Conakry : Alpha Condé inaugure le Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie

19 avril 2019 à 18 06 51 04514

Le Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie de Guinée (CERFIG), construit sur le campus universitaire Hadja Mafory Bangoura de Donka, a été inauguré ce vendredi, 19 avril 2019. La cérémonie a été présidée par le professeur Alpha Condé, en présence de nombreux cadres et des partenaires de notre pays, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son discours, Dr Doussou Lanciné Traoré, recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, a dit sa joie quant à la construction de ce centre « qui favorisera la vulgarisation de nombreux travaux pratiques qui y seront menés d’une part, et d’autre part, pour apporter un grand plus au capital crédibilité de notre institution.

En effet, Excellence monsieur le président de la République, chers invités, l’enseignement, la recherche, l’enseignement par la recherche, constituent des éléments indispensables pour l’évolution d’une université vers l’excellence. Notre objectif aujourd’hui est d’atteindre cet idéal », a-t-il indiqué.

De son côté, professeur Eric Delaporte, porte-parole du CERFIG Montpellier, a indiqué que la construction de ce centre s’inscrit dans le cadre de la lutte post-Ebola. « C’est-à-dire dans la capacité à pouvoir répondre à de nouvelles épidémies à travers le renforcement des structures : la formation, la recherche. A peine né, ce centre a déjà eu un impact, puisque c’est ici qu’il y a eu, entre-autres, le suivi des gerris d’Ebola.

Si en Guinée on parle de post-Ebola, Ebola reste une réalité dans le monde et en particulier au Congo où sévie la plus importante épidémie que ce pays n’ait jamais connue, plus de 1500 cas, soit une quinzaine de cas tous les jours. C’est l’occasion de le rappeler, puisque les stratégies déployées au Congo sont directement issues des leçons apprises en Afrique de l’Ouest, et plus particulièrement en Guinée.

Le vaccin par exemple qui est utilisé au Congo, a été validé en Guinée ; la prise en charge des survivants réalisés ici à travers le projet post-Ebogui a permis de définir le standard des soins et des préventions réalisées en Guinée ; la liste des acquis est longue, qui illustre l’importance de la recherche pour la santé publique et le rôle du CERFIG dans ce contexte », a-t-il fait remarquer.

Pour sa part, Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France en Guinée, a rappelé l’engagement de son pays à accompagner la Guinée. « Ce projet atteste de manière remarquable l’engagement de l’équipe France en faveur du développement de la Guinée, de la recherche scientifique et de l’amélioration du système de santé du pays. Conçu dans le contexte dramatique de l’épidémie à virus Ebola, le CERFIG qui nous rassemble aujourd’hui est désormais bien ancré dans le paysage universitaire et dans l’environnement de la recherche scientifique guinéen.

Et à cet égard, l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) et l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) n’ont pas attendu la fin des travaux du bâtiment et la cérémonie officielle d’aujourd’hui pour lancer rapidement les premiers projets dont celui du post-Ebogui qui touche à sa fin, les projets contact Ebogui et Contrôle Ebogui qui eux étaient consacrés au suivi des personnes qui ont été en contact avec le malade d’Ebola ».

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a, quant à lui, rappelé que l’épidémie d’Ebola qui a frappé la Guinée entre 2013 et 2016 « a mis en évidence le besoin de construire en Guinée des centres de recherche et de formation pérennes à même de répondre efficacement et rapidement à toutes sortes d’épidémies. C’est dans cette dynamique que des chercheurs guinéens et français ont développé des projets de recherche structurant dans le but de comprendre l’émergence, la dissémination et les conséquences d’Ebola et d’autres maladies émergentes.

Ces projets qui tournent autour de l’enseignement, de la recherche ont permis la création du Centre de recherche et de Formation en Infectiologie de Guinée (CERFIG) que le président va inaugurer tout à l’heure. Ce centre, à vocation sous régionale, favorisera une recherche pluridisciplinaire par la conception et la mise en œuvre des projets de recherche clinique dans le domaine des maladies infectieuses et facilitera également la formation par la recherche et l’accueil des chercheurs guinéens et étrangers », a dit le ministre Yéro Baldé.

Pour sa part, le président Alpha Condé a dit sa reconnaissance à la France qui a permis de doter la Guinée de ce centre. « J’avais dit qu’Ebola nous a beaucoup fatigués, avait mis notre économie à terre, mais qu’Ebola peut être une chance pour nous. Car, en tirant la situation de nos hôpitaux et surtout nos laboratoires, nous avions pu aujourd’hui faire en sorte que nous soyons capables de faire face à une autre épidémie.

