Depuis le weekend dernier, le prix du carburant connait une hausse vertigineuse sur le marché noir à Mandiana. Dans cette préfecture de la Haute Guinée, un litre d’essence se négocie actuellement entre 12 000 et 15 000 francs guinéens, au grand dam des pauvres consommateurs. Cette spéculation sur le prix du carburant fait suite aux différentes annonces du gouvernement de l’augmentation prochaine du prix du litre de carburant à la pompe, a appris Guineematin.com à travers son correspondant local.

Tout a commencé samedi, 29 mai 2021, lorsque les stations service de la place ont arrêté de vendre le carburant aux usagers. Cette fermeture a affolé les prix sur le marché noir où enflait déjà la rumeur selon laquelle le gouvernement a retenu la date du 1er juin pour l’augmentation du prix du litre de carburant à la pompe. Les quelques vendeurs qui avaient une quantité de carburant en stock ont fait de cette situation leur chou gras et ont commencé à spéculer sur le prix. Et spontanément, le litre d’essence qu’ils vendaient jusque-là à 10 mille francs se négociait désormais entre 13 mille et 15 mille francs la journée ; alors que la nuit, le litre est vendu jusqu’à 20 mille francs guinéens.

« Moi je revends un litre à 13 milles, parce que les stations refusent de nous servir depuis qu’on a dit à la radio qu’il aura une augmentation du prix. Mais, c’est le gouvernement qui provoque tout ça », explique Sidafa Konaté, vendeur de carburant au quartier Kissidoukoura.

Abondant sur le même sens, Sira Diallo, vendeur de carburant sur le marché noir, laisse entendre que cette situation est un véritable casse tête même pour eux. Car, pour avoir un bidon de 20 litres de carburant, ils ont obligé de donner 5000 francs (en plus du prix normal) au malhonnête pompiste qui a eu la gentillesse de les servir.

« Les stations ont fermé leurs stocks. Et pourtant, nous (les vendeurs de carburant sur le marché noir) on est obligé de garder le peu de quantité qui étaient avec nous, jusqu’à ce que nous soyons situés sur le prix à la pompe. On a eu du carburant dans une seule station qui nous a retiré 5 mille francs pour remplir un bidon. Donc, nous aussi on est obligé de revendre à 13 mille francs un litre d’essence. Mais, chez d’autres un litre se vend à plus de 15 mille francs », confie Sira Diallo.

La nuit, certains profitent du calvaire des usagers pour revendre le litre de carburant (notamment l’essence) jusqu’à 20 mille francs guinéens. La situation a perduré jusqu’à dimanche soir. Et, ce lundi matin, avec la réouverture des stations service, la situation s’est un peu améliorée. Mais, la spéculation est toujours présente sur le marché noir. Car, le litre d’essence est actuellement vendu entre 12 mille et 15 mille francs. Et, selon un gérant de station qui a parlé sous anonymat à Guineematin.com sur place, il est interdit jusqu’à nouvel ordre de pomper du carburant dans un bidon à la station. Mais, pour ce qui est des engins (motos, véhicules), la quantité à servir est fixée à cinq (5) litres.

A suivre !

De Mandiana, Mamady Konoma Keita pour Guineematin.com

Tél. : 00224 625 81 03 26

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin