C’est un secret de polichinelle ! La cohabitation des factions de l’USTG (Union syndicale des travailleurs de Guinée) est plus que jamais impossible dans la préfecture de Mamou. Ces deux factions (USTG version Abdoulaye Sow et USTG version Abdoulaye Camara) sont constamment à couteaux tirés et se livrent à une bataille sans fin pour le contrôle des conducteurs de taximotos de la ville carrefour. Et, ces derniers jours, elles se sont affrontées pour régler leurs différends, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Ce sont des scènes de violences qui ont surpris beaucoup d’observateurs. Depuis avant-hier, mardi 27 avril 2021, ces deux factions rivales de l’USTG ne manquent pas d’occasion pour s’offrir en spectacle dans des endroits publics de la ville de Mamou. Pour peu, ces jeunes en viennent aux mains sans hésitation. Ils se sont affrontés mardi à Petel ; et, hier (mercredi) aux environs de 18 heures, c’est devant le marché ‘’Avaria’’ qu’ils ont livré bataille. Des coups de points, des injures et des gilets déchirés ont ponctué cette belle pagaille qui a momentanément bloqué la circulation sur place.

Apparemment, aucune faction ne veut reconnaître l’autre. Et, dans leur guerre de leadership, ces deux factions de l’USTG s’accusent mutuellement de « banditisme » et « d’arnaques » de passagers.

Alimou Sow, secrétaire général du syndicat des taximotos, version Abdoulaye Camara

« À Mamou, il y a une seule USTG, dirigée par Hadja Kadiatou ; et, c’est la version Abdoulaye Camara. Abdoulaye Sow (le secrétaire général de l’autre version de l’USTG) n’est jamais venu ici (à Mamou) devant les autorités pour confier ses membres. Toute la Guinée, c’est Abdoulaye Camara qui commande, pas un autre. Ils (les membres de l’USTG, version Abdoulaye Sow) ont déchiré nos gilets à Avaria là-bas. C’est un clan de bandits. Parmi eux, certains étaient en prison… Ce matin, ils sont sortis déchirer nos gilets et bastoner nos membres. Je demande à mes éléments de travailler, quiconque déchire un gilet nous allons porter plainte contre. Ce sont des bandits réunis qui ont toujours arnaqué des chauffeurs et des passagers », accuse Alimou Sow, le secrétaire général du syndicat des taximotos affiliés à l’USTG, version Abdoulaye Camara.

Seulement, ces accusations sont rejetées en bloc par le camp adverse. Thierno Bobo Baldé, le secrétaire général du syndicat des taximotos affiliés à l’USTG version Abdoulaye Sow accuse ses détracteurs d’être des « menteurs » et des « bandits » qui sèment le trouble dans la ville de Mamou.

Thierno Bobo Baldé, secrétaire général du syndicat des taximotos, version Abdoulaye Sow

« C’est archi-faux ! Ce sont eux (l’USTG version Abdoulaye Camara) les maux de Mamou. Ils sont à la base de toutes les violences causées ici. Ce sont eux les auteurs, surtout le nommé Alimou Sow. Il n’y a pas longtemps, on était à la sûreté, même le procureur était intervenu. Aujourd’hui matin, Alimou Sow est sorti avec deux de ses éléments, ils sont partis à Avaria, là où se trouve la pharmacie, ils ont attaqué un de nos éléments, ils ont retiré sa clé et ils lui ont demandé d’aller à leur bureau. Ils m’ont appelé, j’ai envoyé une équipe pour libérer cet élément. Quand il (Alimou Sow) dit nous accuse d’être des bandits, lui en personne il a été condamné combien de fois ? Il a fait la prison plus de trois fois. Donc, s’il y a des bandits ici, ce sont eux les bandits », a rétorqué Thierno Bobo Baldé.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél: 625698919 / 657343939

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin