Banankoro : Adama Sanoh accueilli triomphalement dans sa ville natale

6 mai 2019 à 15 03 35 05355

Le récent vainqueur du concours international de lecture du saint Coran au Koweït, Adama Sanoh, a été accueilli en héros dans la matinée de ce lundi, 6 mai 2019 à Banankoro, dans la préfecture de Kérouané. Une très forte mobilisation a caractérisé cette réception dans une commune rurale où l’Islam est la principale religion, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

À l’instar de certaines villes, comme Conakry et Kissidougou, Banankoro a accueilli dans la ferveur Adama Sanoh, vainqueur du concours international de lecture du Coran. La réception de l’enfant de 11 ans a créé une grande euphorie dans la ville.

Banankoro était en effervescence avec de nombreux motards. C’est à 10 heures que le véhicule transportant Adama Sanoh est apparu, escorté par les autorités sous-préfectorales et communales, ainsi que les associations islamiques de la localité.

Devant cette forte mobilisation, le préfet de Banankoro a exprimé ses sentiments. Selon le commandant Fran Mara, « depuis que je suis venu comme autorité, il n’y a que des bonnes nouvelles pour Banankoro. La réception d’aujourd’hui en est un exemple. Le premier du monde est guinéen, mais particulièrement de Banankoro. C’est une bonne nouvelle, car il a pris ce trophée devant les arabes et devant 185 États comme candidats. La population de Banankoro doit être fière de ça. »

Même son cloche chez le grand imam de Banankoro, Elhadj Moussa Sanoh. « Je suis très content. Je vous remercie de cet accueil historique car, depuis que je suis imam, je n’ai jamais vu une telle mobilisation ici. Vous avez montré que la ville de Banankoro est une ville de l’Islam. Vous avez abandonné vos différentes activités pour vous unir pour une cause commune. Je vais vous dire, soyez unis, seule l’union pouvait faire une telle chose. Continuez sur cette lancée chère population ! Débarrassez-vous de la haine. Si quelqu’un a du bonheur ici, c’est pour tout Banankoro… »

Longuement ovationné, Adama Sanoh a pris le micro pour réciter quelques versets coraniques. Il a fini par s’effondrer en larmes.

Pour sa part, Elhadj Oumar Kouyaté, notable de Banankoro, a félicité tous ceux qui se sont mobilisés pour apporter un soutien moral et financier à l’heureux gagnant qui fait désormais la fierté de la Guinée. « Nous remercions la communauté Peule d’avoir donné 75 millions de francs guinéens au jeune et 3 billets pour la Oumra à la Mecque. Nous remercions aussi la première dame pour lui avoir prêté un véhicule de l’Etat. Ce jeune n’est pas n’importe qui en Guinée », a dit le sage.

Depuis Banankoro, Moussa Oulen Traoré pour Guineematin.com

Lire

L’agence POTTAL Voyages sur le coût du hajj, fixé à 43 millions : « on est très surpris »

16 avril 2019 à 16 04 38 04384

Des réactions se font entendre au lendemain de la fixation du coût du hajj 2019. Selon le secrétariat général des affaires religieuses, chaque candidat au pèlerinage de cette année devra débourser un montant de 43 millions de francs pour s’acquitter de ce devoir religieux pour les musulmans. Mais, cette décision des autorités religieuses de notre pays n’est pas bien appréciée par bon nombre de guinéens.

C’est le cas des responsables de l’agence POTTAL Voyages SARL qui évolue notamment dans le transport des pèlerins à la Mecque. Ibrahima Sory Diallo, le secrétaire général de cette agence, interrogé par Guineematin.com, ne comprend pas du tout cette décision. Lui, s’attendait à une baisse du coût du pèlerinage, plutôt qu’à une hausse.

« On pensait que le prix allait baisser par rapport à l’année dernière. Parce qu’on se disait que l’Etat allait tenir compte de la diminution du prix du carburant au niveau du marché mondial et l’Etat actuel de notre pays aussi. Mais, on voit qu’il y a une augmentation de deux millions (2 000 000) sur les 41 millions de l’an passé. Donc, on est très surpris de cette augmentation, on ne sait pas quels sont les critères qui ont prévalu à cette augmentation », a dit monsieur Diallo.