Je ne souhaite pas qu’il y ait autre épidémie en Guinée, qu’aujourd’hui, nous sommes en mesure de faire face et cela, grâce à nos partenaires français. Je sais que la France nous a accompagnés à lutter contre Ebola. Je n’oublierai pas que le président français est venu lui-même visiter l’hôpital Donka et aller saluer les malades. Ce qui était d’un courage exceptionnel. Et, nous savons aussi la contribution de l’Institut Pasteur. Nous espérons aussi inaugurer bientôt le bâtiment de l’Institut Pasteur », a indiqué le numéro un guinéen.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Distribution des cartes d’électeurs : la galère de certains agents de Matoto et Ratoma

17 janvier 2018 à 14 02 58 01581

Il y a plus de dix (10) jours depuis que l’opération de distribution des cartes d’électeurs est lancée sur toute l’étendue du territoire national. Les agents distributeurs tirent le diable par la queue alors que la distribution se fait au compte-gouttes dans certains quartiers des communes de Matoto et Ratoma, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

France : un religieux inculpé pour des faits de pédophilie en Afrique

11 septembre 2017 à 19 07 17 09179

Un religieux de 74 ans, appartenant à la Congrégation des frères du Sacré-Cœur, a été inculpé en France pour des viols et agressions sexuelles sur mineur commis en Afrique, a-t-on appris lundi de sources concordantes. Frère Albert a été arrêté par la police mardi dans la maison de retraite où il résidait près du Puy-en-Velay, dans le centre de la France.

Lire

Boké : reprise timide des cours dans les écoles de la commune urbaine

22 février 2017 à 12 12 27 02272

L’appel du gouvernement guinéen à reprendre les cours dans les différents établissements scolaires du pays, après trois (3) semaines de « repos forcé », a été suivi dans la commune urbaine de Boké. Mais, de façon assez morose, a constaté le correspondant local de Guineematin.com qui a sillonné quelques centres éducatifs de la ville.

Lire

Hôpital sino-guinéen : Cellou Dalein Diallo et Cie au chevet d’une victime

17 août 2016 à 19 07 20 08208

Sino-guinéenAu lendemain de la première marche politique du deuxième mandat d’Alpha Condé, les leaders de l’opposition républicaine ont eu une journée assez chargée à cause des événements survenus lors la dite manifestation. Après la rencontre de la matinée de ce mercredi 17 août 2016 au QG de l’UFDG, les opposants guinéens se sont successivement rendus dans la famille du jeune Thierno Hamidou Diallo, tué par la police à Bambéto, et à l’hôpital Sino-guinéen, où est hospitalisé un jeune également blessé par la balle, après la marche, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Télimélé : le préfet, Amara Lamine Soumah, au lancement de la dernière épreuve à Mendia (vidéo)

12 juillet 2016 à 15 03 01 07017

Télimélé Comme nous l’annoncions précédemment, c’est ce mardi 12 juillet 2016 que les candidats au baccalauréat unique ont fait face à la dernière épreuve. Dans la préfecture de Télimélé, l’envoyé spécial de Guineematin.com a accompagné la plus haute autorité locale, monsieur le préfet, Amara Lamine Soumah, au centre d’examen de Mendia où on a assisté au lancement de la dernière épreuve.

Lire

Baccalauréat 2016 : 436 élèves, dont 175 filles affrontent les épreuves à Oumou Diaby

8 juillet 2016 à 10 10 42 07427

Oumou DiabyTolérance zéro ! C’est avec ce slogan que le baccalauréat unique session 2016 a débuté sur l’ensemble du territoire guinéen. Au centre d’examen Oumou Diaby dans la commune urbaine de Ratoma, quatre cent trente six (436) élèves, dont cent soixante quinze (175) filles en série sciences mathématiques (SM) sont appelés à affronter les épreuves d’anglais et de français pour cette première journée, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Comment éviter le recours excessif de la force avant et après les élections ? Amnesty International produit un rapport sur la Guinée

1 septembre 2015 à 14 02 48 09489

Alioune Tine, Directeur d'Amnesty international  en Afrique de l'Ouest et du centre Guinée : Empêcher le recours excessif à la force et respecter le droit à la liberté de réunion pacifique avant et après les élections de 2015. C’est le titre d’un rapport d’Amnesty International qui appelle à l’action contre les risques de violences liées aux élections en République de Guinée.

Lire

Alioune Tine nommé directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

23 janvier 2015 à 18 06 34 01341

Alioune Tine, Directeur d'Amnesty international  en Afrique de l'Ouest et du centre Communiqué : Amnesty International a annoncé aujourd’hui la nomination de Monsieur Alioune Tine à la tête de son bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. De nationalité sénégalaise, Alioune Tine, un défenseur des droits de l’Homme depuis plus d’une trentaine d’années, va diriger le travail de l’organisation dans 22 pays de la région.

Lire

Après les émeutes, le chef du quartier de Yimbayah craint pour sa vie… Le PM à la tête des « négociateurs » avec les jeunes de Matoto

4 décembre 2014 à 13 01 45 124512

Corps au cimétière de Cameroun, Conakry, ce mardi 14 octobre 2014Le Premier ministre, Mohamed Saïd Fofana, dirige actuellement une délégation gouvernementale comprenant notamment le ministre de la Santé, à lacommune de Matoto où le gouverneur de la ville de Conakry et le président de la délégation spéciale de Matoto menaient déjà des négociations avec les jeunes.

Lire