Présidence de la République : le ministre Bah Ousmane menace de quitter Alpha Condé

13 avril 2019 à 16 04 11 04114

Le ministre conseiller spécial du président Alpha Condé menace de jeter l’éponge. Bah Ousmane est, en effet, en colère contre certains agissements du régime actuel. Il l’a exprimé lors de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, ce samedi, 13 avril 2019, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

A l’origine de la colère du président de l’UPR, deux éléments se dégagent. Le plus fondamental est le silence « coupable » des autorités face au retard du remplacement du maire UPR de Leymiro, Abdoul Aliou Salle, décédé en début d’année.

A Leymiro, l’UPR avait eu 5 conseillers sur les 17 au terme des élections communales de février 2018. Dans la coalition qui a remporté l’exécutif, le parti NFD de Mouctar Diallo a obtenu 2 conseillers à égalité avec le RPG. Les 8 autres ont été élus sur la liste de l’UFDG.

« A l’élection du bureau exécutif de la commune rurale de Leymiro, l’UPR a remporté le poste de maire. Les deux autres alliés ont eu chacun un poste de vice maire. Mais depuis le décès de notre maire, nous avons tout fait pour le remplacer, en vain. Comme c’est ainsi, nous voulons savoir qui se cache derrière cela », a dit le leader de l’UPR.

A défaut de récupérer le poste de maire, l’allié d’Alpha Condé annonce qu’il va quitter ses fonctions de ministre d’État, conseiller spécial du président de la République. « Nous ne pouvons pas accepter cela. Il faut que cela soit clair. Si nous n’avons pas notre poste de maire, eh bien, nous libérons la fonction que nous occupons. C’est d’abord le parti, c’est lui qui a nous mis là-bas, si ses intérêts sont bafoués, nous ne pouvons pas être d’accord », a dit Elhadj Ousmane Bah devant ses militants.

Le président de l’UPR promet d’ailleurs de publier prochainement une déclaration dans ce sens. Comme pour dire que les relations entre Alpha Condé et son allié de toujours ne sont plus au beau fixe.

L’autre point de discorde entre les deux alliés est relatif à la campagne de reconnaissance et de soutien du Fouta au président de la République, initiée par le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mouctar Diallo. Une initiative que ne partage pas Elhadj Ousmane Bah. Du moins dans la forme. Pour le leader de l’UPR, la dignité vient avant toute chose. « Nous tenons à préserver notre dignité, elle est plus importante pour nous que tout le reste ».

Reste à savoir quelle sera la réaction du président de la République face à cette menace de son allié de longue date.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 628089845

Lire

Guinée : le nouvel ambassadeur des Etats-Unis chez le président Alpha Condé

4 mars 2019 à 17 05 33 03333
Les présidents Donald Trump et Alpha Condé

Communiqué : l’Ambassadeur Simon Henshaw a présenté ses lettres d’accréditation au Président Alpha Condé le 4 mars, 2019.
Pour rappel, il a été nommé le 10 août, 2018 et confirmé par le Sénat le 2 janvier, 2019. Son Excellence Simon Henshaw est diplomate depuis 1985 et est heureux d’être à nouveau affecté en Afrique de l’Ouest après avoir auparavant servi en Côte d’Ivoire il y a de cela quelques années.

Plus récemment, il a occupé la fonction de Conseiller Principal au sein du Groupe de travail sur les Initiatives de santé au Département d’Etat chargé de la coordination des efforts de réponse à une série d’incidents liés à la sécurité et la santé affectant les diplomates américains à Cuba et en Chine.

Antérieurement à cette fonction, S.E. Henshaw a occupé de hautes fonctions au Département d’Etat, notamment celles de Sous-secrétaire principal adjoint et de Secrétaire adjoint par intérim du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations de 2013 à 2018. Il a par ailleurs occupé la fonction de Directeur du Bureau des Affaires Andines de 2011 à 2013, et de 2008 à 2011 il fut Premier Secrétaire à l’ambassade des Etats-Unis à Tegucigalpa au Honduras.

Ambassadeur Henshaw a en outre servi au sein de quatre autres postes diplomatiques à l’étranger et à plusieurs autres fonctions aux Etats-Unis.
Ambassadeur Simon Henshaw est titulaire d’une Licence ès Lettres de l’Université du Massachusetts à Amherst, et d’une Maitrise ès Sciences de l’Ecole Nationale de Guerre. Il est marié et père de deux grands enfants.

