Doko (Siguiri) : un corps sans vie retrouvé sur un lieu de jeu de hasard

2 avril 2019 à 11 11 22 04224

Le corps d’un jeune homme, âgé d’une trentaine d’années, a été découvert hier lundi, 1er avril 2019, à Kolènda, un district relevant de la sous préfecture de Doko, dans la préfecture de Siguiri. La victime n’a pas pu être identifiée, mais elle aurait été ligotée et frappée à mort, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La découverte macabre a eu lieu aux environs de 15 heures à un (1) kilomètre du village de Kolènda. La victime n’a pu être identifiée. Selon les autorités locales, l’endroit où le corps a été retrouvé est fréquenté régulièrement par des jeunes qui s’y livrent aux jeux de hasard.

« Nous avons été informés de la présence d’un corps sans vie sur les lieux par les passants, c’est-à-dire les orpailleurs qui passent par là pour aller au travail. Aussitôt, j’ai informé la sécurité et la Croix-Rouge pour qu’elles s’y rendent. D’après les médecins, la victime a été ligotée et frappée à mort.

Nous ne la connaissons pas et aucun ne la connaît. Mais, le lieu où la découverte a eu lieu est un endroit où des jeunes viennent pour les jeux de hasard », a expliqué Djènè Sékou Condé, le président du district de Kolènda, .

Le corps, non identifié, a été remis aux agents de la Croix-Rouge locale. Ces derniers l’ont inhumé dans la soir du lundi, 1er avril 2019.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire

Siguiri : un corps en état de décomposition retrouvé à Dankakörö

28 juin 2018 à 16 04 50 06506

Un jeune homme a été retrouvé mort ce jeudi, 28 juin 2018 à Dankakörö dans la commune urbaine de Siguiri. En raison de l’état de décomposition avancé du corps, la victime n’a pas été identifiée. Les circonstances de sa mort ne sont pas non plus élucidées, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Lire

Le président du district de Womey 1 : « Certains ne sont pas revenus »

18 novembre 2015 à 11 11 57 115711

Chef du district de WomeyUn an après les émeutes meurtrières à Womey (préfecture de N’zérékoré), dont la répression par l’Eat a fait fuir l’écrasante majorité de la population, beaucoup d’habitants ne sont pas encore revenus. C’est du moins ce qu’a dit à l’envoyé spécial de Guineematin.com monsieur Kpali-Ouo Haba, le  président du district de Womey 1. Voici les raisons qu’il en a donné, ainsi que l’appel qu’il a lancé pour l’assistance de cette population.

Lire