Kindia : Alpha Condé au stade préfectoral, les anti-troisième mandat dans la rue

4 mai 2019 à 14 02 57 05575

Comme prévu, le président Alpha Condé est arrivé ce samedi, 04 mai 2019, à Kindia. Officiellement, il est allé procéder au lancement officiel des travaux de construction des infrastructures prévues dans le cadre des festivités commémoratives du 61ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée. S’il a été bien accueilli au stade, ce n’est pas le cas cependant dans les rues de la ville, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Le chef de l’Etat est arrivé au stade préfectoral de Kindia en compagnie du Premier ministre, Kassory Fofana ; des ministres Kiridi Bangoura, Oyé Guilavogui, Cheick Taliby Sylla ; du Médiateur de la République, Mohamed Saïd Fofana, et d’autres responsables. Il a été accueilli dans une grande ferveur par une foule en liesse.

Dans les discours prononcés à cette occasion, le maire de Kindia ; les représentants des jeunes, des femmes et des sages de la Basse-Côte, tous se sont montrés favorables au projet de nouvelle Constitution prôné par le pouvoir, pour permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. En réponse, Alpha Condé, dans une brève allocution, a dit avoir pris bonne note, tout en promettant de continuer à écouter le peuple avant de se prononcer sur la question.

Pendant que cette cérémonie se tenait au stade préfectoral Fodé Fissa de Kindia, des anti-troisième mandat se sont également fait entendre. Malgré l’interdiction de leur manifestation, des responsables du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), en compagnie de nombreux autres citoyens, sont descendus dans la rue pour exprimer leur opposition à toute modification constitutionnelle, visant à octroyer un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Ces derniers assurent que ceux qui étaient au stade ne sont, pour la plupart, pas de Kindia et qu’ils ont été transportés sur place à bord de bus. Ils se disent déterminés à « enterrer le projet de troisième mandat » dès que celui-ci sera officiellement lancé.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Lire

Recrutement dans l’armée : 6 140 candidats vont se mesurer à Kindia pour 300 places

9 avril 2019 à 11 11 07 04074

Les candidats au concours de recrutement au sein des forces armées guinéennes étaient conviés à une réunion d’information au stade préfectoral de Fodé Fissa de Kindia, hier lundi, 8 avril 2019. La démarche visait à échanger sur les dispositions envisagées pour la maîtrise de l’organisation des épreuves sportives qui démarrent aujourd’hui mardi, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est le stade préfectoral de Kindia qui a servi de cadre à cette réunion préparatoire sur le concours de recrutement au sein des forces armées guinéennes. Selon le préfet, Elhadj N’Fansoumane Touré, membre de la commission d’organisation, « vous avez été invités ce soir pour vous préparer pour que nous puissions avoir, après les épreuves, 900 candidats et candidates. Après, ils vont continuer avec les épreuves intellectuelles.

Et, à l’issue de ces épreuves intellectuelles, il doit y avoir 300 de retenus qui vont être naturellement intégrés dans les forces armées conformément au communiqué de presse qui a été lu la fois passée. Donc, nous en appelons à l’esprit civique de vous tous pour que ces consignes qui viennent d’être dites soient scrupuleusement respectées.

Et nous prions Dieu le tout puissant que tout se passe très bien à Kindia, qu’il n’y ait pas de blessés encore moins de morts, parce qu’on vous a dit qu’être dans l’armée, c’est une bonne chose, mais ce n’est pas une fin en soi. Donc, il faut savoir ménager votre physique et votre santé », conseille le préfet.

Pour sa part Marie Tokeno Tolno, candidate à ce concours, a dit sa détermination à affronter les épreuves physiques et intellectuelles. « On était ce matin au lieu de départ. On est resté de 6 heures à 9 heures. Mais, on n’a pu courir aujourd’hui. Il y a trop de candidats. Les 2 000 ne peuvent pas courir aujourd’hui parce que l’espace est petit par rapport au nombre de candidats. On nous a appelés à 15 h, pour changer le lieu. On nous a envoyés vers Yabara.

Les hommes vont courir à partir de Wondima, virage dangereux, jusqu’à Samonronya. Les filles, c’est de la station Wondima jusqu’à Samonronya. J’ai déposé mes papiers. Par rapport à cela, je suis toujours motivée. On dit qu’on doit courir 6 kilomètres. Toujours, je suis motivée, car j’ai la foi. Et, je vais courir, je vais toujours gagner. Je prie le bon Dieu pour que je puisse être dans les 30 filles qui doivent être retenues », a-t-elle dit.

Il faut rappeler que l’épreuve de la course à pied doit se passer ce mardi 09 avril 2019.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628516796

Lire

Recrutement dans l’armée : la première étape du concours lancée à Faranah

8 avril 2019 à 11 11 29 04294

Les autorités de Faranah ont lancé hier dimanche, 7 avril 2019, la première phase du concours de recrutement dans l’armée guinéenne. C’est à Baliany, un village situé à huit (8) kilomètres de la ville, sur la route nationale Faranah-Dabola, que le coup d’envoi de la course a été donné aux environs de 9 heures, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Ce sont les autorités de la Faranah qui ont lancé cette épreuve, en présence des cadres préfectoraux et communaux, les services de défense et de sécurité, les cadres de la justice et la Croix Rouge locale.

Ils sont au total quatre cent quarante (440) jeunes postulants, dont cinquante (50) filles, à avoir pris part à cette première vague de test de recrutement dans l’armée. Les hommes avaient huit kilomètres à parcourir, alors que les femmes devaient se mesurer sur six (6) kilomètres.

Selon nos informations, il y a 3 600 candidats à Faranah à la recherche de l’emploi dans l’armée pour seulement 250 places.

Interrogé par Guineematin.com, le préfet de Faranah, Ibrahima Kalil Keïta, a évoqué le manque d’emploi avant de rassurer les jeunes de l’équité qui va caractériser le processus. « Je ne crois pas qu’il y ait aujourd’hui en Guinée un problème plus crucial que l’emploi jeunes. Dieu merci, grâce au programme du Pr Alpha Condé, les écoles sont créées un peu partout, les jeunes sont formés, mais ils n’y a pas d’emploi.

C’est dans ce cadre-là que le ministère de la défense nationale a demandé un recrutement des jeunes pour l’armée et ce recrutement est confié à la préfecture. La préfecture de Faranah a formé une commission. Ce travail a commencé, 3600 jeunes ont été recensés. Ce qui prouve que le problème d’emploi est une nécessité dans notre pays. Aujourd’hui, nous commençons les épreuves qui sont aussi confiées à la préfecture. Ce que je vais vous dire, puisque certains manquent de confiance, on pense qu’on les fatigue, que autorités ont fini de faire le choix.

Non ! Il n’est pas question de tricher à Faranah. Je le dis en tant que première personnalité de la préfecture, que les jeunes partent à égalité de chance. Je le dis encore plus haut qu’ailleurs qu’à Faranah, il n’y aura pas de fils de gouverneur, de fils de préfet, de fils de commandant, de fils de député. Ils sont tous égaux, qu’ils soient rassurés qu’ils partent à égalité de chance. Chacun va récolter ce qu’qu’il aura semé. Donc, je souhaite bonne chance aux enfants et aux petits enfants », a-t-il lancé.

De son côté, Oumar Camara, maire de la commune urbaine de Faranah, a lancé un message aux jeunes tout en dégageant l’objectif de ce recrutement. « Mon message, c’est de rassurer au postulant que la confiance que l’Etat a placée en nous, nous allons l’assumer. Nous serons à la hauteur de cette confiance.

Je veux les rassurer que vraiment chez nous, c’est l’égalité de chance, tout le monde est égal devant nous, devant la loi, devant ce concours-là. L’objectif, c’est d’avoir les meilleurs candidats, des candidats de qualité, les candidats potentiels qui peuvent valablement représenter nos forces armées. Nous sommes dans cette optique pour que Faranah soit mieux apprécié dans ce sens », a dit le maire.

À noter que 13 personnes, dont 2 filles, ont été admises à l’hôpital régional pendant la course.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com
Tel : 00224 620 24 15 13

Lire

N’zérékoré : le ministre Yéro Baldé lance la campagne d’assainissement de la région

28 mars 2019 à 12 12 37 03373

La campagne d’assainissement de la région de N’zérékoré a été lancée hier mercredi, 27 mars 2019, par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé. La cérémonie s’est tenue à la gare routière ONAH, dans la commune urbaine, en présence des autorités communales, des responsables de la gare, des étudiants et des autorités de l’université de N’zérékoré, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après le lancement officiel des travaux, le ministre a tenu à remercier les étudiants pour leur forte mobilisation. « Je vous félicite de votre mobilisation ce matin pour donner l’exemple en matière de citoyenneté et de civisme, parce que vous êtes entrain de prouver que vous n’avez pas besoin d’attendre que le pays fasse quelque chose pour vous.

L’insalubrité est devenue un problème pour notre pays, et je souhaite aussi à N’zérékoré que les étudiants se lèvent d’eux-mêmes et prennent l’initiative de nettoyer. Mais, il faut aussi garder à l’esprit de rendre propre nos foyers et les différents lieux », a dit monsieur Baldé.