Fin

Lire

Fin du mandat des députés : voici les possibilités qu’offre la loi, selon Dr Bérété

5 janvier 2019 à 13 01 16 01161

Dans une semaine (à compter de ce samedi, 05 janvier 2019), le mandat de l’actuelle Assemblée nationale guinéenne va expirer. Le sujet suscite des débats à travers le pays, car rien n’est encore fait pour l’organisation de nouvelles élections législatives. Aujourd’hui, beaucoup de Guinéens s’interrogent sur ce qui se passera après la fin de cette législature. Et, pour en parler justement, un journaliste de Guineematin.com a rencontré Dr. Mohamed Bérété, juriste et secrétaire général de l’Assemblée nationale.

C’est le 12 janvier 2019 précisément que le mandat de la législature en cours va expirer. Et il n’y a aucun doute que de nouvelles élections législatives ne seront pas organisées d’ici-là pour élire de nouveaux députés. Alors, que dit la loi en la matière et à quoi peut-on s’attendre ?

Dr Mohamed Bérété

Face à ces questions, Dr Mohamed Bérété, juriste et secrétaire général de l’Assemblée nationale, commence par rappeler que normalement, « à l’approche de la fin du mandat des députés, des dispositions matérielles et techniques doivent être prises pour organiser les élections dans le délai. Puisque cinq ans, c’est cinq ans ».

Seulement, ajoute le juriste, dans la vie des nations, « il n’est pas aisé de créer des situations de nature à provoquer la rupture institutionnelle de la part d’un pouvoir public comme l’Assemblée nationale. Une institution qui représente un maillon important dans le fonctionnement de l’Etat ».

Dr. Bérété explique qu’une telle rupture est très désagréable dans le fonctionnement institutionnel de l’Etat. Et comme les élections ne sont pas organisées à temps, le Code électoral et le règlement intérieur du Parlement prévoient que l’Assemblée nationale en activité « cesse de fonctionner qu’à l’installation d’une nouvelle Assemblée nationale », souligne Dr Bérété.

Selon le Secrétaire Général de l’Assemblée nationale, pour éviter donc un vide institutionnel, deux possibilités se présentent au pays. « A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. La première possibilité selon les principes généraux du droit, c’est de donner le pouvoir de légiférer au président de la République puisqu’il a la même légitimité que l’Assemblée nationale… et, c’est l’Assemblée qui va voter cette loi avant de partir, en précisant les domaines dans lesquels ce mandat est applicable. La deuxième possibilité, que nous recommandons fortement d’ailleurs, est de proroger le mandat de l’Assemblée nationale… ».

Pour mettre en application cette seconde possibilité, il faudra que la Cour Constitutionnelle, après sa saisine par le chef de l’Etat, prenne un arrêt autorisant l’Assemblée nationale de continuer à fonctionner jusqu’à l’élection et l’installation de nouveaux députés…

Au moment où les Guinéens attendent toujours l’élections des exécutifs communaux, l’installation des conseillers communaux, de quartiers et de districts, il est évident qu’en prorogeant le mandat des députés, on ouvrirait également une jurisprudence qui s’appliquerait à la présidence de la République, si la mise en place des conditions de cette autre élection arrivait à retarder…   

A suivre !

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Amateurisme ou conflit entre les clans de la présidence : désordre au déjeuner avec Alpha Condé

5 janvier 2018 à 18 06 36 01361

Après avoir ciblé les médias, fermé plusieurs radios et menacé d’imposer de nouvelles taxes aux médias indépendants du pays, le président Alpha Condé a lancé une invitation aux journalistes, responsables des médias et d’associations de presse pour laver le linge sale en famille ! Au départ, un appel à boycott a été lancé entre journalistes pour exprimer leur frustration face à la tentative de musellement. Mais, les partisans de la négociation ont finalement convaincu les autres que c’est autour de la table qu’on peut trouver la solution.

Lire

Commune urbaine Labé : un chef de quartier investi tête de liste de l’UPR

22 décembre 2017 à 9 09 56 125612

La Fédération de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) de Labé, parti d’Elhadj Bah Ousmane, ministre d’Etat, conseiller à la Présidence de la République a investi le chef du quartier Madina, Thierno Nouhou Baldé comme tête de liste pour les prochaines élections locales dans la commune urbaine de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Lire

Guinée : le Col. Balla Samoura met aux arrêts un chauffeur de la présidence de la République

24 août 2017 à 14 02 31 08318

Chauffeur à la présidence de la République, Mory Kouyaté est poursuivi pour des délits d’usurpation d’uniforme, de titre et de fonction. Il a été arrêté le 21 Août 2017, par le directeur régional de la gendarmerie de Conakry, le Colonel Balla Samoura et mis sous mandat de dépôt depuis cette date. Ce mercredi 23 août 2017, Mory Kouyaté il a été entendu devant le Tribunal de Première Instance de Dixinn où le procureur Alsény Bah a requis contre lui, une peine de 2 ans d’emprisonnement, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

« Cellou Dalein a mal récompensé le Pr. Alpha Condé qui lui a donné tous les avantages…», dit Lamine Kamissoko

12 août 2017 à 20 08 52 08528

Le RPG-Arc-en-ciel a tenu son assemblée hebdomadaire ce samedi 12 août 2017 à son siège national à Gbessia-aéroport. La séance a été présidée par l’honorable Mohamed Lamine Kamissoko, député à l’Assemblée nationale. Il a été question des missions qui doivent aller à l’intérieur du pays et la situation politique de notre pays, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Décrets : Alpha Condé nomme Bano Barry à la Présidence, Karinka Doumbouya au SNAPE et Fodé Bili Camara à la SONAPI

13 juillet 2017 à 21 09 29 07297

Dans une série de décrets rendus public dans la soirée de ce jeudi 13 juillet 2017, le président Alpha Condé a nommé des hauts cadres à la présidence de la République, au Service National d’Aménagement des Points d’Eau (SNAPE) et à la société nationale d’aménagement et de la promotion immobilière (SONAPI), rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi pour vous le JT de la télévision nationale.

Lire

Identification des victimes de pillages : la colère du président du GOHA contre l’Hon. Damaro Camara

14 juin 2017 à 17 05 01 06016

Chérif Mohamed Abdallah, GOHA

Dans une récente sortie médiatique, Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire du RPG Arc-en-ciel, a affirmé que les victimes des pillages économiques lors des manifestations politiques en Guinée ne sont toujours pas identifiées. Une annonce qui a irrité le président du Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA), qui a joint notre rédaction cet après-midi du mercredi 14 juin 2017. Visiblement très remonté, Chérif Mohamed Abdallah a aussitôt qualifié ces propos de « mauvaise foi extrême », de la part du député.

Lire

Qui est Barry Mamadou, député-maire de Ratoma ? Le témoignage de Sow Alpha Oumar dit petit sow

11 mai 2017 à 19 07 20 05205

Sow Alpha Oumar dit petit sow, Militant de Première heure pour l’avènement de la Démocratie en Guinée apporte son témoignage sur le parcours de l’ancien Député-maire de la Commune de Ratoma,

« Monsieur Barry Mamadou qui n’est plus »

Économiste de son état, son premier poste fut à Beyla où il a enseigné pendant deux (2) ans avant d’être payeur à Tougué, à Télimélé, à Kindia et à la Région de Conakry I.

Ensuite il fut Directeur financier et Comptable au niveau de la C.N.S.S (Caisse Nationale de Sécurité Sociale)

Il s’est mis en disponibilité pour être candidat aux élections communales 11 Janvier 1991, Une candidature indépendante où il a dirigé la liste et il a réussi à remporter les élections devant la liste de Sylla Mariador.

Plus tard, en 1992, à la création des partis politiques, il a été membre fondateur du P.G.P (Parti Guinéen pour le Progrès) avec feu Basile Ibrahima, Diallo Abdoulaye Portos, Elhadj Saidou Gaoual (Père de Ousmane Gaoual)

Le PGP a été la première formation politique a être agréé le 3 Avril 1992, suivi  du PUP du général Lansana Conté, du RPG d’Alpha Condé, de l’UNR de Bâ Mamadou, du PRP de Siradiou Diallo, de l’UPG de Jean Mari Doré, du PUD de Amadou Oury Ditinn Diallo, du RNP de Docteur Aliou 5 Diallo, de l’UDR de Maître Alpha Boubacar Barry, suivi du parti Diama d’Elhadj Mansour Kaba, de l’UPN de Docteur Mamadou Bhoye Barry, du PPG de Charles Pascal Tolno, de l’UFR de Goyo Zoumanigui, du UFD du Professeur Alpha Sow.

Après que les partis politiques furent agrées le 3 Avril 1992, Barry Mamadou a continué à militer au sein de l’opposition où il y’avait eu une alliance entre le RPG, l’UNR et le PGP dénommée le FLUG qui a continué à marcher jusqu’à la veille des élections de 1993 au dépôt des candidatures pour les élections présidentielles d’où l’alliance a éclaté. Il était convenu entre ces trois formations politiques une candidature unique qui n’a pas marché puisque Alpha Condé, Bâ Mamadou étaient tous candidats. Portos n’a pas été candidat mais le P.G.P a soutenu Ba Mamadou.

A l’occasion des élections présidentielles de 1993, les candidats furent Ba Mamadou, Alpha Condé, Siradiou Diallo, Jean Mari Doré au niveau de l’opposition qui étaient en face du Général Lansana Conté suivi du PDG-RDA d’Ismael Guissen et du Doyen Paul Louis Faber.

Le combat a continué jusqu’à la veille des élections législatives, communales et communautaires de 1995 d’où nous avions réussi à négocier avec le doyen Ba Mamadou et moi-même avec la bénédiction du comité National des jeunes de l’U.N.R, notamment honorable Mohamed cheick, Laabal, Docteur Biro Barry, Habib Barry, le doyen Elhadj Oumar Kann et Alphadjo Koumi Barry etc. pour que Barry Mamadou accepte d’adhérer à l’UNR.

Il a accepté à condition qu’il soit à la tête de liste pour les élections communales ensuite qu’il soit sur la liste Nationale de l’UNR parmi les dix (10) premiers. L’accord a été formalisé chez le Doyen Elhadj Oumar Gnéloye à Hafia.

Après les élections législatives et communales il fut Député Maire de la commune de Ratoma sous la bannière de l’UNR. Il est à noter également qu’à l’occasion des élections communales de 1995, l’opposition a formé une liste unique d’où Barry Mamadou était le candidat de l’opposition au nom de l’UNR à Ratoma, à Dixinn Elhadj Mamadou N’Diaye Diallo était le candidat du PRP au nom de l’opposition, à Matoto Mohamed Condé candidat du RPG au nom de l’opposition, à Matam  nous avions convenu de soutenir la seule dame candidate Madame Kaba Rougui Barry, seulement a Kaloum que l’opposition n’avait pas présenté de candidat.

Au niveau de l’assemblée Nationale, Barry Mamadou a appartenu au groupe parlementaire la CODEM (Coordination de l’opposition Démocratique), membre de la Commission Economie-Finance. L’ensemble des députés que l’opposition avait obtenu était au nombre de 38. Le RPG 19,  l’UNR 9, le PRP 9, l’UPG un seul député.

Après concertation des quatre principaux leaders de l’opposition, Bâ Mamadou, Siradiou Diallo, Alpha Condé et Jean Marie Doré ont convenu de former un seul groupe parlementaire dénommé CODEM (Coordination de l‘opposition démocratique) d’où Bâ Mamadou dévient le président du Groupe Parlementaire et Doyen de l’opposition.

Au niveau du parlement, l’opposition s’est battu pour l’obtention d’une commission électorale indépendante et l’agrément des Radios Privées et le bien être du Peuple de Guinée, l’Etat de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance. Le 23 Mars 1998, Barry Mamadou a été convoqué à la présidence de la République de Guinée pour l’affaire dite Kaporo-rails .

Au début, le gouvernement avait annoncé un programme d’ouverture des routes, Barry Mamadou en tant que premier responsable de la commune de Ratoma avait proposé la mise en place d’une commission de recensement des bâtiments concernés sur l’ouverture des routes en vue de les indemniser et de les recaser avant le déguerpissement. Le gouvernement a rejeté sa proposition. A son arrivée à la présidence de la République, le Président Lansana Conté l’a tendu un document rédigé qui dénote l’ouverture des routes alors que c’était pas une question d’ouverture de routes plutôt la démolition des bâtiments de plus de 120 000 Habitants d’où moi-même petit sow, j’ai perdu le mien.

Après lecture du dit document, Barry Mamadou dit : « Monsieur le Président je ne signerai pas ce document » alors le président a répondu « Tu ne vas pas rentrer chez toi aujourd’hui, je te mets à la disposition de la justice ».

Barry Mamadou répliqua ainsi qu’il suit : « je m’en remet à la justice de Dieu » Voilà comment il a été arrêté. Sur place ils ont planifié l’arrestation de Bâ Mamadou et de Ousmane Diallo tous députés avec leur immunité parlementaire (c’était avant l’arrestation de Alpha Condé).

Ils ont séjourné deux (2) mois à la maison centrale avant d’être jugés par le tribunal correctionnel de Conakry I en l’occurrence Madame Paulette, Bah Mamadou ayant fait deux (2) mois de détention préventive fut condamné à deux (2) mois et libéré le même jour ayant déjà purgé sa peine.

Les deux (2) autres, Barry Mamadou et Ousmane Diallo furent condamné à cinq (5) mois de Prison ferme où ils ont continué à purger leur peine jusqu’à la date du 25 Août 1998.

Après sa sortie de prison, en Décembre c’était les élections présidentielles où le PRP a présenté Bah Mamadou comme candidat aux élections Présidentielles. Siradiou était le Directeur de Campagne, Barry Mamadou était le coordinateur pour la campagne de Dabola-Dinguiraye-Faranah. Cette sortie fut sa dernière mission politique avant que son état de santé ne se dégrade.

Honorable Elhadj Mamadou Saliou  Baldé (Koubia Kounantou) a été le porte parole de la campagne. Après ces élections présidentielles les trois (3) formations politiques (UNR-PRP-RNP) ont fusionné pour donner naissance à l’UPR.

Comme nous l’annoncions ci-haut, après la dégradation de son état de santé, sa famille a tenté de le soigner ici par le biais de son médecin Docteur Négué Barry, qu’il en soit remercié.

Ses enfants qui sont aux Etats-Unis après entente avec leurs mamans ici présentes l’ont évacué pour des soins médicaux, ils ont utilisé tous les moyens possibles pour qu’il recouvre sa santé de 2001 à 2017, malheureusement le bon Dieu l’a rappelé le 18 Avril 2017 dans une clinique à Atlanta. Le corps a été rapatrié en Guinée dans la nuit du dimanche 23 Avril 2017 à 1 heure du matin et il a été inhumé au Cimetière de Démoudoula Bantounka 1 (Cosa) le lundi 24 Avril 2017 après la prière de 14 heures.

Il faut remercier ses trois (3) épouses et leurs enfants pour tous les efforts fournis durant toutes ses années de convalescences. Nous remercions parents, amis, voisins et citoyens de Conakry, belles familles, beaux fils, particulièrement Mory Kaba et Sayfon (les amis de Alphadjo), la coordination Hali-pular sans oublier de remercier Chérif Abdourahime qui a aussi finance les travaux de construction du siège de la dite coordination, l’OGDH de Feu Thierno Madjiou SOW, la presse en ligne et les radios privées (Je rends hommage à des éminents journalistes qui ont participé au combat des premières heures pour l’avènement de la démocratie en Guinée,  notamment Jerge Daniel (qui fût expulse par le Ministre de l’intérieur et de la sécurité a l’époque feu Alseny  René Gomez en 1994), Ben Daouda Sylla de l’Africa N°1, Mouctar Ba de RFI, Amadou Diallo de la BBC, Yamoussa Sidibé TV5, Souleymane Lynx Diallo, Aboubacar Sylla du Journal Démocrate et Tibou Kamara de l’Observateur).

Egalement nous remercions la forte délégation de l’UFDG qui a représenté son président absent de Conakry en mission du parti vers le pays profond en l’occurrence la Guinée forestière et la Haute Guinée  d’où nous lui souhaitons un agréable séjour.

A noter également que la délégation de l’UFDG nous a apporté un soutien moral et financier considérable.

Ensuite nous remercions les autres formations politiques qui ont participé aux obsèques, sans oublier de remercier les délégations spéciales de Ratoma et de Dubréka. 

Egalement nous remercions nos compatriotes vivants aux Etats-Unis particulièrement ceux de Indiana, Atlanta et New York, les Institutions Nationales et Internationales plus particulièrement La CEDEAO , l’Union Africaine, l’UE, le NDI, l’IFES, le Système des Nations Unis et la coopération Française et Américaine qui ont toujours organisé des ateliers de formations pour qualifier nos responsables politiques dans notre pays la Guinée .

Alpha Oumar SOW, dit Petit Sow

(Militant de Première heure pour l’avènement de la Démocratie en Guinée)

Membre du Bureau Exécutif de l’UFDG

Tél : 655-83-27-06

Lire

Alpha Condé et les syndicalistes se séparent sans accord ! « La grève continue », dit le syndicat

15 février 2017 à 20 08 00 02002

Selon des informations recueillies par Guineematin.com à la sortie des syndicalistes de la présidence de la République, la rencontre avec le chef de l’Etat n’a absolument rien donné ce mercredi 15 février 2017. N’ayant rien obtenu du professeur Alpha Condé- qui tenait pourtant à une suspension immédiate de la grève- les syndicalistes ont finalement promis d’aller consulter la base demain.

Lire

Sékhoutouréya : Mamadi Diawara a-t-il refusé de rencontrer le président Condé

13 octobre 2016 à 22 10 25 102510

alpha-condeComme annoncé dans un article précédent de Guineematin.com, la coordination manding a présenté les excuses de l’honorable Mamadi Diawara « Yaourt » et du député uninominal de Siguiri, Sékou Savané au chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé, ce jeudi 13 octobre 2016 à la présidence de la République.

Lire