Néanmoins, l’agence POTTAL Voyages SARL se dit prête pour cet autre pèlerinage. Ibrahima Sory Diallo rassure les candidats au hajj 2019 que sa structure a tout ce qu’il faut pour leur offrir un voyage aller-retour et un pèlerinage dans les meilleures conditions. « Nous à l’agence POTTAL Voyage ici, nous avons des guides qui ont plus de 20 ans d’expérience. Déjà, le fondateur Elhadj Djouhé Bah avait envoyé des pèlerins à la Mecque avant qu’il ne crée cette agence. Il évoluait donc dans ça avant la création de cette agence.

Toutes les dépenses sont incluses dans les 43 millions : l’hôtel, le logement, les billets d’avions, la nourriture des pèlerins, la vaccination entre autres. Nous, si les convois sont établis, comme d’habitude, nous informons nos pèlerins, nous leur soumettons à une formation pendant une semaine avant le départ. Ensuite, notre médecin apporte sa touche, notamment en termes de médicaments que le pèlerin doit apporter avec lui. Quand on arrive sur les lieux du pèlerinage aussi, nous ferons en sorte que nos pèlerins soient logés dans des hôtels qui ne sont pas trop éloignés de la Kaaba.

On le fait ainsi chaque année et nous ferons la même chose cette année. C’est pourquoi, depuis que nous avons commencé à faire voyager les gens, aucun candidat inscrit à notre agence ne s’est plaint. Donc, notre agence étant nationale, et ayant les meilleures guides, nous invitons tous les pèlerins à venir s’inscrire à notre agence », a-t-il demandé.

A rappeler que les inscriptions des candidats au hajj 2019 démarrent demain, mercredi 17 avril 2019. L’opération se poursuivra jusqu’au 24 juin prochain.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

43 millions pour le Hajj 2019 : les inscriptions se dérouleront du 17 avril au 24 juin

15 avril 2019 à 23 11 13 04134
image d’archive

Les autorités guinéennes ont annoncé le tarif et l’ouverture des inscriptions des candidats au pèlerinage de cette année dans la soirée de ce lundi, 15 avril 2019, a appris un reporter de Guineematin.

Selon le secrétaire général des Affaires religieuses, Aly Jamal Bangoura, chacun des nouveaux candidats au pèlerinage doit payer 43 millions de francs guinéens cette année. Et, pour ceux qui ont déjà effectué le pèlerinage dans les cinq (5) dernières années et qui souhaitent faire le hajj 2019 doivent en plus un coût additionnel de 5 140 000 francs guinéens. Ce qui fait 48 140 000 GNF.

Enfin, le secrétaire général des Affaires religieuses a indiqué que les inscriptions des candidats pèlerins débuteront après-demain, mercredi 17 avril 2019, pour se terminer le 24 juin 2019.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Hajj 2019 : la Guinée doit honorer une dette de 16 milliards de francs

21 mars 2019 à 10 10 16 03163

La Guinée veut préparer cette année un hajj convenable à ses fidèles musulmans. Le ton a été donné le mardi, 19 mars 2019 par le Pr Alpha Condé, qui a présidé la cérémonie d’ouverture des journées de concertation nationale sur le hajj au Palais du peuple de Conakry. Mais avant, le pays doit rembourser un montant de 16 milliards de francs guinéens, représentant sa dette liée au dernier pèlerinage, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Dans un franc-parler, le Président guinéen a dénoncé, devant les cadres du secrétariat général des affaires religieuses, des opérateurs d’agence de voyage, des imams et des partenaires techniques, les dysfonctionnements, le copinage et les impréparations qui ont caractérisé le dernier pèlerinage des Guinéens aux lieux saints de l’Islam.

Prenant très au sérieux cette remarque du Chef de l’Etat, les participants ont débattu les deux premières journées des principaux thèmes liés au pèlerinage.

Le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, Dr Mamadou Taran Diallo a précisé à Guineematrin.com, les différents thèmes abordés par les participants mais également les problèmes soulevés et les solutions proposées.

« Au cours de ces deux jours, les débats ont porté sur les préparatifs et l’exécution du hajj. La première journée a connu 9 thèmes, à savoir : les informations, la communication et la sensibilisation sur le hajj ; le tarif individuel du hajj ; le transport aérien et le choix des agences de voyages, le choix des guides ; la santé et la vaccination, le quota et les inscriptions ; la confection des documents de voyage ; les empreintes digitales, l’obtention du visa et la gestion informatique ainsi que la programmation et les formalités de départ ».

De tous ces thèmes, les participants ont écouté les exposés, soulevé des problèmes et proposé des solutions, selon le ministre de citoyenneté. « Dans son discours d’ouverture, le président nous a instruits de lui proposer des mesures concrètes pour que les Guinéens souffrent le moins possible lors du pèlerinage. Et déjà, il a pris la décision que les inscriptions se feront dans les capitales régionales du pays cette année…

Comme propositions énumérées, sur le choix de l’avionneur par exemple, nous sommes en retard. Cette opération devait se faire depuis le 15 février. Mais actuellement l’appel d’offre est lancé, les candidats ont déposé leurs plis et il ne reste plus que le dépouillement pour officialiser le nom de la compagnie. Pour le quota, il a été proposé à 9000 pèlerins comme l’année dernière. Les agences se partageront 6000 candidats et les 3000 resteront pour le secrétariat général des affaires religieuses… », a précisé notre interlocuteur.

S’agissant de l’exécution des opérations et rites du hajj aux lieux saints de l’Islam, englobant l’accueil, l’hébergement, la restauration et le déplacement des pèlerins, à Médine, la Mecque, Mina, Arafa, Mouzdalifa , les participants se sont donné la peine de décortiquer les différents problèmes rencontrés par les pèlerins guinéens à chacune de ces étapes.

« Ensemble, les différents thèmes inscrits et qui portent sur l’exécution du hajj à la Mecque ont été débattus sans complaisance. Cela démontre le souci du Chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé à œuvrer pour le bien-être des populations. Il est sur le front de tous les combats pour améliorer le quotidien du guinéen mais également lui créer le bonheur et la prospérité… », a indiqué ministre d’Etat conseiller spécial du président de la République, Elhadj Tidiane Traoré.

Il a demandé à la commission chargée de rédiger le rapport final de prendre en compte toutes les propositions de solutions soulevées par les intervenants. C’est notamment le payement de la dette de 16 milliards de francs guinéens que la Guinée doit à l’Arabie Saoudite.

« La dette guinéenne qui se chiffre à 16 milliards de francs guinéens, qui doit être rapidement payée pour régulariser la situation de notre pays, le recrutement et la formation de nouveaux guides, la sécurisation des documents de voyage et de l’ensemble des actes administratifs doivent être mentionnés en bonne place dans le rapport final pour permettre au président de la République de prendre des décisions », a recommandé Elhadj Traoré.

De son côté, le secrétaire général chargé des affaires religieuses, Elhadj Aly Jamal Bangoura, s’est réjoui du déroulement de ces journées de concertation. Selon lui, ces échanges prouvent la volonté du Chef de l’Etat à accompagner la volonté du département pour améliorer ses prestations sur le terrain pour le bien des Guinéens.

« Seule l’œuvre de notre Prophète est parfaite. Nous devons tous accepter de nous remettre en cause. C’est l’objet de ces journées de concertation que nous avons appelées de nos vœux depuis des années », a déclaré le Chef religieux.

Soulignons de passage le défoulement de certains participants, notamment les opérateurs d’agences qui ont dénoncé entre autres, le dysfonctionnement institutionnel (entre le secrétariat général des affaires religieuses et les agences de voyage), le trafic des documents de voyage, la substitution des noms de pèlerins au profit d’autres, l’insuffisance du nombre de guides et l’indifférence de certains d’entre eux à s’occuper des pèlerins.

Ils ont dénoncé aussi l’amateurisme des médecins, l’insuffisance et le manque de qualité des repas servis par endroits ou encore le manque de logements adéquats pour la plupart des pèlerins obligés de rester en surnombre dans les chambres, l’envahissement des Guinéens se trouvant en Arabie Saoudite qui prennent la place et le repas des pèlerins, les coups de fils intempestifs venant de certains hauts cadres pour favoriser leurs proches, l’envahissement des pèlerins par des femmes commerçantes…

Sauf changement de programme, la clôture de ces assises initialement prévue hier mercredi, aura lieu ce jeudi, 21 mars 2019 dans la salle du 28 septembre du Palais du peuple, en présence du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com
Tél : 628 08 98 45

Lire

Mamou : fin du séminaire religieux organisé par les étudiants guinéens à Médine

3 juillet 2018 à 17 05 59 07597

Dr Alpha Boubacar Bah

Le séminaire annuel organisé par l’association des étudiants guinéens à l’Université islamique de Médine s’est achevé ce mardi, 03 juillet 2018 à Mamou. La cérémonie de clôture a été présidée par le Gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lemy Diallo, accompagné de l’inspecteur régional des affaires religieuses, Elhadj Amadou Kolon Barry et l’ensemble des autorités éducatives, administratives et religieuses de la préfecture, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Annulation de 4 vols (pèlerinage) : l’État payera un millions USD à Turkish Airlines

26 août 2016 à 11 11 01 08018

PèlerinsC’est le secrétaire général aux Affaires religieuses, Elhadj Abdoul Karim Dioubaté, qui a fait cette surprenante annonce la nuit dernière au centre islamique de Donka. Après une protestation toute la journée de ce jeudi 25 août 2016, les pèlerins guinéens inscrits au compte de la ligue islamique apprennent que leurs visas ne sont encore pas sortis.

Lire

Pèlerinage : aucun départ pour les candidats de la ligue d’ici dimanche (officiel) !

25 août 2016 à 21 09 41 08418

PèlerinAprès plusieurs jours d’attente au centre islamique de Donka (5 jours pour certains), les candidats au pèlerinage inscrits au compte de la ligue islamique nationale sont priés de rentrer chez eux. Selon le secrétaire général aux Affaires religieuses, ils doivent patienter à la maison jusqu’au dimanche, au moins, a appris Guineematin.com au centre islamique de Donka.

Lire

Préparatifs du Hadj 2016 : voici où on en est (interview)

29 juin 2016 à 17 05 09 06096

Elhadj Karamo Diawara, chef de cabinet du Secrétariat Général des Affaires Religieuses

Elhadj Karamo Diawara, chef de cabinet du Secrétariat Général des Affaires Religieuses

La fin de l’épidémie d’Ebola a contribué à tourner la page de la « mise en quarantaine » de la Guinée par rapport au pèlerinage à la Mecque. Les guinéens sont désormais autorisés par les autorités saoudiennes à se rendre aux lieux saints de l’islam pour s’acquitter du Hadj, cinquième pilier de l’islam. Pour en savoir davantage sur le niveau des préparatifs pour l’édition de 2016, Guineematin.com a rencontré, ce mercredi 29 juin 2016, Elhadj Karamo Diawara, chef de cabinet du Secrétariat Général des Affaires Religieuses.

Lire

Pèlerinage, ramadan, bousculade de Timbo… le chef de cabinet des affaires religieuses à Guineematin

7 juin 2016 à 7 07 41 06416

Elhadj Karamo Diawara, le chef de cabinet du secrétariat général des affaires religieuses

Elhadj Karamo Diawara, le chef de cabinet du secrétariat général des affaires religieuses

Comme on le sait, la Guinée va participer cette année au pèlerinage à la Mecque, après deux ans d’absence pour cause d’Ebola. Egalement, le Ramadan et tous les aspects religieux du pays sont gérés par le secrétariat général aux affaires religieuses. C’est donc pour mieux vous informer de tout ceci qu’un reporter de Guineematin.com a rencontré hier, lundi 06 juin 2016, Elhadj Karamo Diawara, le chef de cabinet du secrétariat général des affaires religieuses.

Lire