Par ailleurs, le ministre de l’enseignement supérieur a prodigué quelques conseils aux étudiants pour la protection de l’environnement. « Récemment, nous avons reçu des camion-bennes pour nettoyer les rues de Conakry. Et, je sais que cette initiative va s’étendre sur les villes de l’intérieur. Mais, le plus important, c’est qu’on ne salisse pas. Vous les étudiants, vous êtes un exemple, quand vous buvez de l’eau, ce n’est pas la peine de jeter dans la route, parce que les plastiques sont polluants.

Ça met au moins 4 siècles avant de se détruire. Vous allez même dans les villages aujourd’hui, tout est sale. Les animaux meurent parce qu’ils mangent ces plastiques-là. Donc, je compte sur vous pour la protection de notre environnement », a lancé Abdoulaye Yéro Baldé.

Pour sa part, Elhadj Sékou Souaré, président de l’Union des Transporteurs Routiers de Guinée Forestière, s’est réjoui du lancement de la campagne d’assainissement avant de s’engager à garder propre la gare routière locale. « Nous sommes très contents du fait que le gouvernement, à travers le ministère de l’enseignement supérieur, a choisi la gare routière de N’zérékoré pour lancer l’assainissement au niveau de la région et cela est un acte salvateur.

Nous remercions aussi nos étudiants que nous voyons maintenant tout au long de notre gare routière, qui sont en train de balayer, et nous garantissons aussi que cette gare routière sera toujours propre », a dit Elhadj Sékou Souaré.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com
Tel : (00224) 620 16 68 16/666 89 08 77

Lire

Tolo : (Mamou) : lancement des travaux de construction de 225 salles de classes

25 mars 2019 à 8 08 40 03403

Grâce à la coopération allemande, la Guinée va bénéficier bientôt de 225 nouvelles salles de classes. La cérémonie de lancement officiel des travaux a eu lieu dans la localité de Tolo, relevant de la préfecture de Mamou. Elle a réuni des membres du gouvernement, les autorités localités et les partenaires au développement, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Ce sont les préfectures de Mamou, Faranah et Kissidougou qui vont bénéficier de ces nouvelles salles de classes. Leur réalisation s’inscrit dans le cadre du projet Promotion de l’Éducation de Base en Guinée. A l’occasion de la cérémonie de lancement officiel de ces travaux qui a eu lieu dans la sous-préfecture de Tolo, le maire de cette commune rurale de Mamou a exprimé sa joie et sa satisfaction de voir sa localité faire partie des bénéficiaires de ce projet.

« Au nom de la population de Tolo et à mon nom personnel, nous vous disons merci. Merci de votre soutien pour l’éducation de nos enfants. Des enfants qui constituent le socle du développement. A mon avis, l’éducation de nos enfants est aujourd’hui la chose la plus importante pour le changement positif de notre cher pays. Nous vous donnons notre engagement inconditionnel pour la réalisation de ce projet », a dit Elhadj Thierno Maadjou.

Cette cérémonie a été présidée par le ministre de L’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré, accompagné de son homologue du Commerce, Boubacar Barry, et de nombreux responsables du système éducatif guinéen. Le ministre a remercié la coopération allemande pour son appui au système au éducatif guinéen. « Le lancement des travaux de 225 nouvelles salles de classes dans les préfectures de Faranah, de Kissidougou et de Mamou vient poursuivre cet appui de nos amis allemands.

Cet investissement nouveau, offrira l’opportunité aux enfants des communautés bénéficiaires d’avoir accès à l’école. C’est pourquoi, j’invite les populations à faciliter la réalisation des travaux et une fois ces écoles achevées, à inscrire tous les enfants en âge d’être scolarisés, notamment les filles.

Pour ma part, je voudrais rassurer les heureux donateurs que mon département ne ménagera aucun effort pour préserver ces acquis en rendant les salles de classes fonctionnelles par la mise à disposition d’enseignants qualifiés et en nombre suffisant. Je témoigne ici la satisfaction du gouvernement pour la bonne conduite du précédent projet et je lui demande d’observer la même rigueur dans la mise en œuvre du présent projet dans les délais contractuels », a dit Mory Sangaré.

Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com
Tél : 625 69 89 19

Lire

Loucény Nabé, Gouverneur de la BCRG à Guineematin : « le franc guinéen se porte globalement bien »

27 juillet 2017 à 9 09 29 07297

« La relation entre la Banque centrale et les banques commerciales est régie par la loi. En Guinée, la Banque centrale joue un rôle de réglementation et de surveillance du système bancaire. En ce qui concerne la gestion relative aux revendications syndicales, en tant que premier responsable de la banque centrale, mon rôle consiste à faire de la facilitation. Dans cet exercice, il faut faire en sorte que la confiance se rétablisse entre les acteurs en instaurant un dialogue permanent entre le mouvement syndical et le patronat du système financier ».

Lire