Défense et Sécurité : 24 agents de la police outillés en intervention

1 février 2019 à 17 05 46 02462

Engagée depuis quelques années, la politique de la réforme dans le secteur de sécurité se poursuit en Guinée avec l’appui des partenaires techniques et financiers. C’est dans cette dynamique que vingt quatre (24) agents de la police viennent de bénéficier d’une formation en technique de défense et de sécurité en intervention. La remise des attestations de fin formation a eu lieu dans la matinée de ce vendredi, 1er février 2019, à l’école de police et de la protection civile de Kagbélen, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Ils sont au total vingt quatre (24) agents, dont deux femmes, à avoir suivi une formation de trois semaines, destiné à les outiller en gestes et techniques professionnelles en intervention, et à ceux liés à la protection des hautes personnalités. La formation de ces 24 agents a été animée par deux éminents formateurs français, assistés dans leur travail par un représentant de l’ambassade de France.

Mohamed Lamine Nabé, DGA de l’école nationale de la police et de la protection civile de Kagbélen

Selon Mohamed Lamine Nabé, directeur général adjoint de l’école nationale de la police et de la protection civile de Kagbélen, « cette formation a concerné 24 agents, dont 18 de l’école nationale de la police et de la protection civile, 2 de la Brigade de Répression du Banditisme et 4 de la coordination des Brigades Anti Criminalité. Au cours de cette formation, les notions abordées ont été très illustratives puisqu’elles ont concerné les techniques de défense et de sécurité en intervention, où les stagiaires ont été outillés en techniques de communication et de déontologie en matière d’intervention, au contrôle d’identité et la légitime défense, les principaux généraux de sécurité d’action, les techniques de base self-défense, la protection des hautes personnalités. Toutes ces notions ont été accompagnées des exercices de simulation qui ont été très édifiants ».


commandant Thierry Artiagua, représentant de l’ambassadeur de France

Pour sa part, le commandant Thierry Artiagua, représentant de l’ambassadeur de France à cette cérémonie, a rappelé que son pays et l’Union Européenne sont aux côtés de la police guinéenne dans le cadre du projet d’appui à la reforme du secteur de la sécurité, phase 3. « Cette formation qui a suscité un très grand intérêt de la part des stagiaires et même au-delà, sera sans aucun doute démultiplié et complété d’un niveau 2 dans l’enseignement des techniques de protection rapprochée. Par ailleurs, l’équipe des formateurs a commencé à travailler sur un module dédié à la protection rapprochée de personnes », a dit le coopérant français.

Jack Best, représentant de la délégation de l’Union Européenne en Guinée

Abondant dans le même sens, Jack Best, représentant de la délégation de l’Union Européenne en Guinée, s’est adressé aux 24 agents bénéficiaires de la formation. « Maintenant, vous avez en charge de démultiplier auprès des autres éléments de vos unités respectives les connaissances que vous venez d’acquérir. Les experts ont souligné votre engouement durant ces trois semaines et toute l’attention que vous avez manifesté pour cette formation. Cela nous permet de ne pas douter de votre capacité de mettre en œuvre l’ensemble des connaissances que vous venez d’acquérir au profit de vos collègues ».

Mamoudou Kourouma

De son côté, le chef de cabinet du ministère de la sécurité et de la protection civile, Mamoudou Kourouma, a dit son souhait de voir cette formation « contribuée au renforcement de vos capacités opérationnelles dans l’accomplissement des missions régaliennes dévolues à la police nationale, visant la protection des personnes et de leurs biens. Vous devez vous mettre à l’évidence que nous rentrons dans une phase axée sur l’efficacité et l’efficience. C’est pourquoi, je vous exhorte à vous approprier des riches enseignements reçus en vue de leur bonne application ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Entag : voici les raisons qui ont aggravé l’incendie du marché (Police)

17 mai 2018 à 18 06 17 05175

Le marché Entag, situé dans la commune de Matoto, a enregistré un incendie qui serait d’origine électrique, dans la matinée de ce jeudi, 17 mai 2018. Des témoignages recueillis sur place, cet autre incendie qui survient deux mois après celui du marché de Madina (18 mars 2018-17 mai 2018), n’a pas fait de dégât humain ; mais, a entrainé d’énormes pertes matérielles et financières (une cinquantaine de boutiques et magasins partis en fumée), rapporte le journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire