et très peu la nuit. Avant la chimiothérapie, les premiers traitements n’avaient nullement soulagé les souffrances de la pauvre dame. Et, depuis qu’elle a arrêté la chimiothérapie, les douleurs sont quasiment insupportables.

Madame Salamata Diallo souffre d’une tumeur

« Salamata Diallo vivait à Kindia avec son mari ; et, un jour, on s’est rencontré au village lors du mariage de notre jeune sœur. C’est là-bas que j’ai constaté la présence de cette tumeur maligne sur son sein gauche et j’ai alerté son mari. Mais, ce dernier ne prenait pas le problème au sérieux. Pour lui, c’était juste un simple furoncle. Chaque fois qu’il lui donnait des produits, la maladie s’aggravait. C’est ainsi que j’ai demandé à son mari de l’envoyer à Conakry pour passer des examens médicaux. Et, ces examens ont révélé qu’elle avait une tumeur maligne. Vue la situation (les conditions de vie difficiles), on a fait appel à nos parents qui résident en Belgique pour nous venir en aide. Ceux-ci, à travers leur association, ont pu contribuer à hauteur de 9 millions de francs guinéens. Ce qui nous a  permis, dans un premier temps, de faire les examens, payer les frais de transport et acheter des produits. Mais, malgré toutes ces dépenses effectuées, nous n’avons pas abouti à un résultat satisfaisant. La dernière fois qu’on a fait la chimiothérapie, les médecins nous ont dit qu’elle doit continuer à suivre le traitement. Vraiment, je suis désespérée de l’état de santé de ma grande sœur. Elle n’a pas d’enfant et son mari aussi n’a pas de moyens qui lui permettent de la soigner. Ça me fait vraiment mal de voir ma grande sœur dans cet état », a expliqué Djenab Diallo.

Aujourd’hui, dépourvue de moyens et désemparée face à la détérioration de la santé de sa grande sœur, Djenab Diallo se tourne vers les bonnes volontés pour sauver la vie de sa frangine.

« Je n’ai plus d’argent pour continuer le traitement. Il m’est impossible de repartir vers nos parents qui sont en Belgique pour demander une seconde aide financière, parce qu’ils ont fait ce qu’ils pouvaient faire, en nous donnant les 9 millions dans un début. Aujourd’hui, il ne nous reste absolument rien pour les prochains examens qui sont prévus le 22 février 2021 ; et, cette date est déjà proche. C’est pourquoi, je vous demande d’aider ma grande sœur pour qu’elle recouvre sa santé. Il nous reste beaucoup à faire pour qu’elle soit libérée de cette tumeur maligne. Elle n’arrive plus à dormir la nuit à cause des douleurs qu’elle ressent. Nous sommes vraiment désespérés et on n’a plus d’argent pour poursuivre le traitement à l’hôpital Jean Paul 2. Les médecins ont demandé qu’on y retourne le 22 février pour faire une autre séance de chimiothérapie ; et, pour chaque examen, il faut payer 3 millions de francs, sans compter les petites dépenses… Je demande au peuple de Guinée et aux personnes de bonne volonté de nous venir en aide. On n’a plus rien pour continuer le traitement ; et, franchement, je ne sais plus quoi faire devant cette situation. La seule chose qui pourrait sauver ma sœur, c’est l’aide de tout un chacun ; et, je demande à tout le monde d’avoir pitié de ma sœur afin qu’elle puisse recouvrer sa santé », a ajouté Djenab Diallo.

Toute personne qui souhaite aider Djenab Diallo à sauver la vie de sa sœur, madame Salamata Diallo, peut appeler le 622 209 294. Elles sont actuellement au quartier Koloma2 sur la transversale numéro 2, Aéroport- Bambéto, à 40 mètres du Groupe scolaire Matiha.

Foko Millimouno pour Guineematin.com

Tél: 620 933 446 / 666 111 726

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin