Labé : Cellou Garaya lance les travaux de la convention régionale du RPG Arc-en-ciel

15 juillet 2020 à 14 02 27 07277

Le coordinateur régional du parti au Foutah Djallon, Elhadj Mamadou Cellou Garaya Diallo a lancé, dans la matinée de ce mercredi, 15 juillet 2020, à Labé, les travaux de la convention régionale du RPG Arc-en-ciel, en présence de plusieurs membres du gouvernement et de nombreux cadres de l’administration publique locale et de Conakry, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Réclamation d’arriérées de salaires à Labé : l’inspecteur du travail menace de vérifier la comptabilité des écoles privées

21 juin 2020 à 8 08 38 06386

Mamadou Dian Diallo, inspecteur régional du Travail de Labé

L’inspecteur régional du Travail, Mamadou Dian Diallo menace de vérifier la comptabilité des écoles privées si leurs fondateurs n’accèdent pas à la revendication de leurs employés qui réclament actuellement deux mois d’arriérées de salaires correspondant à la période non enseignée, en raison de l’Etat d’urgence sanitaire instauré dans le but de stopper la propagation de la pandémie du coronavirus en République de Guinée, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Devant l’Inspection du Travail à Labé : les enseignants réclament deux mois d’arriérées de salaires aux fondateurs d’écoles privées

13 juin 2020 à 7 07 04 06046

Les enseignants des écoles privées regroupés au sein de l’antenne régionale du Syndicat des Enseignants du Privé de Guinée (SEPGUI) viennent de saisir l’Inspection Régionale du Travail près le Gouvernorat de la Région Administrative (RA) de Labé pour réclamer deux mois d’arriérées de salaires, au risque de boycotter l’éventuelle reprise des cours qui pourraient intervenir dans les prochains jours, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Lutte contre le COVID-19 : Diouldé « SEG » offre 500 kits de lavage de mains à la population de Labé

6 avril 2020 à 13 01 39 04394

Le secrétaire général du Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mamadou Diouldé Fadi Diallo, ressortissant de Labé vient d’offrir 500 (cinq cent) kits de lavage de mains à la population locale, en guise de contribution substantielle à la mobilisation générale contre la propagation de Coronavirus (COVID-19), une pandémie qui fait actuellement des milliers de morts par jour, à travers le monde, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Labé : des citoyens martyrisés désormais nostalgiques de Sadou Keïta et du Lt-colonel Lamarana Diallo

31 janvier 2020 à 0 12 07 01071

Plusieurs citoyens actuellement martyrisés par la militarisation de la ville et son cortège d’assassinats avec le lourd bilan de 5 morts, dont l’ambulancier de l’hôpital régional, en moins de 15 jours, sont désormais nostalgiques de l’ancien gouverneur de région, Sadou Keïta, et du Lieutenant- Colonel Mamadou Lamarana Diallo, qui a, pendant longtemps, séjourné à la tête de la préfecture de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

2 octobre à Labé : la pluie et les autorités locales perturbent le programme conçu par la jeunesse

2 octobre 2019 à 14 02 55 105510
Mamadou Aliou Laly Diallo, maire de la commune urbaine de Labé

Le carnaval organisé dans la matinée de ce mercredi, 2 octobre 2019, par la Coalition des Structures, des Associations et des Mouvements (COSAMOUV) de la commune urbaine de Labé a été perturbé par une forte pluie et un incident protocolaire avec les autorités locales survenu au stade régional Elhadj Saïfoulahi Diallo, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

La fête commémorative du 61ème anniversaire de l’indépendance de la République de Guinée aurait pu passer encore inaperçue ce mercredi, 2 octobre 2019, dans la ville de Labé si des jeunes leaders regroupés au sein de la Coalition des Structures, Associations et Mouvements (COSAMOUV) de la commune urbaine n’avaient pas eu l’initiative d’organiser un carnaval de réjouissance. Le programme officiel ne prévoyait que le dépôt de la gerbe de fleurs par le gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané, entouré pour la circonstance du préfet de la localité, Elhadj Safioulahi Bah et du maire de la commune urbaine de Labé, Mamadou Aliou Laly Diallo.

L’ambiance était vraiment festive au départ de ce carnaval qui est parti du carrefour Tinkisso pour la place des Martyrs en passant par les ronds-points Hôpital Régional, Hoggo M’Bouro, carrefour banques, carrefour grande mosquée et place des Martyrs. La forte pluie a surpris les manifestants quelques mètres seulement après le carrefour de la grande mosquée. Tout le monde était mouillé à l’arrivée et les reporters de la presse locale étaient obligés de ranger leurs appareils.

A la fin de la pluie, les autorités régionales, préfectorales et communales sont arrivées sur les lieux. Mais, elles ne voulaient pas que les jeunes qui ont fait un effort pour mobiliser la population juvénile prononcent un discours.

« D’habitude, il n’y a que 3 discours qui sont prononcés ici par le gouverneur, le préfet et le maire » notifie-t-on aux organisateurs.

« Il est hors de question. Nous ne pouvons pas mobiliser les gens et ne pas prendre la parole. Nous avons un message à délivrer à la jeunesse parce que pour cette année nous avons un slogan fort : L’HEURE DE LA JEUNESSE A SONNE » réplique Al Habib Bah au maire de la commune urbaine qui semblait jouer au porte-parole des autorités locales.

Mamadou Aliou Laly Diallo est allé jusqu’à se faire huer lorsqu’il a demandé alors à voir le contenu du discours préparé les jeunes avant qu’ils ne soient autorisés à prendre la parole.

Finalement, les responsables du COSAMOUV ont prononcé leur discours et ont immédiatement demandé à ceux qu’ils ont mobilisés de quitter les lieux.

A leur tour, ils se sont retirés avec les appareils de sonorisation qu’ils avaient envoyés au stade régional pour faciliter la communication avec le public. Comme pour dire que le programme officiel a continué avec un mégaphone emprunté à une communicatrice traditionnelle.

Les jeunes leaders de Labé avaient soupçonné une tentative de récupération de leur initiative quand ils ont suivi deux communiqués diffusés dans la soirée d’hier, mardi, 1er octobre 2019, sur les antennes de certaines radios locales par le préfet, Elhadj Safioulahi Bah et le maire de la commune urbaine, Mamadou Aliou Laly Diallo.

Oumar Sadio Diallo

« Ils nous avaient dit qu’ils n’avaient pas un programme à part le dépôt de la gerbe de fleurs. Pourquoi ont-ils alors attendu la veille de l’évènement pour faire un communiqué comme s’ils étaient au centre de la mobilisation » regrette Oumar Sadio Diallo.

Depuis Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Indicateurs de violences en Guinée : Dr Fodé Oussou répond au préfet de Labé

25 septembre 2019 à 19 07 49 09499
Dr Fodé Oussou Fofana, président du groupe parlementaire Libéral Démocrate

Le vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Dr Fodé Oussou Fofana vient de se faire l’écho de notre dépêche sur l’analyse des indicateurs de violences en Guinée dans laquelle le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah met en cause le caractère ethnique des partis politiques et la versatilité de leurs responsables qu’il accuse de tenir devant la foule analphabète des propos de nature à provoquer des troubles au lendemain de la proclamation des résultats des élections, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Dans sa réplique en règle contre le préfet de Labé, le vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Dr Fodé Oussou Fofana a commencé par déclarer que Safioulahi Bah confond tout.

« Il ne sait pas que les partis politiques sont créés pour faire la politique et que les partis politiques de l’opposition sont créés pour s’opposer à tout ce pour lequel ils ne sont pas d’accords. Il ne sait que la base essentielle de la démocratie, c’est l’existence des partis politiques. Je veux aussi rappeler à Safiou que la paix n’est pas un mot. La paix est un comportement. L’ennemi de la paix c’est l’injustice. Les administrateurs territoriaux qui mettent les mouchoirs jaune comme lui, parce qu’il est devenu un militant, un activiste du RPG Arc-en-ciel. Ce n’est ce qu’on lui a demandé. On lui a demandé d’être le préfet de tout Labé. De ceux qui sont pour le gouvernement et de ceux qui ne sont pas pour le gouvernement. Il doit se battre pour être le préfet de l’ensemble de la population de Labé. Il ne faut pas qu’il cherche l’injustice ailleurs. L’injustice, ce sont les administrateurs territoriaux » a-t-il lancé.

Mais, sur le sujet qui fâche tant, le préfet Safioulahi Bah était très précis. Il a dénoncé le caractère ethnique des partis politiques et la versatilité de leurs responsables qui tiennent des discours de nature à préparer leurs électeurs potentiels à l’affrontement aux lendemains de la proclamation des résultats des élections.

« Tout le monde sait qui est le champion de l’ethnocentrisme dans ce pays. Tout le monde sait qui a créé le problème de roundè et foulasso. Tout le monde sait les milliards qui sont partis. Il fait partie de ces gens-là. Quand tu arrives dans une ville comme Labé, il y a le mouvement Djokken Alpha qui est constitué en majorité de gens qui considèrent qu’ils ne sont pas peuhls malgré qu’ils nés là-bas, ils ont fait des siècles là-bas, ils ont fait des enfants là-bas. C’est au temps de la présidence de monsieur Alpha Condé qu’on a dépensé des milliards pour créer les problèmes de roundè et de Foulasso. Et lui, il fait partie de ça. C’est au temps de monsieur Alpha Condé que les préfets sont devenus des militants du RPG Arc-en-ciel. Comment peux-tu avoir la paix quand toi-même tu ne construits pas pour la paix ? S’il veut avoir la paix, il doit d’abord se comporter comme un responsable, un préfet. Il ne doit pas être là comme un militant, un activiste du RPG Arc-en-ciel. Continuer à empêcher que les uns manifestent, en autorisant que les autres manifestent. C’est ça l’injustice. La paix, c’est la lutte contre l’injustice. Chacun fait son travail. Quand moi je vois un préfet comme ça, au-lieu de parler de l’Etat, au-lieu de parler de tout ce qu’il y a comme injustice, parler du Ministère de l’Administration du Territoire. L’injustice, c’est quand on t’écarte de ton poste à cause de ton nom. Et la plus grande injustice, c’est quand un préfet devient militant. Il ne peut pas y avoir de paix dans ces conditions-là. Tout le monde sait que le préfet de Labé fait partie des préfets les plus délinquants du pays. Ce sont des gens qui pensent pour être à des postes de responsabilité, il faut faire la courbette. Quand un ministre de la République va s’arrêter devant les militants du RPG Arc-en-ciel pour dire que les autres sont des fauteurs de trouble, c’est ça la bagarre. Quand tu as à faire à des ministres comme ça. Quand les ministres viennent au siège du RPG Arc-en-ciel comme s’ils n’étaient pas ministres. Quand le président de la République vient au siège du RPG Arc-en-ciel et reçu là-bas comme s’il est le président du RPG Arc-en-ciel, le préfet est où ? Qu’est-ce qu’il dit de ça ? Il ne sait pas l’acceptation des résultats dépend de la crédibilité du scrutin. Comment dans un pays, on organise les élections communales et communautaires depuis plus d’une année, les élus ne sont pas installés, il est où ? Est-ce qu’il a installé tous les chefs de quartiers de la préfecture de Labé ? Est-ce qu’il y a plus versatiles que les préfets d’Alpha Condé, à commencer par lui-même ? », a répliqué Dr Fodé Oussou Fofana.

Pour terminer sa réaction, l’honorable Fodé Oussou Fofana confirme que pour réussir la paix, « il faut que tous les citoyens soient traités sur le même pied d’égalité, que chacun paye les taxes, que le préfet soit le préfet de tout le monde, qu’il soit capable de punir sur le même pied d’égalité. Est-ce que, lui, il a courage d’arrêter un membre du mouvement Djokken Alpha quand celui-ci est en faute ? Il ne peut pas arrêter quelqu’un du mouvement Djokken Alpha. Ça va être son dernier jour de préfet à Labé » a-t-il conclu notre conversation téléphonique, ce mercredi soir.

Depuis Pita, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Qui menace la paix en Guinée ? D’abord les partis politiques, selon le préfet de Labé

25 septembre 2019 à 10 10 02 09029
Elhadj Safioulaye Bah, préfet de Labé

Le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah pointe un doigt accusateur sur le caractère ethnique et la versatilité de la quasi-totalité des partis politiques comme causes de conflits en République de Guinée, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers la vidéo ci-dessous.

Prenant part à la cérémonie d’ouverture du forum préfectoral sur la prévention des conflits, la consolidation de la paix, la cohésion sociale, la participation politique inclusive et le respect des droits de l’homme organisée par l’Assemblée Nationale (AN) hier, mardi, 24 septembre 2019, le préfet de Labé a vigoureusement dénoncé les partis politiques qui font de l’ethnocentrisme un fonds de commerce pour accéder au pouvoir.

