Mohamed Diané sur le décès du Khalife de Dinguiraye : « c’est une perte pour toute la oumma islamique »

20 janvier 2019 à 13 01 48 01481
Feu Elhadj Mountaga Tall

Comme annoncé par une précédente dépêche de Guineematin.com, le Khalife Général de Dinguiraye, Elhadj Mountagha Tall, est décédé des suites de maladie à l’hôpital Sino-guinéen de Conakry avant-hier, vendredi 18 janvier 2019. Au lendemain de ce décès, parents, amis et alliés du défunt se sont réunis à Taouyah, au domicile d’Elhadj Amadou Cherif Ly.

Le domicile du président des ressortissants de Dinguiraye à Conakry a refoulé du monde hier, samedi. Venus présenter leurs condoléances, parents et amis du défunt interrogés par un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place ont dit tout le bien qu’ils retiennent du défunt.

Elhadj Amadou Cherif Ly

Elhadj Amadou Cherif Ly, président des ressortissants de Dinguiraye à Conakry : « le Khalife était malade depuis quelques jours. C’est grâce à Dieu et l’aide du président de la République, qui a mis à notre disposition un hélicoptère, qu’on l’a envoyé à l’hôpital Sino-guinéen. Le président a pris aussi en charge tous les frais médicaux. Mais, malheureusement, il n’a pas survécu. J’étais un de ceux-là qui étaient à son chevet. C’est entre nos mains qu’il a rendu l’âme. Nous prions le peuple de Guinée de prier pour le repos de son âme et de lui accorder leur pardon. Le Khalife était un homme bon, pieux ».

Dr. Fodé Amar Bocar Maréga

Pour sa part, Dr. Fodé Amar Bocar Maréga, député uninominal de Dinguiraye, parle d’une perte immense pour sa ville natale. « Depuis qu’il est arrivé à Conakry, on est à son chevet, toute la journée, à l’hôpital pour veiller à ce que les traitements qui sont donnés soient des traitements adéquats pour son état. Donc, ça n’a pas été surprenant parce qu’on a passé plusieurs étapes et on s’est retrouvé au dernier jour avec des difficultés respiratoires. Et, on savait que la fin était proche. Vous savez, Amadou Hampathé Bah nous avait déjà dit qu’en Afrique, un vieil homme qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. Alors, un vieux de 98 ans qui meurt, imaginez un peu cette bibliothèque-là, cette somme énorme de connaissances et d’expériences qui s’en va. Nous avons eu vraiment une grande perte à Dinguiraye. Ça ne sera pas facile à compenser ».

Maky Daff

Maky Daff, directeur de publication du journal L’Observateur et neveu du défunt : « nous avons accueilli cette nouvelle dans la douleur la plus profonde parce que nous estimons que c’est une perte énorme non seulement pour la famille, mais pour tout Dinguiraye. Mon oncle était quelqu’un de bien, un homme sage, intègre, religieux, respectueux. Je suis dans l’émotion, il m’est difficile de parler de toutes ses qualités ».

Dr. Mohamed Diané

De son côté, Dr. Mohamed Diané, ministre d’Etat en charge des Affaires présidentielles, ministre de la Défense nationale, estime que c’est une perte pour la communauté musulmane. « Nous sommes-là au nom du président de la République, pour venir présenter nos condoléances à la famille éplorée, parce que la Guinée vient de perdre un grand homme de la religion. C’est une perte pour toute la oumma islamique, pour toute l’Afrique. Donc, à cette douloureuse occasion, nous avons jugé nécessaire de venir présenter les condoléances et demander le programme que nous allons communiquer au président de la République… ».

Hadja Kadé Tall

Hadja Kadé Tall, fille aînée du défunt, a remercié le président Alpha Condé pour ce qu’il a fait. « Je remercie beaucoup le président Alpha Condé, je remercie son gouvernement, pour tout le bien qu’il a fait pour la famille. Je suis vraiment triste. J’ai perdu le meilleur papa du monde. Je suis tellement sensible que je ne peux rien dire (pleurs). Je ne peux rien dire sauf remercier tous les musulmans qui sont venus compatir à notre douleur ».

Hadja Mariama Camara

Hadja Mariama Camara, épouse du défunt, retient que son mari a été un homme qui s’est bien occupé de sa famille. « Mon époux, il n’y a pas ce qu’il n’a pas fait pour nous comme bien. Il s’est bien occupé de nous. Nous le remercions et nous prions Dieu qu’Il ait son âme au paradis. Depuis notre arrivée ici, il y a près d’une semaine jusqu’aujourd’hui, les gens se sont mobilisés et nous ont assistés. Qu’ils en soient remerciés. Mon époux est décédé à l’âge de 99 ans et 7 mois. Donc, Dieu lui a donné une longue vie et beaucoup d’honneur. Je suis émue aujourd’hui, la disparition de mon époux a été une perte pour moi et pour toute la Guinée ».

A noter que le défunt était marié à deux femmes et père de 18 enfants, dont 5 garçons. Il rejoindra sa dernière demeure le lundi prochain, 21 janvier 2019, après la prière de 14 heures, dans son Dinguiraye natal.

Paix à son âme, amine !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Conakry : la Guinée, la France et ses alliés célèbrent l’armistice

11 novembre 2018 à 17 05 01 110111

Il y a cent (100) ans jour pour jour que prenait fin la première guerre mondiale (1914-1918). Ce dimanche 11 novembre 2018, l’ambassadeur de France en Guinée, accompagné du ministre guinéen chargé des Affaires présidentielles et de la Défense nationale, ainsi que des diplomates des pays européens et américains, a organisé une cérémonie commémorative du centenaire de l’armistice. C’était au cimetière Boulbinet, à Kaloum, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Communiqué : décès de Hadja M’Balou Fatoumata Kéita, mère du Ministre d’Etat Dr. Mohamed Diané

5 juin 2018 à 17 05 11 06116

Conakry, 5 juin 2018 – Le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Alpha CONDE, a le profond regret d’annoncer au Peuple de Guinée, le décès de Hadja M’Balou Fatoumata Kéita, mère du Ministre d’Etat chargé des Affaires Présidentielles, ministre de la Défense Nationale, le Dr. Mohamed Diané. Décès survenu ce jour même à l’hôpital sino-guinéen des suites de maladie à l’âge de 90 ans.

Lire

Exclusivité Guineematin.com avec la présidente d’honneur de la FIDH : « les autorités veulent faire avancer le dossier du 28 septembre »

1 octobre 2014 à 0 12 01 100110

Mme Souhayr Belhassen, présidente d'honneur de la FIDH, fédération internationale des droits de l'Homme avec Nouhou Baldé, journaliste, Guinée, Conakry, Guineematin.com « Aujourd’hui, il y a une volonté incontestable des autorités guinéennes d’avancer au niveau de la justice sur le dossier des massacres du 28 septembre. Ça, c’est incontesté et incontestable. Or, s’il y a volonté et capacité, il n’y a pas de raisons d’aller vers la CPI. Donc, le mieux est que la justice se fasse en Guinée », a dit Mme Souhayr Belhassen, présidente d’honneur de la FIDH, lors d’une interview exclusive accordée à Guineematin.com

Lire