Conakry : des journalistes manifestent dans la rue pour exiger la libération de Lansana Camara

2 avril 2019 à 13 01 46 04464

Comme prévu, la marche de la colère des médias a eu lieu ce mardi, 02 avril 2019, à Conakry. A l’appel du syndicat des journalistes de la presse privée de Guinée, plusieurs journalistes et responsables d’associations professionnelles de médias ont défilé dans les rues de Kaloum pour exiger la libération du journaliste Lansana Camara, détenu illégalement à la maison centrale de Conakry, a constaté Guineematin.com à travers ses reporters qui étaient sur place.

Les hommes de médias se sont donné rendez-vous au rond-point du port autonome de Conakry. Ils ont entamé là leur « marche de la colère » jusqu’à la devanture du ministère de la justice, en passant par le ministère des Affaires Etrangères.

Durant tout le trajet, les manifestants brandissaient des banderoles et scandaient des slogans comme : « Libérez Lansana Camara » ; « Plus de journalistes en prison» ; « Honte magistrats zélés et corrompus » ; « Ministres prédateurs, corrompus ».

Devant le ministère de la justice où la manifestation s’est achevée, la porte-parole des manifestants a lu un discours dans lequel les journalistes dénoncent les atteintes à la liberté de la presse et exigent la libération de leur confrère Lansana Camara.

Ce dernier qui est administrateur général du site Conakrylive.info et correspondant de l’agence Chine Nouvelles en Guinée, est détenu depuis le 26 mars dernier à la maison centrale de Conakry. Et ce, malgré la dépénalisation des délits de presse en Guinée.

Son arrestation fait suite à une plainte déposée par le ministre des Affaires Etrangères, qui l’accuse de diffamation dans un article qu’il a écrit et qui révèle une tentative de détournement de fonds, impliquant le ministre en question.

Fatoumata Diouldé Diallo et Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Lire

Crimes du 28 septembre : des magistrats guinéens en France pour auditionner des suspects

4 août 2017 à 18 06 19 08198

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, le ministère de la justice et le parquet général ont animé une conférence de presse ce vendredi 04 août 2017 à la Cour d’Appel de Conakry. Le dossier du massacre du stade du 28 septembre 2009 aura été un des dossiers épluchés au cours de la rencontre, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Démoudoula : les citoyens ne doivent pas payer pour les dysfonctionnements de l’Etat (INIDH)

25 juillet 2017 à 15 03 10 07107

Communiqué : Le Gouvernement guinéen a entamé le déguerpissement des populations de Démodula, un quartier de la commune de Ratoma, à Conakry, la Capitale guinéenne, accusés d’occuper illégalement des domaines non destinés à cet effet.
Dans une lettre circulaire en date du 29 juin 2017, le Ministère de la Justice a demandé une suspension des opérations jusqu’à la fin de la période hivernale, c’est-à-dire du 15 juin au 15 Octobre 2017.

Lire

Kindia : des magistrats à l’école du droit pénal des affaires

15 mai 2017 à 18 06 15 05155

Le ministère de la justice, à travers le programme d’appuis à la reforme de la justice (PARJU), organise une session à l’intention de certains responsables des différents tribunaux de Conakry. Lancée ce lundi 15 mai 2017, cette formation de cinq jours (du 15 au 19 mai) portera essentiellement sur le droit pénal des affaires, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kindia.

Lire

Toumba Diakité face aux juges guinéens : voici le communiqué du ministère de la justice

15 mars 2017 à 16 04 21 03213

Le Ministère de la Justice porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale qu’en réponse à la demande d’extradition présentée par les autorités judiciaires guinéennes, un acte d’extradition des autorités sénégalaises a permis le transfèrement, le 12 mars 2017, à la maison centrale de Conakry, de Monsieur Aboubacar Sidiki Diakité dit « Toumba » poursuivi pour des faits de meurtres, de viols, de pillages, d’incendies volontaires, de vols à main armée, de coups et blessures volontaires, d’outrages à agents de la force publique, de tortures, d’enlèvements, de séquestrations, d’agressions sexuelles, d’attentats à la pudeur, de responsabilité de commandement des chefs hiérarchiques et militaires et de complicité, faits prévus et punis par les dispositions des articles 207,208,268,514,510,373,381,239,664,232,333,267,271 ,198,et 19 du code pénal.

Lire