Il a, pour la circonstance, rappelé que les partis politiques guinéens tiennent des discours de nature à provoquer des troubles au lendemain de la proclamation des résultats des élections. « Nous les connaissons tous. Versatiles comme eux tu meurs. Pour réussir la paix, il faut l’adhésion de tout le monde : partis politiques, la société civile, les forces de défense et de sécurité » a-t-il indiqué.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : dialogue constructif et participation politique inclusive pour une paix durable

24 septembre 2019 à 16 04 42 09429

La salle de conférence de l’Université Amadou Dieng a abrité, ce mardi, 24 septembre 2019, une réunion publique d’information et de sensibilisation pour la prévention des conflits, la consolidation de la paix, la cohésion sociale, la participation politique inclusive et le respect des droits de l’homme dans la préfecture de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Organisée par l’Assemblée Nationale, la rencontre a regroupé des cadres de l’administration publique, des responsables des partis politiques, des acteurs de la société civile, des chefs religieux, des représentants des coordinations régionales et des hommes de médias. Elle était animée par une mission conjointe composée d’experts du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) dont Justin Morel Junior, consultant et conseiller technique principal du projet dénommé « Appui au dialogue et participation politique inclusifs en Guinée », financé par le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (PBF) avec le soutien du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme.

On notait aussi dans la délégation venue de Conakry pour animer cette séance de sensibilisation, la présence de : Dr Ousmane Souaré, membre du groupe national de contact (GNC) et ancien ministre de l’Education Nationale, plusieurs autres députés à l’Assemblée Nationale (AN) et de Thierno Souleymane Sow, responsable de l’ONG Amnesty International.

Il était question pour les animateurs de ce forum préfectoral de véhiculer des messages qui prônent le dialogue, la paix, l’unité nationale, la participation inclusive et le respect des droits de l’homme.

C’est pourquoi, le représentant des autorités communales à la cérémonie d’ouverture, Younoussa Baldé a vivement salué l’initiative avant de se réjouir du choix de sa ville pour abriter cette importante rencontre.

En souhaitant la bienvenue aux participants, le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah, a expliqué que la paix est un petit mot mais difficile à avoir.

Elhadj Safioulaye Bah, préfet de Labé

« La paix, c’est le comportement. La paix repose sur la prévention des conflits et l’élimination de leurs causes, grâce au dialogue et à la médiation. La Guinée est indépendante depuis 1958. Beaucoup de choses se sont passées. Il y a eu beaucoup de sang versé. Il y a eu également des injustices. Des solutions n’ont pas été trouvées à certains problèmes. Quelqu’un qui a été sorti de sa concession, cette concession saisie, attribuée à quelqu’un d’autre et passant tout le temps devant cette concession, sachant que c’était le fruit de ses parents, n’ayant jamais été dédommagé, il lui est difficile de pardonner. L’occasion qui se présentera pour qu’il se venge, il en profitera. Quelqu’un également victime d’injustice et se plaignant à la justice. En arrivant à la justice, l’accusé sort avant le plaignant en le laissant là-bas. Mais, il n’aura jamais confiance en cette justice. Celui qui est victime également des services de sécurité aura toujours des rancœurs » a-t-il prévenu avant d’ajouter que si les causes des conflits ne sont pas éliminées, ce n’est pas évident que la paix puisse régner.

Prenant la parole à son tour, la directrice nationale adjointe de la Réconciliation et de la Solidarité au Ministère de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale, madame Camara Ousmane Daka Diallo, a rappelé cette citation de Gandhi : « il n’y a pas de chemin vers la paix, la paix est le chemin » pour dire que la recherche et la prévention de la paix constituent la seule voix pour un monde meilleur, apaisé, respectueux des droits de l’homme et de la dignité humaine.

Mme Camara Ousmane Daka Diallo, ministère de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale

« Nous devons tous agir donc, individuellement et collectivement pour l’avènement d’une Guinée une et indivisible dans la pluralité des opinions. D’ailleurs, les présentes rencontres constituent une occasion pour tous les participants de contribuer à l’atteinte de ce noble idéal. Au moyen de dialogue franc, sincère, sans passion ni haine, nous devons échanger autour de l’essentiel en posant sur la table nos maux mais aussi en proposant des pistes de solutions. Poser les maux sur la table, c’est dire clairement ce qui ne va pas chez l’autre, ce qui ne vous convient pas, donc c’est parler des défauts de l’autre. Poser les maux sur la table, c’est aussi reconnaitre ses erreurs, ses défauts, ses manquements. Enfin, poser les maux sur la table, c’est proposer des solutions idoines à tous ces maux » a-t-elle conclue en insistant sur le développement de l’amour, de la gentillesse, la compréhension, la paix. « Le reste nous sera offert » a-t-elle indiqué en citant Mère Theresa.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Le préfet de Labé aux jeunes de Sannoun : « levez-vous pour bénéficier des avantages de la République »

22 juillet 2019 à 9 09 51 07517
Elhadj Safioulahi Bah, Préfet_Labé
Elhadj Safioulahi Bah, Préfet de Labé

Prenant part à la cérémonie de lancement de l’atelier de formation sur les pratiques familiales essentielles, le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah a vivement invité la jeunesse de la sous-préfecture de Sannoun à s’armer de courage et se lever pour bénéficier des avantages de la République, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée, à travers le reportage vidéo ci-dessous.

Au cours de sa communication, Elhadj Safioulahi Bah a rappelé que c’est le temps de la jeunesse. « Ce programme intéresse beaucoup plus les jeunes. Les jeunes doivent en tenir compte. Ils ne peuvent qu’en tirer profit. Je vais prendre un exemple. Si on prête attention, on va constater que les jeunes ne s’impliquent pas dans toutes les activités. Ils ne s’impliquent pas » a-t-il regretté.

Pour illustrer son message, l’orateur a pris des exemples pratiques : « en regardant sur le rétroviseur, on se rend compte que nos parents réussissaient dès l’âge de 25 ans. Ils se sont mariés, ils ont construit et toutes leurs affaires sont réglées. Pourquoi aujourd’hui, vous les jeunes, êtes résignés. Moi, lorsque j’ai été candidat ici pour le poste de maire, les gens ont dit que j’étais trop jeune. Il faut attendre ! Mais, non ! On n’a pas attendre pour son propre épanouissement et pour le développement de son terroir natal. Prenons le cas de notre ministre de la jeunesse, monsieur Mouctar Diallo, en 2007 déjà, cela fait 12 ans maintenant, il était ministre. Si vous enlever 12 ans de son âge actuel, il est évident que c’est un jeune qui avait été nommé ministre, parce qu’il a accepté de s’impliquer très tôt. On lui a reconnu son engagement pour le développement de son pays, au temps du gouverneur du consensus. C’est le cas de monsieur Sékou Touré ou Safioulahi Diallo ou encore notre parent Dr Alpha Taran Diallo. A l’âge de 25 ans déjà, ils étaient tous des dirigeants de notre pays.»

Poursuivant sa communication, Elhadj Safioulahi Bah a demandé aux jeunes de la sous-préfecture de Sannoun de cesser de perdre le temps autour du thé et sous les manguiers, s’ils veulent intégrer l’administration guinéenne, actuellement prise en otage par les anciens qui ne veulent jamais céder leurs places aux générations montantes.

Elhadj Safioulahi Bah a mis l’occasion à profit pour exhorter la couche juvénile à saisir la perche tendue par le président de la République à travers les MUFA et MC2. « C’est naïf de croire que ces fonds ont été envoyés pour les jeunes du RPG Arc-en-ciel seulement » a-t-il lancé à la foule.

Pour terminer ses conseils, le préfet de Labé a invité les jeunes de Sannoun à lutter contre toute forme de résignation.


De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé : ce qui s’est passé au lancement des examens nationaux (vidéo)

5 juillet 2019 à 7 07 37 07377
Mme Magassouba Hadja Aïssatou Diouldé DIALLO, DPE de Labé
Mme Magassouba Hadja Aïssatou Diouldé DIALLO

Les premières épreuves de l’examen d’entrée au collège ont été lancées hier, jeudi 04 juillet 2019, à Labé. La cérémonie a été dirigée par le chef de cabinet du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Elhadj Alhassane Diakité, entouré du préfet de la localité, Elhadj Safioulahi Bah et du chef de cabinet du gouvernorat, Elhadj Mamadou Sow, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans cette préfecture.

Ci-dessous, le reportage vidéo de notre correspondant à Labé :

Lire

Crise d’essence à Labé : le litre se négocie à 15 000 GNF au marché noir

23 mai 2019 à 14 02 46 05465

A l’instar des plusieurs ville du pays, une crise d’essence frappe la commune urbaine de Labé et ses environs où le litre d’essence se négocie à ce jeudi, 23 mai 2019, à 15 000 francs guinéens sur le marché noir, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Depuis pratiquement lundi soir, les automobilistes et autres propriétaires d’engins roulant ont du mal à trouver de l’essence pour carburer leurs véhicules dans la commune urbaine de Labé où la crise a provoqué une flambée des prix du transport urbain et inter urbain dans la région.

« Nous avons constaté depuis quelques jours qu’il y a une crise d’essence à Labé. On n’est presqu’au courant de rien sur les causes de cette crise. Mais, selon les rumeurs que nous apprenons ici, il semble qu’il y a eu rupture et que le bateau serait en retard. Il faut signaler aussi que les stations sont privées. Elles ne relèvent pas de l’Etat ou nous n’avons pas tellement la maitrise de la situation. Le prix à la pompe reste toujours le même, mais il y a une mafia derrière cette crise. C’est une pratique qui est illégale. C’est que nous nous pouvons faire, c’est de veiller comme nous sommes en train de veiller sur les denrées, parce que nous avons appris que le litre est vendu à un prix exorbitant au marché noir », a déclaré le maire de la commune urbaine de Labé, Mamadou Aliou Laly Diallo.

Poursuivant, M. Laly Diallo a promis de se référer à sa tutelle qui n’est autre que le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah sur les dispositions appropriées à prendre en vue de sécuriser ses citoyens face à cette crise entretenue par les réseaux mafieux des hydrocarbures en Guinée.

« Nous allons nous donner les mains pour une implication efficace des autorités locales parce qu’il est de notre devoir aussi de protéger les citoyens. Nous n’allons pas permettre aux vendeurs de carburant d’augmenter le prix sans raisons. En tout cas, je vais essayer de rencontrer pour qu’on examine ensemble ce qu’il y a lieu de faire » a conclu le maire de Labé.

Il est à préciser que ce n’est pas facile de trouver de l’essence même au marché noir dans la commune urbaine de Labé où les pompistes préfèrent servir les trafiquants contre des espèces sonnantes et trébuchantes, avec la complicité des conducteurs de taxi-motos.

De Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Recouvrement des recettes fiscales : le préfet de Labé dénonce la direction nationale des impôts

17 mai 2019 à 10 10 47 05475
Elhadj Safioulahi Bah, préfet de Labé

Le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah, dénonce avec la dernière énergie la Direction Nationale des Impôts (DNI) qui a pris l’initiative de retirer à la préfecture la mission régalienne de recouvrement des impôts partagés, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Depuis pratiquement 2 ans, le recouvrement de la taxe unique sur les véhicules (TUV), la contribution foncière unique (CFU) et la patente des gros contribuables évoluant à l’intérieur du pays est effectué à Conakry par la Direction Nationale des Impôts (DNI).

« Une entreprise implantée à un endroit donné ne doit pas payer sa taxe ailleurs. J’ai écrit. Je me suis déplacé. Je crois que ça commence à aller » proteste le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah qui voit les stations d’essence de sa préfecture payer leurs taxes à Conakry : « ce n’est pas normal » insiste-t-il.

Avec cette nouvelle mesure injustifiée et injustifiable, on assiste à une baisse sensible des recettes fiscales dans les préfectures et commune de l’intérieur du pays.

« C’est la croix et la bannière pour récupérer ce qui nous revient de droit » ajoute le préfet de Labé.

Un contrôleur financier en service à Labé précise que c’est à Labé de verser des ristournes à Conakry et non l’inverse.

C’est pourquoi, Elhadj Safioulahi Bah sollicite l’appui du gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané pour faire corriger cette injustice infligée aux services déconcentrés de l’Etat.

Surpris par cette information reçue de son préfet, le gouverneur de région Elhadj Madifing Diané a promis de se déployer pour rendre à césar ce qui appartient à césar.

En attendant, on est en droit de se demander ce qui motive réellement les cadres de la Direction Nationale des Impôts (DNI) ? Car, cette option prise par ces techniciens du budget est en porte-à-faux avec la politique nationale de décentralisation et de la déconcentration prôné par le gouvernement de la République. En ce sens que cette politique consiste en un transfert de compétences et de moyens à la base. Or, avec cette asphyxie programmée des administrations locales, les résultats escomptés ne seront jamais atteints.

Comment comprendre aussi, aujourd’hui, que des hauts commis de l’Etat mettent en route une initiative visant à décrédibiliser les services techniques déconcentrés des impôts dans les préfectures ? Par ce fait, ces cadres des impôts aux niveaux régional et préfectoral sont mis aux chômages techniques alors qu’ils continuent d’émarger à la Fonction Publique pour un travail désormais confié à un privé (surtout en ce qui concerne la TUV), sous le prétexte de la sécurisation des recettes fiscales en République de Guinée. Comme si on ne pouvait pas rendre efficace le contrôle interne pour sanctionner les cadres véreux.

Il est aussi à déplorer que l’Etat guinéen privilégie une société de téléphonie mobile privée contre des commissions au détriment de ses fonctionnaires, en matière de recouvrement de la taxe unique sur les véhicules (TUV).

Ne pouvait-il pas utiliser ces commissions pour encourager ces commis postés à l’intérieur du pays à mieux faire leur travail pour lequel ils sont payés sur le dos du contribuable guinéen ? En tout cas, sous d’autres cieux, ceux qui font bien leurs boulots sont légalement motivés.

Mais, l’on se rappelle que notre regretté Williams Sassine écrivait dans ses chroniques assassines que « la Guinée est entièrement à part ».

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Viol d’une fillette de 7 ans à Labé : les menaces du gouverneur

17 mai 2019 à 9 09 37 05375
Elhadj Madifing Diané, Gouverneur de la Région Administrative de Labé

Le gouverneur de la Région Administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané menace d’être à la tête d’une équipe d’agents de sécurité pour une mission d’expédition punitive dans la commune rurale de Kaalan, relevant de la préfecture de Labé où les autorités locales et certains notables sont accusés de vouloir étouffer une affaire de viol sur mineur pour un règlement à l’amiable, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Accusé d’avoir violé une fillette de 7 ans, un jeune de 30 ans, habitant le district de Madinatoul Salamy, relevant de la commune rurale de Kaalan, dans la préfecture de Labé est recherché par le commissariat central de police depuis pratiquement 10 jours. Le mis en cause se promène librement dans son village, assuré de la protection des autorités locales et de la notabilité qui cherchent, dit-on, à étouffer l’affaire pour un règlement à l’amiable.

Selon le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah, ce n’est pas la première fois que la communauté de Kaalan tente de couvrir un présumé violeur.

« La dernière fois, c’est le fils d’un notable de la localité qui a tenté de violer une fille avec une arme. J’ai fait arrêter toute la famille, c’est en ce moment que le père a sorti son fils. Je ne permettrais pas comme tombe comme çà sur des filles » a prévenu le préfet de Labé.

Saisie de cette situation révoltante, le gouverneur de la Région Administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané fait planer une menace de représailles si dans un délai de 72 heures le présumé violeur n’est pas mis à la disposition du commissariat central de police par le maire de la commune rurale de Kaalan.

« Ce malfaiteur qu’on est en train de couvrir à Kaalan, qui a violé cette fillette de 7 ans, je ne le vois pas dans les 72 heures, vous me verrez à Kaalan devant la troupe moi-même. Et ceux qui l’ont protégé, qui sont responsables de sa fuite en récolteront les conséquences, s’il plait à Dieu » a-t-il menacé.

Pour sa défense, le maire de la commune rurale de Kaalan, Elhadj Abdoulaye Baldé a déclaré à sa tutelle et à la presse locale qu’il n’était pas au courant de ce cas de viol perpétré sur une fillette de 7 ans dans un des districts de sa collectivité. Il semble que le chef du district de Madinatoul Salamy, Modi Mamadou Saïdou Baldé qui a reçu la convocation du commissariat central pour l’accusé n’a pas rendu compte à ses autorités communales.

Il est à préciser que ce délai de 72 heures donné par le gouverneur de Labé au maire de la commune rurale de Kaalan pour retrouver le présumé violeur et le conduire au commissariat central expire ce vendredi, 17 mai 2019.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

15 km de goudron pour Labé : le préfet Safioulahi Bah, objet de critiques acerbes

22 janvier 2019 à 18 06 40 01401
Elhadj Safioulahi Bah, préfet de Labé

Le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah est accusé actuellement par une frange importante de la population de la commune urbaine d’avoir privilégié sa famille et ses amis dans la clef de répartition qu’il a faite autour des 15 km de goudron offerts à la ville par le président Alpha Condé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Fin 2018, le président Alpha Condé a effectué une visite éclaire à Labé pour lancer les travaux de bitumage de 15 km de la voirie urbaine. Partant de cette visite présidentielle, le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah s’est approprié le projet en élaborant une clef de répartition entre les principaux axes routiers de la ville.

Malheureusement, le document officiel publié par les autorités locales donne l’impression que le seul préfet de la localité fait la part belle à sa famille de Dow-Saré. Ce qui a provoqué plusieurs frustrations et des vives protestations dans la cité. Car, les principaux axes routiers menant vers la ville et qui sont fréquentés par un grand nombre d’usagers n’ont pas été prévus.

Certains citoyens de Dombi, un secteur du quartier Daka I demandent aujourd’hui que le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah trouve une autre route pour transporter le granite de bitumage de la ville.

Une autre source a indiqué que les autorités communales ont déjà saisi le gouverneur de région pour protester contre la clef de répartition par le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah, autour de ces 15 km de goudron offerts par le président Alpha Condé.

Il semble aussi que ce document ne tient pas compte de l’avis des techniciens des directions préfectorales et régionales des Travaux Publics (TP) de Labé. Les intéressés comptes même, dit-on, modifier le schéma indiqué dans le tableau officiel au fur et à mesure que les travaux évoluent sur le terrain : « c’est le terrain qui commande » a lancé un des fonctionnaires des Travaux Publics en poste à Labé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Manifestation des élèves à Labé : les précisions du directeur préfectoral de l’éducation

10 janvier 2019 à 16 04 41 01411

Le directeur préfectoral de l’éducation par intérim (DPE) de Labé, Ousmane Baïlo Diallo, vient de se confier à votre quotidien en ligne pour apporter des précisions sur l’origine de ce mouvement d’humeur des élèves qui a perturbé les cours, dans la matinée de ce jeudi, 10 janvier 2019, dans certains établissements scolaires de la ville, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Selon le directeur préfectoral de l’éducation par intérim (DPE) de Labé, Ousmane Baïlo Diallo le mouvement des élèves qui a perturbé les cours dans certains établissements scolaires de la commune urbaine est venu de l’école primaire de Bowounloko, située du côté Est de la mosquée centrale.

«Certaines écoles ont été perturbées à partir de 9h 30. C’est parti de l’école primaire de Bowounloko d’où le groupe est parti pour faire sortir les élèves qui étaient dans le complexe scolaire Thyndel-Wouro, avant de continuer sur Saint André et Konkola » a-t-il expliqué.

Ousmane Baïlo Diallo

Contrairement au témoignage de Daouda Diallo, porte-parole des élèves de Labé, le directeur préfectoral de l’éducation (DPE), Ousmane Baïlo Diallo, indique que les enfants de Yacine Diallo ont été libérés par la Direction du groupe scolaire un peu avant le mouvement qui a paralysé la ville.

« Au niveau de Yacine Diallo, les élèves ont été libérés parce que ce complexe a perdu un enseignant. Ils ont libéré les élèves très tôt pour compatir à ce décès » a-t-il ajouté.

Parlant de bilan de la journée, notre interlocuteur qui a été interrogé aux environs de 15h 30 a expliqué au téléphone de Guineematin.com n’avoir pas reçu d’abord de compte rendu des différents chefs d’établissement et délégués communaux de l’éducation.

Il a simplement révélé que l’administratrice du complexe scolaire privé Saint André a rencontré le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah pour se plaindre pour des menaces qu’elle aurait reçu et des dommages causés au préjudice de son établissement.

« A l’heure où je vous parle, je n’ai pas reçu d’informations en terme de bilan. Seulement, la sœur de Saint André est allée à la préfecture pour dire qu’elle est victime de menaces et que les bâtiments de son école ont été caillassés. Le préfet a répondu qu’elle peut porter plainte » a confié le DPE par intérim, Ousmane Baïlo Diallo.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (0024) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Débauche au Palais de la Kolima (Labé) : le DPJ parle de simple manipulation de l’opinion

21 avril 2018 à 8 08 14 04144

Le directeur préfectoral de la jeunesse (DPJ) de Labé, Thierno Aliou Barry a déclaré que la clameur publique relayée par la presse locale annonçant que le Palais de la Kolima a été transformé en un centre de débauche, de débit de boisson et de consommation de la drogue est une simple extrapolation ayant pour but de manipuler l’opinion contre les occupants et le gérant de l’infrastructure, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Plainte contre le préfet de Labé : le gouverneur Sadou Keïta en sapeur-pompier

28 février 2018 à 10 10 51 02512

Le procès initié par l’opérateur économique, Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO contre le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah qui devait se tenir ce mercredi, 28 février 2018, au Tribunal de Première Instance (TPI) n’aura pas lieu, suite à une demande de renvoie à deux semaines formulée par la partie civile pour donner une chance à la médiation du gouverneur de région, Sadou Keïta, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Labé : le préfet annonce une plainte contre Bhoye Garambé

18 janvier 2018 à 21 09 10 01101

Elhadj Safioulaye Bah, préfet de Labé

Poursuivi devant le Tribunal Correctionnel de Labé pour « abus d’autorité », le préfet, Elhadj Safioulahi Bah a annoncé, dans l’après-midi de ce jeudi, 18 janvier 2018, que la Gendarmerie ne va pas pardonner le fait d’avoir été mise en cause dans la première plainte contre l’autorité préfectorale, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire